jeudi 5 mai 2016

Chronique du 5 mai

Je vous préviens de suite :vous allez avoir droit à 4 chroniques successives d'"humour politique". Comme tous les ans, le prix « Press Club, humour et politique » est dévoilée en juin. Avant juin 2016, deux présélections ont lieu car il y a abondance de matière, vous vous en doutez...
Voici donc, en 2 épisodes, la sélection correspondant aux "petites phrases" du second semestre 2015 (la suite concernera le premier trimestre 2016). Avec mes commentaires, s'il vous plait... 
Je rappelle que ce prix récompense les phrases les plus drôles ou les plus incongrues déclarées par des hommes et des femmes politiques. On y va ?

-Jean-Marie LE GUEN, Secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement : «Le PS ne travaille jamais pour rien ; surtout quand il travaille » (BFM TV - 30/07/15)
AA : Cela paraît pourtant une évidence car, quand le PS met la gomme, cela donne des résultats... indélébiles !

-François REBSAMEN, ancien Ministre du travail reprenant son fauteuil de Maire de Dijon : «Ce qui est frustrant, c’est que j’allais y arriver». (L’Obs - 26/08/15)
AA : C'est tellement vrai que François travaillait, au moment de son départ du ministère, sur la loi El Khomri. Cette dernière se serait alors appelée "loi Rebsamen". Peur de Hollande qu'on la surnomme "loi ousamen" ? C'était, pourtant, quand même mieux que "loi quelconnerie", non ?

-Ségolène ROYAL, Ministre de l’Ecologie : «L’égalité homme-femme est une condition indispensable à la réussite de la lutte contre le dérèglement climatique». (Discours au Bourget dans le cadre de la Cop 21 - 02/12/15)
AA : Toute la subtilité de Ségolène... En effet, elle s'est bien gardée de dire " une condition nécessaire et suffisante"...

A suivre

mercredi 4 mai 2016

Chronique du 4 mai


Bon, qu'est-ce qu'on attend pour mettre fin à toutes ces manifestations qui dégénèrent en violences et dont les premières victimes sont les forces de l'ordre ? 1er mai, Nuit Debout, Notre-Dame-des-Landes, loi El Khomri... Ça suffit maintenant !
Tiens justement cette loi EL Khomri contre laquelle 2/3 des Français sont nuit debout, pardon... vent debout. Ils ne savent même pas ce qu'il y a dedans. Ils sont manipulés par les syndicats, les gauchistes, les médias ! 
En parlant de manipulation, l'anéantissement de la ville d'Alep, les bombardements sur les hôpitaux: qui bouge ? Même silence que quand on liquide les Chrétiens en Irak !
Et Tafta, ce traité, négocié entre les USA et l'Europe et devant mettre fin aux barrières douanières, est en cours d'être torpillé par ceux qui n'ont rien compris de l'intérêt pour nos exportations...
Comme le juste combat de Marine Le Pen contre son père pour faire du FN, un parti bien sous tout rapport. Oui, "Le Vieux" salit l'image du parti avec ses propos antisémites... Alors que la fille est vierge de tout relent anti-juif... Inadmissible de taper ainsi sur la Marine !
Je vous le dis : on est manipulés. Regardez comment la presse met en piste Alain Juppé pour les présidentielles... ce repris de justice (2 ans de prison avec sursis et un an d'inéligibilité, quand même !), alors que l'on dispose d'un candidat "idéal", qui, de plus, a l'expérience de la fonction. Pourquoi Nicolas Sarkozy est-il le pestiféré des médias ? Je vous pose la question... Qu'est-ce qui se cache derrière cette manip' ? 
Puisqu'on parle de la presse manipulatrice, voyez comment elle s'empare de soi-disant scandales concernant les rémunérations des pilotes d'Air France parce que cette compagnie veut diminuer leurs salaires. Et alors, elle a bien le droit, non ? De même, pourquoi cet hallali sur le salaire de Carlos Gohn, président de Renault et de Nissan ? Ses 15 millions annuels, il les mérite bien, quand même ! Ces 2 sociétés font, grâce à lui, des bénéfices comme jamais. Personne ne s'imagine, d'ailleurs, le montant des impôts qu'il va payer : il ne lui en restera pas la moitié de son salaire, à peine 500 000 euros mensuels, moins que Zlatan...

