vendredi 22 janvier 2016

Laïcité ou laïcité ?




Le débat qui fait rage entre M. Valls et et JL Bianco sur la notion de laïcité peut faire penser à une nouvelle guerre de chapelle. Pourtant il s'agit d'une question fondamentale sur la conception de notre société.

La laïcité organise la place des religions dans l'Etat. Ce dernier protège l'exercice des cultes, mais, chacun, dans sa sphère propre. 
L'avènement de l'Islam a changé le relatif consensus qui régissait, jusqu'à présent, les rapports entre l'Etat et les religions. L'Islam est plus visible sur la place publique et se sont posées à son sujet des questions qui ne faisaient pas l'objet de polémiques avec les autres religions : le port du voile ou du niqab (pourtant, les religieuses catholiques...), par ex. Ou certains prêches de certains évêques (M. Lefebvre) valaient bien les discours survoltés de certains imams... 
C'est donc 2 conceptions de la laïcité qui s'affrontent :
- celle qui a prévalu jusque ces derniers temps, dite "ouverte" ou "souple" qui s'est révélée dans les affaires scolaires (signes "ostensibles"), de crèches (Baby Loup), mais qui n'a pas su réagir aux discriminations (sorties scolaires, discrimination dans les heures séparées de piscine...)
- la laïcité stricte qui considère que toutes les religions doivent être traitées sur un pied d'égalité. Et qui vient de trouver sa traduction chez Elizabeth Badinter "«Il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d'islamophobe !" Ajoutant : "Le mot "phobie" signifie "peur" plutôt que "haine"". Je cite le magazine Marianne à ce sujet : "Dans les années 80, la philosophe se faisait accuser d'«ethnocentrisme» par Jack Lang parce qu'elle combattait l'acceptation de la polygamie et de l'excision alors prônée à gauche au nom du respect de la différence. Elle alertait sur l'installation du communautarisme, «cette idée que tous les rituels culturels ou religieux, y compris les plus intégristes, sont respectables et doivent être respectés». Elle dénonçait le sabotage d'une tradition universaliste portée depuis un siècle par la gauche. Pourquoi ? Hier, «par manque de courage». Aujourd'hui, «par électoralisme». Comment ? Par le «déni : pour avoir la paix, on pense qu'il suffit de nier les problèmes».

Rien à voir avec la "laïcité selon le FN" qui est une laïcité à géométrie variable : restrictive, voire plus, envers l'islam, très compréhensive envers les "racines judéo-chrétiennes de la France justifiant beaucoup de dérives  (prières publiques contre l’avortement, le mariage homosexuel ou des pièces de théâtre jugées impies) ou de pratiques ouvertement contraires à la laïcité (il a défendu les crèches dans les lieux publics, notamment dans plusieurs de ses mairies).

Guerre de religion dans la chapelle socialiste

LE MONDE | 
Françoise Fressoz



Le débat sur la déchéance de nationalité n’est pas clos, qu’un nouveau vient d’exploser à la figure du président de la République, et dit l’ampleur du malaise à gauche  : la laïcité face à l’islam. Autrement posé, l’Etat laïc et républicain a-t-il trop concédé à l’islam  ?
A sujet tabou attaque foudroyante. Sans crier gare, le premier ministre, Manuel Valls, s’en prend à Jean-Louis Bianco, le président de l’Observatoire de la laïcité, auquel il reproche de se montrer trop conciliant.
Jean-Louis Bianco est un socialiste posé, respecté. A vrai dire, il n’en revient pas de la violence de la charge et réagit du tac au tac, en évacuant, d’emblée, les questions théologiques et historiques. Peu lui chaut d’être dans la lignée d’un Jaurès plutôt que d’un Clemenceau.
On se souvient que les deux hommes de gauche s’écharpaient, en 1905, sur la conception de la laïcité  : plus ouverte pour l’un, plus fermée pour l’autre. Mais ce n’est pas le sujet. M. Bianco se veut pragmatique. Il assure être de plain-pied dans la réalité  : «  Nous sommes deux à trois fois par semaine sur le terrain », fait-il valoir dans Le Monde daté jeudi 21 janvierEt, fort de ce qu’il entend et de ce qu’il voit, il n’en démord pas  : l’application d’une laïcité apaisée, respectueuse de la liberté d’autrui, demeure, à ses yeux, la façon la plus responsable d’éviter la résurgence d’une de ces guerres de religion qui ont déchiré le pays.

