mercredi 6 janvier 2016

Un peu d'humour... et pas seulement sur ceux que je n'aime pas !



Facebook "Luttons contre le FN"





Le Gorafi 3/12/2015

Alors que 150 chefs d’Etat se sont réunis ce lundi pour le plus grand meeting écologiste du monde (AA : c'était le début de la COP 21), le parti des Verts traverse une crise interne que les médias appellent déjà le PoubelleGate. Nicolas Hulot, membre emblématique du mouvement, a été exclu sur-le-champ après avoir jeté une bouteille en plastique recyclable dans la poubelle verte, destinée aux ordures ménagères.

Le principal intéressé s’est immédiatement exprimé devant la presse pour protester contre la sévérité de la sanction : “Entre la poubelle verte, jaune, bleue… C’est impossible de se souvenir ! C’est comme à la pompe à essence, on ne sait jamais s’il faut mettre du SP95 ou du SP98 dans son 4×4 !” se plaint l’ex-animateur d’Ushaïa, toujours devant le local poubelle, une conserve vide à la main.

Le Gorafi 10/12/2015

Du haut de ses 26 ans, Marion Maréchal Le Pen a un caractère bien trempé. La députée frontiste du Vaucluse s’est en effet illustrée dernièrement par ses idées concernant les Centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI) et sur les Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG), qui selon elle, ne devraient plus être remboursées. Elle affirmait alors avec tout le tact qui la caractérise : « Les traînées vont payer ».

Mais Marion Maréchal Le Pen va plus loin. Elle a affirmé hier lors d’un meeting à Orange, sa conception de l’avortement: « L’avortement est un acte très grave qui doit être étudié au cas par cas. Idéalement, pour chaque demande d’IVG, il faudrait qu’une décision d’une commission non mixte soit prise. Cette commission, composée uniquement de personnes qui aiment bien juger les comportements d’autrui, décidera si la personne pourra ou non disposer et agir sur son corps».
L’exception musulmane
La députée frontiste a néanmoins ajouté certaines exceptions: « En revanche, je n’ai rien contre l’avortement s’il concerne des musulmans. Il faut encadrer leur fécondité, ils se multiplient trop vite, il y en a partout. Si des mesures ne sont pas prises très vite, on ne pourra plus en venir à bout».  La foule venue l’écouter à accueilli cette phrase avec un tonnerre d’applaudissements.




59 commentaires:

  1. Cette comparaison Chaplin, Sarko n'est pas flatteuse pour le grand comédien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum...il ne s'agit pas de Chaplin, mais de Stan Laurel...

      Supprimer
    2. çà reste un charlot....Sarkozy bien entendu...

      Supprimer
    3. Le charlot c'est celui qui ne sait pas qui est Charles Spencer.

      Supprimer
    4. 11h40 et 13h36 à 16h08 si ça peut vous faire plaisir je veux bien être comme vous dites " Le charlot" tant je me satisferais d'avoir le centième de son talent !

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Source Libération. Edition du 06/01/2016
      Par Nathalie Versieux.

      L'Allemagne troublée par une vague d'agressions contre des femmes
      la Saint-Sylvestre, une centaine de faits de harcèlement sexuel se sont produits à Cologne, Hambourg et Stuttgart. Des actes qui pourraient impliquer des migrants
      C’est une forme inédite de harcèlement et l’Allemagne est sous le choc. Une centaine d’agressions sexuelles, commises dans la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne, Hambourg et Stuttgart provoquent l’émoi dans le pays. Le gouvernement condamne les agressions tout en s’inquiétant du risque de stigmatisation des réfugiés. Les descriptions données par les victimes et des témoins sont concordantes, évoquant des agresseurs d’apparence «maghrébine» ou «arabe». Dans la nuit de la Saint-Sylvestre, sur le parvis de la cathédrale et devant la gare de Cologne, ces attouchements et violences se sont répétées une centaine de fois ; 90 femmes ont porté plainte, pour vol et agression sexuelle, une pour viol. Toutes ont raconté avoir été encerclées par des groupes d’une dizaine à une vingtaine de jeunes hommes aux environs de la gare de Cologne. Les agresseurs, âgés de 15 à 35 ans, se sont livrés à des attouchements, avant de voler portable ou sac à main.

