dimanche 20 mars 2016

Mince alors, on n’y avait pas pensé !



Le Monde 19 mars (Reportage à Molenbeeck)

Les rumeurs commencent à circuler. Le même assure qu’il sait « par Facebook » que Salah Abdeslam s’est échappé de l’hôpital. Un autre, âgé d’une quarantaine d’années, bonnet sur la tête, tente de convaincre un plus jeune que lui que le 13 novembre n’était que mise en scène. « Ce ne sont pas des terroristes, ils n’ont tué personne, ils se sont fait sauter dans des ruelles désertes », explique-t-il doctement. « Mais ils ont tué en tirant quand même », tente l’autre, légèrement dubitatif. « Non. Ça, c’est les services secrets… et les sionistes », rétorque le premier. A ce dernier mot, le jeune homme se rembrunit. « Oui. Ça, je sais que ce sont les sionistes », lâche-t-il, soudainement vaincu par le poids de l’argumentation.

7 commentaires:

  1. C'est ballot de se faire reléguer à la place que l'on mérite! Il serait temps que cela se passe ainsi en France.

    "La dirigeante du Front national français Marine Le Pen, qui devait arriver vendredi au Québec pour une visite d'une semaine, peinera à se trouver un interlocuteur politique local.

    Tous les partis contactés vendredi, tant au niveau provincial que fédéral, ont indiqué qu'ils n'avaient pas prévu de rencontre avec la politicienne de 47 ans.

    La plupart ont ajouté n'avoir « aucun intérêt » pour une telle rencontre, témoignant du malaise suscité par les positions radicales de la formation d'extrême droite, notamment sur les questions d'immigration.

    La Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault est le seul parti qui dit avoir été contacté par les organisateurs de Mme Le Pen avant sa venue.

    L'attachée de presse à l'aile parlementaire du parti, Émilie Toussaint, s'est dite incapable vendredi de préciser pourquoi le Front national avait approché la CAQ.

    Un élu français accompagnant Mme Le Pen, Sébastien Chénu, a affirmé en début de journée vendredi à Radio-Canada que des rencontres sont prévues avec des politiciens fédéraux, sans donner leur nom.

    M. Chénu, qui n'a pas retourné les appels de La Presse, a précisé par ailleurs qu'un programme de rencontres avec des élus québécois était « en construction », là encore sans apporter de précision.

    Jean-Yves Camus, un spécialiste français de l'extrême droite joint en France, s'est dit perplexe vendredi quant aux visées de la politicienne française, qui a prévu quelques rencontres avec la presse au cours des prochains jours.

    « Je me demande qui elle a intérêt à rencontrer. Et qui au Québec a intérêt à la rencontrer. Pour les politiciens, ça ne peut rapporter rien d'autre que des ennuis »

    -Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême droite"

    RépondreSupprimer
  2. Sois cette bonne femme ment comme une arracheuse de dents, soit elle est grave, irresponsable, ne sait pas gérer son "staff", soit les deux... Incapable de gérer une région et encore moins la France. Le mandataire financier de l'époque aura sans doute plus d'éléments...UMPFN pourri!

    ➤ 𝗙𝗥𝗢𝗡𝗧 𝗡𝗔𝗧𝗜𝗢𝗡𝗔𝗟 • Les attaques de Marine Le Pen contre Nicolas Sarkozy et ‪#‎Bygmalion‬ contredisent-elles sa ligne de défense dans l'affaire du financement du ‪#‎FN‬ ?

    "Challenges révèle jeudi 17 mars ce que Marine Le Pen a déclaré au juge Renaud Van Ruymbeke lors de son audition du 5 janvier comme témoin assisté dans l’affaire du financement des campagnes du FN. La cheffe frontiste a tenu une ligne défense claire : elle ne savait rien. La justice suspecte le parti d'extrême droite de s'être illégalement enrichi en surfacturant, par le biais de la société Riwal, les frais de campagne pour les campagnes de 2012.