Un pays assis sur une poudrière
Mais l’ex-secrétaire général de l’Elysée compte de solides détracteurs, un peu partout. Au sein même de l’Observatoire de la laïcité, parmi les intellectuels, parmi les féministes et parmi les hommes politiques, qui bouillent de voir l’Etat, bras ballants face au prosélytisme à l’œuvre dans certains quartiers, au mépris des droits de la femme, des principes républicains et de la sécurité.
Leur colère est si forte que la philosophe Elisabeth Badinter appelle désormais à défendre la laïcité, «  sans avoir peur de se faire traiter d’islamophobe  ». Elle reçoit, dans la foulée, l’appui du premier ministre, qui défendait naguère l’interdiction du port du voile à l’université, et se dit désormais partisane d’une «  défense intransigeante » de la laïcité.
Tant mieux que le débat éclate au grand jour. Il couvait depuis des années et empoisonnait le pays aussi sûrement que celui de l’identité nationale. La présidente du Front national, Marine Le Pen, s’en était emparée et en faisait son moteur.
Simplement, maintenant que tout est sur la table, il faut avoir la force de le maîtriser, et ce n’est pas le meilleur moment, car le pays, au maximum du risque terroriste, est assis sur une poudrière. Le nombre d’actes antimusulmans a plus que triplé en 2015. La communauté musulmane se sent stigmatisée. Qu’on la pousse encore et une partie plus importante peut basculer dans l’islamisme radical.
C’est la raison pour laquelle M. Bianco appelle inlassablement au dialogue et que Bernard Cazeneuve, le ministre de l’intérieur, adresse, dans La Croix, le 18 janvier, une mise en garde à tous ceux qui «  voudraient lancer une déclaration de guerre aux religions ». Mais il manque une voix, celle qui garantit l’unité nationale, celle qui compte. Qu’en pense le président de la République ?

34 commentaires:

  1. Les Français aiment bien dire qu'ils habitent " la patrie des Droits de l'Homme" .
    Or, qui dit la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme ?
    Voici son article 18, que l'on est très loin d'appliquer intégralement :

    "Article 18

    Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction SEULE OU EN COMMUN, TANT EN PRIVé QU'EN PUBLIC, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites."

    Par ailleurs, comparer l'habit des religieuses ( catholiques et le niqab, hum...faut le faire ! Car l'habit des religieuses catholiques, que l'on ne voit pas beaucoup dans les rues :-) , est un uniforme professionnel, ce qui n'est pas le cas des porteuses de nikab, tchador ou autres foulards islamiques ;
    Et puis, les "discours enflammés de certains évêques"....vous êtes sûr que vous ne confondez pas avec les protestants évangéliques ? Pour rappel, l'évêque schismatique et d'ailleurs excommunié Marcel Lefebvre n'est plus de ce monde depuis quelques années :-)
    La laïcité n'est pas synonyme de "guerre aux religions". D'ailleurs, elle n'arriverait pas à mettre les religions hors-la-loi; beaucoup de pays - dont la France de 1793 qui voulait " extirper, par la force, si besoin est, la superstition populaire" s'y sont essayés, mais n'y sont pas parvenus.
    Les religions existent depuis au moins le néolithique, et rien ne laisse penser qu'elles disparaîtront :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. - Liberté d'exercice du culte mais sans empiété sur la liberté des autres. Et j'avoue que les processions, comme les prières de rue, me posent problème.
      - Tiens donc ! Les religieuses ne sont plus des professionnelles (on ne les voit effectivement plus beaucoup dans les rues : crise des vocations ou retour au bercail ?)
      Non je ne confonds pas avec les protestants. M. Lefebvre, même s'il est décédé, a eu, en son temps, des discours aussi blâmables que ceux de certains imams...
      - L'objectif de la laïcité n'est, bien entendu, pas de faire la guerre aux religions, mais de veiller à ce qu'elles restent dans leurs sphères de compétences, dans une stricte égalité entre elles. Ce ne sont pas les religions qui sont à bannir, mais bien leur emprise dur la vie publique comme on l'a vu avec la religion catholique et comme on le voit aujourd'hui avec la religion musulmane. C'est à l'Etat de montrer les limites à ne pas dépasser et une laïcité "positive" permet les dérapages du style : "l'instituteur ne remplacera jamais le curé ou le prêtre" de qui vous savez.