      Des scènes similaires se sont également produites à Hambourg (une douzaine de plaintes) et Stuttgart. «Nous avons affaire à une forme de criminalité organisée d’un type inédit», s’inquiète le président de la police de Cologne, sous pression. La presse allemande reprochait mardi aux forces de l’ordre d’avoir dissimulé pendant plusieurs jours l’ampleur des faits.

      «Aucune excuse»

      L’affaire provoque une vive émotion. Mardi, Angela Merkel se disait «outrée par ces agressions abjectes et ces attaques à caractère sexuel», exigeant «une réponse sans faille de l’Etat de droit. Nous devons tout mettre en œuvre pour retrouver les coupables sans délai, et les punir sans égard pour leur apparence, leurs origines ou leur histoire personnelle», a précisé son porte-parole, Steffen Seibert. Comme lui, la plupart des commentateurs, sans les citer, tentent de dissocier les agressions de la vague de demandeurs d’asile entrés en Allemagne depuis la fin du mois d’août. «Les agresseurs doivent être punis avec la plus grande sévérité, exige la Verte Katrin Göring-Eckardt. On ne doit leur trouver aucune excuse. Il ne doit pas y avoir de zones de non-droit en Allemagne, peu importe que les agresseurs soient allemands, étrangers ou demandeurs d’asile.»

      Les agressions de la Saint-Sylvestre provoquent un vif malaise dans le pays, alors que de plus en plus d’Allemands s’inquiètent de l’arrivée massive de réfugiés en provenance de Syrie, d’Irak et du Pakistan. L’Allemagne a accueilli un million de demandeurs d’asile en 2015 et la politique de la porte ouverte aux Syriens décrétée par Angela Merkel début septembre se heurte désormais à de vives résistances. Mardi, le mouvement anti-islam Pegida et le petit parti d’extrême droite AfD n’hésitaient pas à faire l’amalgame. Frauke Petry, présidente d’AfD (Alternative für Deutschland), dénonçait «des agressions rappelant la situation d’absence de droit qui régnait en Allemagne à la fin de la guerre». Jusqu’à un million de femmes avaient alors été victimes de viols de la part des occupants soviétiques.


      Supprimer
    2. France info. 06/01/2016
      Des dizaines d'agressions sexuelles ont été commises à Cologne, dans l'ouest de l'Allemagne, dans la nuit du 31 décembre."Plus d'un millier de personnes" seraient impliquées, selon le ministère allemand de la Justice. L'affaire suscite une vive émotion outre-Rhin. Francetv info répond à cinq questions sur cette vague de violences.

      Que s'est-il passé à Cologne ?

      Jeudi 31 décembre au soir, alors que les festivités du Nouvel An battent leur plein, dans le centre de Cologne, sur une grande place très fréquentée, plusieurs groupes de 20 à 30 jeunes, visiblement ivres, agressent des femmes autour de la cathédrale et de la gare centrale.

      Les victimes affirment que les suspects les ont à chaque fois encerclées afin de les agresser sexuellement et de leur voler leurs effets personnels, précise l'agence de presse allemande DPA (en anglais).

      Au total, "plus d'un millier de personnes" auraient commis des agressions ou aidé les agresseurs, selon le ministre allemand de la Justice, Heiko Maas.

      Mardi 5 janvier, la police avait déjà enregistré 90 plaintes, concernant des faits de harcèlement, des vols, des dizaines d'agressions sexuelles et au moins un viol. Les forces de l'ordre ont, en outre, signalé une dizaine de plaintes concernant des attaques similaires à Hambourg, la même nuit.

      Que sait-on des suspects ?

      Cinq hommes ont été arrêtés près de la gare centrale de Cologne, vendredi 1er janvier, selon l'agence DPA. Une information qui n'a pas encore été confirmée. La police tente actuellement d'identifier les agresseurs, grâce à des images tournées par des témoins et des caméras de vidéosurveillance, rapporte la BBC (en anglais).