Nous sommes manipulés, je vous dis. Voyez, d'ailleurs qui il y a derrière tout cela : la finance internationale tenue par les Sionistes, les Francs-macs et les Amerloques... Qu'on se le dise !

mardi 3 mai 2016

Chronique du 3 mai

Je ne sais pas si vous avez la même réaction que moi, mais je me sens différent depuis que j'ai appris hier que l'on avait découvert 3 exo-planètes qui avaient des particularités semblables à celles qui ont permis à la vie d'éclore sur notre bonne vieille Terre...
Bien sûr, elles sont situées trop loin de chez nous pour que l'on puisse envisager à moyen ou long terme d'y aller passer un week-end ou quelques semaines de vacances comme on va à Bruges ou aux Baléares...
Mais imaginez qu'un jour il soit possible de faire le voyage en quelques heures ou, plus vraisemblablement, en quelques jours, voire quelques semaines, notre vie ici-bas pourrait changer du tout au tout. Quelques exemples qui me viennent immédiatement à l'esprit :
Plus besoin d'aller à Panama ou en Suisse pour placer son argent !
On pourrait offrir une de ces exo-planètes aux partis nationalistes, racistes ou ultra-catho pour qu'ils y emmènent leurs sympathisants et bâtissent là-bas la société de leurs rêves qu'ils souhaitent nous imposer ici.
Une autre exo-planète pourrait être consacrée à tous ceux qui veulent construire une société sans travail et auto-gérée.
Je me refuse à envisager que toute ou partie d'une de ces planètes servent à parquer tous les indésirables ou à devenir un cimetière géant.
Par contre, je ne verrais pas d'un mauvais œil que l'on exporte là-bas tout conflit sur terre. Sunnites et Chiites, Israéliens et Palestiniens, Daesch, Syriens, Irakiens et Libyens en découdront là-bas... Cela fait du monde à exfiltrer, mais on les ferait revenir, s'ils le souhaitent, dès qu'ils sont calmés...
Ce qui précède indique bien que je ne conçois pas ces "nouveaux mondes" comme des lieux de villégiatures, mais plutôt comme des solutions aux maux dont souffre notre bonne vieille Terre. Maintenant si le Club Med veut y ouvrir un village vacances, pourquoi pas ? J'en profiterais pour visiter ceux qui seront, de ce fait, désertés ici-bas...
Je n'ai volontairement pas abordé ici les problèmes juridiques, politiques, philosophiques et sociétaux qui se poseront inévitablement : A qui appartiendront ces nouveaux lieux de vie ? Quelle gouvernance ? Pourra-t-on polluer ? La vitesse sera-t-elle limitée sur les routes ? Le cannabis sera-t-il en vente libre ? Le nudisme sera-t-il la règle ? Dieu sera-t-il admis ? Etc.

lundi 2 mai 2016

Chronique du 2 mai

Rappelons que 91 % des Français seraient opposés au cumul de mandats des élus (sondage Elabe pour BFMTV du 16/12/2015). 
2 lois, promulguées le 14 février 2014, interdisent à un parlementaire  d’exercer simultanément une fonction de chef ou d’adjoint d’un exécutif local (maire, adjoint au maire, maire d’arrondissement, conseiller municipal délégué, président ou vice-président de conseil régional, de conseil général ou d’établissement de coopération entre collectivités territoriales). 
Ces nouvelles dispositions doivent s’appliquer lors des élections législatives, sénatoriales et européennes qui se tiendront après le 31 mars 2017. Les premières élections à se dérouler selon ces nouvelles modalités devraient être les législatives de juin 2017, puis les sénatoriales de septembre 2017 et les européennes de 2019.

Je fais les 2 propositions suivantes : 
- tous les candidats à la présidence de la République au printemps 2017 doivent déclarer qu'ils ne reviendront pas sur cette loi. En particulier, j'écris au président du parti politique "Les Républicains" afin que cette déclaration figurent dans la profession de foi des candidats à la Primaire de ce parti. En effet, la presse (France Info 22/12/2015) s'était fait l'écho que ce parti, farouchement opposé à cette législation, préparait une stratégie pour faire échec à ce non cumul.
- aux fins de transparence, les euro-députés français "cumulards" qui ne devront choisir officiellement, qu'en 2019 (!) le mandat auquel ils entendent renoncer, devraient, dès l'entrée en application de la loi (31/3/2017), préciser le mandat dont ils se désisteront. Je signale, à ce sujet, le privilège exorbitant des élus qui, en 2014, se sont présentés en 2014 aux élections municipales et européennes, tout en sachant qu'ils seraient assujettis à la loi s'ils emportaient ces 2 élections. C'est le cas de l'euro-député-maire d'Hénin-Beaumont, S. Briois, qui a ainsi trompé, sciemment, ses électeurs, en omettant de déclarer qu'il ne pourrait aller au terme de ses 5 ans de double mandat...