      Supprimer
    2. Jamais il n'a été dit que le laïcité était la guerre aux religions. En revanche sphères religieuses et publiques ne doivent jamais se confondre.

      Supprimer
    3. Il faut arrêter de subventionner les associations ou lieux faisant de l'éducation cultuelle. La seule école, c'est celle de la république.

      Supprimer
    4. 19H27: Faut pas faire de fixation sur la "confession" ( et non " religion" ) catholique. La religion, c'est le christianisme, et en France, il y a quasiment autant de protestants "pratiquants" que de catholiques " pratiquants". A Hénin, il y a 2 églises protestantes évangéliques et 1 église protestante "réformée". Donc, il ne doit légitimement pas y avoir que les catholiques qui doivent faire l'objet de votre courroux .
      D'ailleurs, NS n'a pas dit " l'instituteur ne remplacera jamais le curé ou le prêtre", mais " l'instituteur ne remplacera jamais le curé ou le pasteur" ;-)
      Et je répète que Lefebvre n'était plus considéré comme "catholique", du moins comme " catholique romain" .
      Désolé de vous contredire, mais les religieuses ( catholiques, mais il y a aussi quelques religieuses luthériennes, qui portent un habit particulier....ben si, on peut considérer cet uniforme comme un uniforme de travail. Ce qui n'est nullement le cas des tchadors, nikab ou assimilés .

      Supprimer
    5. Soit on refuse "la liberté de manifester sa religion ou sa conviction SEULE OU EN COMMUN, TANT EN PRIVé QU'EN PUBLIC, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites." et on désavoue la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme............Soit on admet "la liberté de manifester sa religion ou sa conviction SEULE OU EN COMMUN, TANT EN PRIVé QU'EN PUBLIC, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites." et on est en accord avec cette Déclaration Universelle des Droits de l'Homme........Mais, on ne peut pas être en même temps une chose et son contraire ! :-)

      Supprimer
    6. Désolé Alain, je viens de me rendre compte que j'ai répondu à 16h37 sans avoir lu ton commentaire de 19h27 ! De fait, on dit la même chose.

      Supprimer
  2. François Hollande a de son côté annoncé "un plan de soutien d'un milliard d'euros" sur cinq ans à la TUNISIE pour "aider les régions défavorisées et la jeunesse, en mettant l'accent sur l'emploi".

    Quand on voit ce qu'il a réussi pour l'emploi en FRANCE !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aidons la jeunesse des autres pays, la notre, qu'elle se démerde.

      Supprimer
    2. Quand on pense qu'en France,on paye de plus en plus pour se soigner du fait du déremboursement des médicaments, des dépassements d'honoraires de plus en plus fréquents,du coût de plus en plus cher des mutuelles, on se dit que ce serait bien qu'on nous aide aussi.

      Supprimer
    3. Avec François, plus d’inquiétudes. T'as pas d'argent, pas de médoc, t'es pas malade. Point. T'as pas de boulot, t'es rayé des listes on t'entend plus. Point. Vive la gauche!