      Certaines victimes ont décrit les suspects comme des "hommes d'apparence arabe ou nord-africaine", a précisé, lundi, le chef de la police de Cologne, Wolfgang Albers.

      Pourquoi l'affaire est-elle devenue politique ?

      Certains responsables politiques allemands ont immédiatement utilisé ces témoignages sur l'origine ethnique des suspects pour mettre en cause la politique d'accueil massif de réfugiés de la chancelière Angela Merkel ces derniers mois.

      Le ministre de la Justice a toutefois mis en garde contre toute "instrumentalisation" de cette affaire qui intervient en plein débat sur l'afflux de migrants en Allemagne. "Il ne doit pas y avoir de suspicion généralisée, mais pas de tabou non plus", a renchéri le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière. Celui-ci veut toutefois savoir si les auteurs de ces agressions "sont arrivés récemment ou sont depuis longtemps" en Allemagne.

      Pourquoi la police allemande est-elle critiquée ?

      La police de Cologne est sous le feu des critiques pour ne pas être intervenue, alors qu'elle était massivement mobilisée pour cette nuit de la Saint-Sylvestre. Le ministre allemand de l'Intérieur a critiqué cette inaction, mardi soir, sur la chaîne de télévision publique ARD. "La police ne peut pas travailler de cette manière", a lâché Thomas de Maizière, qui "exige de manière urgente des éclaircissements". "Il n'est pas possible que la place soit évacuée et qu'ensuite [les agressions] aient lieu" au même endroit et que la police "attende les plaintes" des victimes pour réagir, a-t-il déploré.

      La police elle-même a reconnu avoir, peu avant les agressions, fait évacuer cette place à cause de tirs dangereux de feux d'artifice. Mais elle a indiqué que les agressions avaient débuté plus tard, sans qu'elle en prenne la mesure. Le 1er janvier, elle a même publié un communiqué soulignant que la soirée s'était passée sans incidents. L'ampleur réelle des faits n'a été révélée que mardi, avec l'accumulation de plaintes de femmes.

      Supprimer
  3. Franchement désolé ! Effectivement c'est une erreur ! Mais dès lors cette comparaison n'est pas flatteuse pour Stan Laurel qui a égayé mon enfance. Mes excuses Alain.

    RépondreSupprimer
  4. La rédaction Héninoise de la Voix du Nord va devoir se séparer de deux salariés ,d'autres suppressions de postes sont à venir sur les différents sites de VDN suite à la mévente importante de ses journaux.
    Le prix d'un exemplaire est-il responsable de la mévente,1,35 euro le vendredi et le samedi,1,10 euro les autres jours de semaine(425 euros/an) ou les dernières prises de position de VDN aux dernières élections régionales y sont-elles pour quelque chose ou alors un peu des deux?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont fauté. Qu'ils en paient le prix.

      Supprimer
    2. Vous parlez de la beigneux et du bribri. Et oui, ils ont fauté et vont en payer le prix! FN pourri, assistés et cumulards dans ce parti!

      Supprimer
    3. Qui a fauté ? Les rumeurs rapportées par 13h53 ne sont que des rumeurs... (il n'a même pas cité de source et le prix de l'abonnement annuel est presque moitié prix que ce qu'il annonce et encore moins cher en numérique !)

      Supprimer
    4. Radio fn ment, radio fn ment, radio fn ment toujours aussi effrontément... un feneux militant ça ne lit pas tellement de toute façon!

      Supprimer
    5. Regardez ce qu'il se passe chez nous.Un professeur bien de chez nous d'une école catholique vient d'être écroué car il sodomisait des garçons de 8 ans.Comme d'habitude, lui, il n'a pas de religion ! PTDR

      Supprimer
    6. Abonnement annuel 360 euros;ce n'est pas tout le monde qui a accès au numérique.