La rénovation de la vie politique française est un long chemin...

dimanche 1 mai 2016

Chronique du 1er mai

"C’est un phénomène suffisamment significatif pour que la direction du FN s’en inquiète : depuis des mois, de nombreux élus "bleu marine" des dernières municipales, départementales ou régionales, quittent le parti. A Nanterre, une mission vient d’ailleurs d’être diligentée pour diagnostiquer l’étendue de ces départs.
Aujourd’hui, le FN compte près de 1.600 élus municipaux, 358 conseillers régionaux, 62 conseillers départementaux et 27 parlementaires (députés européens, deux députés et deux sénateurs). Combien sont-ils à avoir rendu leur carte ? Combien de défections ? Certains évoquent jusqu’à 15% d’élus qui auraient rendu leur carte. "Maximum 8 à 10%", jauge Jean-Lin Lacapelle, le secrétaire national aux fédérations et à l'implantation. Cela pourrait donc concerner entre 160 et 200 élus sur un total de plus de 2.000. Un chiffre non négligeable !"
Vous voulez connaitre les motivations de ce élus qui désertent le parti ? Lire les témoignages dans : 

samedi 30 avril 2016

Chronique du 30 avril

Entre ceux qui veulent ni de la droite, ni de la gauche, ceux qui se positionnent en dehors de la droite et de la gauche, ceux qui sont bien de droite ou de gauche, les Français, ceux qui votent, sont partagés...
Il faut dire qu'entre une gauche, ralliée à l'économie de marché, une droite convaincue par la redistribution des revenus, il y a de quoi perdre ses repères... Comme, de plus, l'une et l'autre sont divisées, en leur propre sein, sur l'Europe, bien malin qui s'y retrouvera, dans ses fondamentaux...
L'électeur de base, écœuré par les comportements des hommes politiques, oscillera entre s'abstenir ou voter pour le FN pourtant au moins aussi peu digne de confiance, l'électeur de gauche, déçu par Hollande, ne sait plus à quel saint (?) se vouer, tandis que celui de droite ne croit plus en Sarkozy.
A en croire les sondages, M. Le Pen se qualifierait aisément pour le second tour des présidentielles, tandis que Juppé serait le seul à la devancer dès le premier tour et à rassembler sur sa personne, la droite et une partie de la gauche...
Allons-nous vers un système de grande coalition à l'allemande, associant des hommes des deux bords ? Après tout, lors des trois cohabitations à la française : Mitterrand-Chirac (1986/88), Mitterrand-Balladur (1993/95), Chirac-Jospin (1997/2002), les choses ne s'étaient pas trop mal passées. Pour 2017, certes, on pense plutôt à un gouvernement d'union nationale...
Cela suffira-t-il pour que les Français se réconcilient avec la politique ? je ne le pense pas, car le mal est bien plus profond...

vendredi 29 avril 2016

Chronique du 29 avril


Le tribunal administratif de Lille a ordonné, hier, l'arrêt de l'abattage de 38 tilleuls centenaires, à Hénin-Beaumont. Il s'agissait d'une requête en référé-suspension à l'initiative de la conseillère municipale d'opposition (EELV), Marine Tondelier. Il y avait bien urgence, car la moitié des arbres avait déjà été abattue, et le juge des référés a admis que la commune n'avait pas apprécié l'état sanitaire des arbres : il y avait, ainsi,  "un doute sérieux sur la légalité de la décision" de la mairie.
Les "travaux" sont donc suspendus et il faudra attendre le jugement sur le fond de l'affaire, pour savoir si le juge estime qu'il y a bien eu carnage non justifié.
Dans cette affaire, comme d'habitude, la mairie a pris une décision au mépris de la concertation et, notamment, n'a même pas sollicité l'avis des riverains... Il y a également lieu de penser qu'aucun rapport sérieux n'a été établi sur la santé des arbres (la ville n'en a présenté aucun au juge...). Et, devant le tribunal qui jugera du fond, il faudra présenter des arguments pour justifier la destruction qui avait débuté... Le fait du prince est peut-être une méthode de gouvernance du FN, mais en démocratie, toute décision doit être étayée et concertée... 
Que les arbres constituent un puits de carbone pour capturer le CO2, cause du réchauffement climatique, n'a certainement pas effleuré l'esprit des élus frontistes qui n'ont aucune idée de l'urgence écologique. Je le rappelle souvent, mais la ville d'Hénin-Beaumont (27 000 habitants) est probablement la seule collectivité de France de cette taille à ne pas avoir d’adjoint à l'environnement ou à l'écologie, ce qui confirme bien le mépris de ce parti pour l'avenir des Français.
Fait du prince et mépris : merci à Marine Tondelier de nous avoir permis de garder à l'esprit le danger que représente le FN pour la démocratie...