      Supprimer
  3. "L'Islam est plus visible sur la place publique et se sont posées à son sujet des questions qui ne faisaient pas l'objet de polémiques avec les autres religions"
    Parce qu'on a laissé faire. Parce qu'on nous l'a imposé.
    Toutes les religions sur le même plan d'égalité, dans la sphère privée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déclaration universelle des Droits de l'Homme ( 1948 )
      Article 18 :"Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction SEULE OU EN COMMUN, TANT EN PRIVé QU'EN PUBLIC, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites."

      Où, dans ce texte , voyez-vous que l'on parle de "sphère privée" ? C'et ben beau de se gargariser avec le prétendu respect des Droits de l'Homme, dont la France serait la championne,....mais encore faut-il les appliquer...ou, tout simplement, dire qu'on ne les respecte pas.

      Supprimer
    2. On ne respectera pas des gens qui ne respectent pas le pays qui les accueille.

      Supprimer
    3. On est " Droits de l'Homme" ou on ne l'est pas ! Inutile de se gargariser aves les "Droits de l'Homme" si on ne les applique pas, ce qui est le cas de beaucoup de Français, semble-t-il !
      A cet article 18, qui parle - je le mets en majuscules - de LIBERTE DE MANIFESTER SA RELIGION SEUL OU EN COMMUN, TANT EN PRIVE QU'EN PUBLIC, , il convient de citer le dernier article de cette Déclaration universelle des Droits de l'Homme :
      Article 30
      Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés. "
      Il me semble que tout cela est clair !

      Supprimer
    4. On ne peut que se torcher le cul avec ces papelards d'un autre temps et jamais respectés.

      Supprimer
    5. Admirons la délicatesse de 20h23 en la matière...

      Supprimer
    6. La délicatesse n'a plus lieu d'être AA.

      Supprimer
    7. Ah ces fachos , Alain! Torchons nous avec eux! Baffons les. Il n'y a que ça qu'ils comprennent.

      Supprimer
    8. 09h48,son seul argument:la vulgarité!

      Supprimer
  4. Mary, vive la Laïcité23 janvier 2016 à 09:43

    La religion, les religions ( pour les croyants , il ne devrait y avoir qu'un seul Dieu. Vous imaginez vous, des parkings pour juifs, chrétiens, musulmans, bouddhistes, "Là Haut"?)ne sont pas le problème.
    Le problème, les problèmes sont les fidèles les plus réactionnaires et violents de toutes ces religions qui s'en servent comme instrument politique et pire comme arme!

    D'autres parlent de traditions..
    MARIANNE :"Les crèches installées dans des mairies qui ont fait l'objet de contentieux ces dernières années, ces derniers temps, n'ont en effet rien de «traditionnel». Leur floraison est récente. Celle de Béziers date de l'élection de Robert Ménard. Celles de Montiers et de Lamorlaye, dans l'Oise, datent des années 2000. Celle d'Avignon, de 1999, celle de Melun a dix ans à peine. Une des plus anciennes, celle de La Roche-sur-Yon, en terre vendéenne, date de 1989, année où Lionel Jospin céda face au voile à l'école *et celle d'Hénin de 2015*.... Ce n'est pas un hasard. Car ces installations religieuses dans les bâtiments publics ne sont pas de tradition mais de réaction : voyant les élus violer de plus en plus la laïcité de leurs mairies en faveur de multiples fêtes ou soirées musulmanes, des militants catholiques ont exigé de profiter des mêmes DERIVES."

    Car il s'agit bien de s'intéresser aux DERIVES et aux ENTORSES toutes récentes à notre chère Laïcité. Une crèche, une croix,un tchador, une statuette de Bouddha... n'ont pas à m'être imposés dans une administration où je suis parfois dans l'OBLIGATION de me rendre. Cela me heurte doublement car, comme la majorité des Français je suis athée, agnostique et fière que la religion ne se mêle plus du politique et de la "res-publica".
    Je considère que les écoles privées et confessionnelles ne devraient recevoir aucun financement de la collectivité.
    Je milite aussi pour que les voiles de toutes formes, que je ressens comme un instrument d'oppression des femmes , ne rentrent ni dans les écoles, ni dans les collèges, ni dans les lycées, ni dans les Universités .
    Par contre dans les rues, les jardins publics, les restaurants cela ne me pose absolument aucun problème même si je déplore toutes ces crispations autour de la religion ( il n'en est qu'une et ce depuis que l'homme a enterré son premier mort, celle qui aide certains à espérer et à oublier l'inconvénient d'être né).