      Supprimer
    7. Pourquoi ne censurez vous pas l'article de 13h53 au motif qu'il ne donne aucune source, et que vous le faite pour des information sur les agressions sexuelles en Allemagne ? Bonjour l'objectivité

      Supprimer
    8. Le bashing continue , après les ignobles mises sur la place de greve des élus de l'opposition , c'est maintenant VDN , il y a eu aussi LDH , le prêtre HÉNINOIS , les mendiants , les roms , les socialos communistes , Alain ALPERN et bien d'autres , ces scélérats immondes s'arrêteront t'ils quand ? Peut être qu'une personne excédée de cette haine ignoble réagira mal et sera alors fait l'irréparable , je ne le souhaite pas , mais je pense que ces salauds le cherche .

      Supprimer
    9. 17:28 : parce qu'il n'y a pas de connotation raciste...

      Supprimer
    10. 16:52 : dans les médiathèques, on peut consulter la presse...

      Supprimer
    11. Vu ce que vous écrivez 19h01, on aurait du mal à croire que vous n'êtes pas du fn.

      Supprimer
    12. Vous justifiez la censure pour connotation raciste, alors que dans un premier temps vous dites pour defaut de source. Comprenne qui pourra.

      Supprimer
    13. Un feneux militant ne va pas dans les médiathèques. Quand il entend le mot culture, il sort la kalach. Culture, arabes, il ne supporte pas!

      Supprimer
    14. Médiathèque Alain;pour lire un journal ce n'est pas simple car beaucoup ,de plus en plus,sont déjà en mains;il faut s'armer de patience.

      Supprimer
    15. Un sociallisse militant ne lit pas,il distribue les tracts
      et boit du gros rouge(coco).
      Les dégâts constatés des anciennes majorités en sont le triste exemple.
      Jamais vu un rose en médiathèque!

      Supprimer
    16. 09h29 allez vous souvent à la médiathèque ? Il se peut que parfois l'on soit contraint d'attendre un peu, mais dire qu'il faille s'armer de patience me semble exagéré.

      Supprimer
    17. Tu n'y vas jamais à la médiathèque , imbécile de feneux de 14H22! Comme à l'église, tu n'y mets jamais les pieds et tu chiales après ta crèche. J'en mettrai ma main à couper!La bêtise de l'extrême droite n'a aucune limite. Les bas du Front!

      Supprimer
    18. Trois fois par semaine GB avant d'acheter mon pain chez Macowiak.

      Supprimer
    19. Un socialiste,18H10, et sa laïcité qui nous parle de crèche et d'église:il n'a pas de limite l'éhonté!
      J'en mettrai votre main à couper!
      La bêtise faite homme!

      Supprimer
    20. 9:22 Laïcité républicaine (pas celle du FN) : respect des religions...

      Supprimer
    21. Non, laïcité : imposer aux religions de respecter les lois de la République!

      Supprimer
    22. La loi exige AA de se plier à la laïcité.

      Supprimer
  5. Article du Monde. En réponse au connard qui a écrit "qu'une seule plainte à 14h" avait été faite.
    "Depuis trois jours, les plaintes se multiplient : mardi, 90 femmes au total avaient déclaré à la police avoir été agressées, notamment sexuellement, par des hommes décrits par les autorités comme « d’origine arabe et nord-africaine », alors qu’elles se trouvaient sur la place de la gare. Les autorités estiment que le nombre réel des victimes est sans doute beaucoup plus élevé. Les enquêteurs ont rapporté des vols et des blessures, ainsi qu’un viol."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    2. 16 suspects, 120 plaintes, source le parisien.

      Supprimer
  6. Petit rappel pour certains qui pensent que le viol n'est le fait que des "étrangers". Et même si le viol n'est pas une affaire de "pulsions" mais bien de mépris et de désir de soumettre ( il est évident que l'on viole plus les femmes en Inde, où celles-ci sont considérées comme des objets, des " citoyennes de seconde zone") ? CE RAPPEL permet de remettre les choses à leur place!

    Le viol est très majoritairement celui d'un proche de la victime: un père, un copain, un gentil voisin... et le crime se déroule à la maison. Voici les chiffres des viols en FRANCE, commis par des français...