    Mais, devant Renaud Van Ruymbeke, Marine Le Pen explique qu'elle n'avait aucun moyen de savoir tout ça. Quand le juge lui demande comment elle explique que sa propagande pour la dernière campagne présidentielle a coûté moins de 700.000 euros à Riwal mais que l'État a remboursé 2,56 millions d'euros à l'agence, la présidente du FN répond :

    « J’ai donné une subrogation à Riwal. Je n’avais aucune possibilité d’avoir la moindre vision. »

    Idem lorsqu'elle est interrogée sur le fonctionnement de Jeanne, son micro-parti. Jeanne vendait aux candidats frontistes aux dernières départementales un kit de campagne fabriqué par Riwal, kit que la société est suspectée d'avoir surfacturé. Les grandes marges ainsi obtenues auraient pu être reversées au FN par le biais de rétrocommissions. La défense de Marine Le Pen est identique :

    « Je n’avais aucune raison d’être informée des relations entre Jeanne et Riwal. »

    Cette ligne de défense adoptée par Marine Le Pen ressemble à s'y méprendre à celle choisie par Nicolas Sarkozy lorsqu'il a été entendu dans le cadre de l'affaire Bygmalion. L'ancien chef de l'État est très clair : il ne savait rien de ces dépassements de compte de campagne. Impossible selon la présidente du FN qui, en mai 2014, alors qu'éclatait l'affaire Bygmalion, se montrait très violente à l'égard de Nicolas Sarkozy :

    « C'est scandaleux, c'est une triche à l'échelle industrielle, 23 millions d'euros de dépenses supplémentaires. Que personne ne vienne me dire que le patron de l'UMP n'était au courant de rien, que le candidat n'était au courant de rien, c'est juste impossible. »

    À l'époque, Marine Le Pen considérait donc que le candidat Nicolas Sarkozy était forcément au courant du dépassement des dépenses de sa campagne. Mais aujourd'hui, dans une affaire qui concerne son camp, la présidente du FN estime qu'elle n'avait « aucune possibilité d’avoir la moindre vision » des écarts de facturations opérés pour sa propre campagne présidentielle… "

    Pitoyable bonne femme!

    RépondreSupprimer
  3. Semaine d'actions et d'éducation contre le racisme. Le FN n'est pas à la fête.
    Le Gorafi:

    "La nièce de Marine Le Pen s’est à nouveau fait remarquer ce soir en affirmant lors d’un discours que l’immigration devait être traitée avant qu’il ne soit trop tard.

    Elle a ainsi expliqué que les roux de France devraient être ramenés dans leur pays au plus vite.
    Voici sa déclaration complète:

    Il y a trop de roux en France. Il faut les renvoyer en Roumanie. Ils sentent mauvais, on ne voit qu’eux, ils sont laids et pour la plupart n’apportent rien à la France. De plus, le grand rouplacement nous guette si on les laisse se reproduire sur notre territoire."

    Elle dit tout haut ce que la France pense tout bas. Les roux ne nous apportent que des ennuis. Même si il y en a des bien, hein, j'ai eu une rousse dans ma vie, hein, en général ils sont pas bien...

    Il faut aussi renvoyer les Le Pen dans leur Pénis d'origine.

    RépondreSupprimer
  4. - Vous êtes raciste, antisémite, homophobe, méprisant. Vous êtes un gros con.
    - Heu, oui. Je préfère quand même me définir comme un rebelle politiquement incorrect...

    Non au FN!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 7h07....Faut rire ?

      Supprimer
    2. Oui, de toi...18H09

      Supprimer

  5. Les médias face aux extrêmes : Nord Littoral explique ses choix sur Canal+ (vidéo)

    Publié le 19/03/2016

    Des journalistes de l’émission sur les médias Le Tube sont venus à Calais cette semaine.

    L’objectif : comprendre les choix de Nord Littoral face aux extrêmes.

    Le quotidien avait notamment qualifié les identitaires ayant manifesté le 12 mars dernier à Calais, de fachos.

    Le reportage aborde également le combat du journal contre la haine sur les réseaux sociaux.

    Un reportage diffusé sur Canal + ce samedi, à partir de 12h45, et que vous pouvez redécouvrir en replay via le lien ci-dessous :

    http://www.canalplus.fr/c-emissions/c-le-tube/pid7549-les-sujets.html?vid=1373667

    RépondreSupprimer