    Quand vous débarquez à New York, il y a la valse enlevée des taxis, une farandole incessante. Dans ces taxis, vous retrouvez, chez les chauffeurs, les costumes et signes religieux du monde entier, dont les tissus flamboyants autour des têtes de l'Inde...ou pas du tout. Mais , dans toutes les voitures,vous trouvez aussi, option obligatoire, les réceptacles, à l'avant, du pot de pop corn et du coca ou café aromatisé.
    Par contre, devoir prêter serment sur la Bible, continue de me choquer. Je ne suis pas américaine.
    L'idée de la Laïcité à la française est , de loin, la meilleure du monde.Et beaucoup nous l'envie. Défendons la!


    Je souhaite aux pays, sous joug des religieux, de se laïciser et de se savoir libre, comme moi,de regarder New York, du fond du taxi, et de ne pas avoir à adhérer aux croyances du chauffeur bouddhiste...

    RépondreSupprimer
  5. La majorité des français ,à leur mort,passe par l'église Mary.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Civitas, à l’extrême-droite de Dieu...
      Nous avons nos intégristes, nos fous de Dieu français, malheureusement. Activistes, obscurantistes, racistes, homophobes, réactionnaires , ils sont bien "contenus" par notre République qui doit cesser de les financer.
      Soutenant l'extrême droite, ils ne cessent de s'attaquer aux valeurs de notre démocratie. Oui, nous avons, nous aussi, nos intégristes. A surveiller.

      Supprimer
    2. T'as pas oublié les musulmans 09h47.

      Supprimer
    3. Intégristes musulmans et intégristes catholiques, même combat. A contenir et éradiquer.

      Supprimer
    4. les intégristes catholiques n'ont plus assassinés depuis longtemps 09h46,tandis que les autres c'est toujours d'actualité!!!

      Supprimer
  6. Oui, d'accord, Mary... Mais je me demande comment vous pouvez être athée et agnostique en même temps. Moi qui est mis du temps à passer de l’agnosticisme à l'athéisme, cela m'intéresse...

    RépondreSupprimer
  7. "Athéisme agnostique
    La question de l'existence de Dieu est insoluble.
    Il serait plus judicieux dans ce cas de parler d'agnosticisme. Celui-ci déclare l’absolu, le divin et la métaphysique inaccessibles à l’esprit humain et à la perception. Il professe une complète ignorance touchant à la nature intime, à l’origine et à la destinée des choses. Dieu étant inconnaissable, l’agnostique ne peut se prononcer sur son existence, en conséquence, il ne sert à rien de rendre un culte à Dieu. "

    Nous avions déjà parlé Alain de spiritualité sans religion.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai demandé à mes deux filles une cérémonie civile 20H53, une réunion pour réunir ceux qui comptent. Je sais qu'elles respecteront mon souhait. Elles ne sont baptisées, ni l'une, ni l'autre .Leur père et moi les avons laissées libres.

    RépondreSupprimer
  9. Wikipedia: "les agnostiques s'accordent pour dire qu'il n'existe pas de preuve définitive en faveur de l'existence ou de l'inexistence du divin, et affirment l'impossibilité de se prononcer".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc, un agnostique ne peut être athée...

      Supprimer
  10. GB ( com du dessus aussi)24 janvier 2016 à 10:12

    Moi je voudrais faire l'inverse Alain: Passer de l'athéisme à l’agnosticisme, puis à la croyance ! Cela est-il possible ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Révélation, en quelque sorte... Pourquoi pas, mais cela est, semble-t-il rare, alors que l'inverse...

      Supprimer
    2. François d'Assise est passé de l'irreligion ( comme on disait à l'époque ) à la religion.

      Supprimer