    "75 000 femmes sont violées chaque année en France. Un crime souvent maintenu sous silence : seules 10 % des victimes portent plainte. Et à peine 3 % des violeurs sont condamnés. En cause notamment : les préjugés qui entourent agresseurs et victimes, et le traitement judiciaire. C’est ce que décrypte le livre « Le Viol, un crime presque ordinaire ». Voici, en avant première, des extraits de cette enquête sur ce qui ressemble trop à une tolérance envers un crime qui n’est pourtant pas une fatalité.

    "En France, une femme sur six est victime de viol ou de tentative au cours de sa vie, soit 206 viols chaque jour. Le violeur peut être le père, le frère, le collègue, le voisin, le conjoint. Celui dont on ne se méfie pas. La plupart des victimes ont moins de 18 ans et la majorité des filles et femmes violées le sont par quelqu’un de leur entourage, familial, professionnel ou amical. Et pour violer, nul besoin de couteau ou de pistolet. Un viol sur deux est commis sans violence physique. Peur, sidération, menaces suffisent à pétrifier la victime.

    Quand elle ose parler, la victime est pourtant, à chaque fois ou presque, soupçonnée de mentir. Demande-t-on systématiquement à une personne victime de vol de prouver qu’elle a résisté, hurlé, griffé son assaillant ? Celui qui s’est plié aux injonctions de son preneur d’otage, sous-entend-on qu’il a « consenti » ? Le viol a, dans les crimes de violence, un statut très singulier. C’est le seul pour lequel on attend de la victime qu’elle se débatte. Dans la définition pénale, c’est la menace, la surprise, la contrainte ou la violence qui caractérisent l’absence de consentement. "

    Il y a, voyez-vous , des violeurs "bien" français... et nombreux. Il y a encore beaucoup à faire, ici, dans mon pays et ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela mérite d'être rappelé. Merci, Mary !

      Supprimer
  7. A par celle qu'on a remis dans l'train à Arras...
    "Depuis l'ouverture de l'enquête, les mises en examen se sont succédées. Au total, plusieurs personnes et entités sont visées par l'enquête : le vice-président du FN, Jean-François Jalkh, son trésorier, Wallerand de Saint Just, le patron de Riwal, Frédéric Chatillon, le trésorier de Jeanne, Axel Loustau, ainsi que Jeanne et Riwal en tant que personnes morales. Le FN, lui-même, est mis en examen pour recel d'abus de biens sociaux et complicité d'escroquerie. Selon Le Monde, "STEEVE BRIOIS, ancien secrétaire général du parti, devrait être bientôt entendu dans la même affaire"..."

    RépondreSupprimer
  8. La maire de Cologne moquée pour ses conseils aux femmes après une vague d'agressions
    La maire de la ville allemande de Cologne, théâtre à la Saint-Sylvestre d'une vague d'agressions sexuelles, faisait mercredi l'objet de critiques et quolibets, particulièrement sur Twitter, pour son conseil donné aux femmes de se tenir à bonne distance des inconnus.

    Henriette Reker, maire sans étiquette de la métropole rhénane, a recommandé mardi aux femmes de respecter "une certaine distance, plus longue que le bras" avec les inconnus pour se protéger d'éventuels assauts. Elle s'exprimait lors d'une conférence de presse suite aux agressions sexuelles qui ont choqué toute l'Allemagne, et en réponse à une question sur le meilleur moyen de se protéger.

    Son conseil a déclenché une vague de commentaires sarcastiques sur Twitter, le hashtag "ArmlaengeAbstand", mot allemand pour "distance de plus d'un bras", s'imposant rapidement mercredi dans les cinq plus partagés en Allemagne.

    L'Inspecteur Gadget avec un bras téléscopique, ou les déesses hindoues aux bras multiples faisaient partie des références utilisées, et les commentaires allaient bon train. "Les effets pernicieux d'une distance de plus d'un bras... Je ne peux plus payer à la caisse", se moquait une utilisatrice, "je ne me suis plus sentie autant en sécurité que depuis que je me promène les bras écartés", ironisait une autre, tandis qu'un commentateur faisait valoir que "si les gens dans les régions en guerre savaient ça, il n'y aurait plus aucun problème!".

    "Shame on you" ("honte à vous"), s'indignait une utilisatrice, outrée qu'on suggère "aux femmes de changer de comportement et pas aux agresseurs".

    Un point de vue également exprimé par la ministre de la Famille, des Femmes et de la Jeunesse, Manuela Schwesing, qui sur Twitter, a affirmé: "nous n'avons pas besoin de règles de comportement pour les femmes, ce sont les auteurs des faits qui doivent rendre des comptes".

    Le ministre de la Justice Heiko Maas y est lui aussi allé de son commentaire sur le réseau social: "Ce ne sont pas les femmes qui portent la responsabilité" de ces agressions, a-t-il jugé.

    Mme Reker s'est défendue mercredi, déplorant selon des propos rapportés par l'agence DPA que "les compte-rendus raccourcis dans la presse (de ses propos) aient pu donner l'impression que (ses) mesures de prévention se limitent à des recommandations aux femmes et aux jeunes filles quant à leur comportement".

    Maire de Cologne depuis octobre 2015, Mme Recker avait été poignardée la veille de son élection par un homme revendiquant des motivations racistes, mais avait maintenu sa candidature.

    La nuit du réveillon de la Saint-Sylvestre, au moins une centaine de femmes ont été victimes sur une grande place de Cologne d'attouchements et de vols, commis par plusieurs dizaines de jeunes hommes d'origine apparemment immigrée.

    06/01/2016 15:19:18 - Berlin (AFP) - © 2016 AFP

    RépondreSupprimer
  9. Prochaine une de Charlie.
    Les allemands ont du cœur, les allemandes ont du c...un pays bien accueillant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idem pour les françaises... 75 000 viols en France chaque année.

      Supprimer
    2. 06:06 aime les statistiques.

      Supprimer
    3. Ben oui, moi aussi même si elles dérangent les bas du Front...
      Une vraie réflexion, loin des fantasmes des racistes .

      Supprimer
    4. 06h06, alias "Adolfo Ramirez! Police Française!", scrute le moindre recoin du net, dés 6 du mat, pour nous faire part de sa cul-ture!

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    6. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  10. Ce ne sont pas les charlots qui manquent en politique.

    RépondreSupprimer
  11. Abonnement 29,90 euros par mois;à peu près 33 baguettes de pain
    dans une boulangerie traditionnelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Panem et circenses, la devise du FN...Enfin, Patatem, ça coûte moins cher et c'est bien bon pour les pauvres.

      Supprimer
    2. Au moins ils mangent!Du temps de Bizness,c'est eux qui se faisaient mangés par ces non élus incompétents.

      Supprimer
    3. aH BON!!bribri bikini a vaincu le chômage aussi 9h3? Oh il est fort ce bribri!Depuis lui plus de famine, plus de gens qui meurent dans la rue, des enfants qui mendient, squelettiques . Oh quel homme ce bribri! Pdr!

      Supprimer
  12. Les victimes de ces crimes n ont que faire de la nationalité de leurs auteurs, cela me semble évident. Mais dans le cas qui nous concerne, pourquoi les forces de polices , en nombre sur les lieux de ces forfaits, ne sont pas intervenus, alors que ses crimes se sont perpétrés pendant quatre heure aux dires des victimes. Et la peut se poser la question sur la nationalité des auteurs.

    RépondreSupprimer
  13. Marine Le Pen réunira un séminaire fin janvier pour tirer le bilan des dernières élections et envisager un changement de nom du parti. « On écoutera les élus », promet le vice-président Florian Philippot. Un débat au FN, c’est nouveau...
    Proposons leur le RAM: Rassemblement des Analphabêtes Misanthropes. Ce n'est pas parce qu'on change l'emballage d'un produit pourri que...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vous fais pas le dire avec le LR ,le PS,pourri de chez
      pourri ce front ripoublicain!

      Supprimer
    2. Le fn est plus pourri que tous les autres paris réunis et de loin... Rien à faire en France!

      Supprimer