jeudi 31 janvier 2013

Bilan de 9 mois de Présidence

A l’heure où l’image de F. Hollande semble avoir  terminé sa dégringolade dans les sondages et même a connu une très légère amélioration, tâchons de prendre un peu de recul sur ces 9 premiers mois de mandat présidentiel.
Le slogan de campagne « Le changement, c’est maintenant » a eu un effet boomerang. Beaucoup ont crû ou fait semblant de croire que 5 ans de crise mondiale allait, en France, être effacés, d’un coup de baquette magique, par le nouveau Président. Ceux-là avaient mal compris ou on leur avait mal expliqué que le changement, c’était dans les méthodes, par opposition aux 5 ans d’excitation bling-bling et de libéralisme débordant de N. Sarkozy. Le discours de la méthode n’a pas été compris…
A charge de F. Hollande, ses cafouillages ( liberté de conscience aux maires pour la célébration des mariages gays) ou ceux de ses ministres (nationalisation de la sidérurgie, PMA) ou ses hésitations (droit de vote aux étrangers hors UE, limitation du cumul de mandats). Sinon, la façon d'aborder, par la concertation,  les questions épineuses (on pense à la récente négociation entre syndicats et organisations patronales sur le travail dans les entreprises) est un bon point qui demande du temps. Quelle sera l’’efficacité des mesures prises pour l’emploi (contrats d’avenir, accords de compétitivité, contrats de génération, banque publique d’investissements) ? De là découlera la réussite ou l’échec de la politique hollandaise, dont l’objectif est de casser la courbe croissante du nombre de chômeurs, fin 2013…
La décision du Président d’intervenir au Mali auprès des troupes maliennes a été bien perçue. Mais l’enlisement sur place pourrait guetter l’armée française et l’opinion pourrait se retourner…F. Hollande a démontré qu’il savait prendre des décisions rapides, mais il faudra trouver rapidement des solutions pour empêcher un nouveau dépeçage du Mali…
Difficile d’accorder un quelconque crédit à l’action de F. Hollande si l’on écoute les critiques « normales » de la droite (pas remise de la défaite de Sarko et du duel fratricide Copé/Fillon) ou du Parti de Gauche, à contre-courant de la pensée dominante et du…PC !

Un grand pas en avant!


Pour la première fois un organisme européen reconnait que l'on a failli dans différents domaines sanitaires et environnementaux en ne prenant pas en compte les dommages extrêmement graves dûs à des produits nocifs, dommages reconnus mais bien trop tard. Dans l'article ci-dessous du Monde, il n'est jamais fait allusion aux lobbys industriels qui freinent les mises en cause: tant que l'on ne s'attaquera pas à cette puissance, on continuera à minimiser les risques...

A titre indicatif, voici les 10 cas les plus graves où on l'on n'a pas su réagir:
1. Le plomb dans l'essence.
2. Le perchloroéthylène dans les canalisations du réseau d'eau.Ce composé organique volatil (COV) est surtout utilisé pour le nettoyage à sec de tissus et pour dégraisser des métaux. Il peut causer des troubles neurologiques, rénaux et hépatiques
3. Le méthyl-mercure (la forme organique la plus toxique du mercure).  déversé dans la baie de Minamata (Japon) dans les années 1950.
4. L'exposition des travailleurs du nucléaire militaire américain au béryllium ( utilisé dans l’industrie des armes nucléaires, qui a contribué à répandre cet élément dans l’atmosphère, d'où il se dépose dans l’environnement en contaminant l'eau, le sol, l'air et le corps humain. Il y a des polémiques sur son emploi dans les prothèses dentaires).
5. La manipulation de la science par l'industrie du tabac.
6. L'exposition professionnelle au chlorure de vinyle (PVC).
7. Les effets du DBCP (pesticide) sur la fertilité humaine.
8. Le scandale du bisphénol A
9. La saga du DDT.
10. L'éthinylestradiol (contraceptif oral) dans les eaux usées.


Bisphénol A, pesticides...l'Europe admet les failles de sa sécurité sanitaire

L'Agence européenne de l'environnement publie un rapport choc sur la prise en compte tardive des alertes

C'est un rapport saisissant que publie, mercredi 23 janvier, l'Agence européenne de l'environnement (AEE). Intitulé Signaux précoces et leçons tardives : science, précaution, innovation, il pointe tout au long de ses quelque 700 pages, les failles béantes du système de régulation sanitaire et environnementale en vigueur, en Europe comme ailleurs.
De l'essence plombée au bisphénol A, en passant par les insecticides systémiques (Gaucho, Cruiser, etc.) ou encore le DDT, l'agence européenne liste quinze dossiers dans lesquels des risques importants pour la santé des populations ou l'environnement ont été ignorés, cachés ou relativisés, et s'avèrent finalement coûteux pour la collectivité.
" Il y a quelque chose de profondément mauvais dans la manière dont nous vivons aujourd'hui ", écrit Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l'AEE, dans une préface dont le ton offensif est en rupture radicale avec la prose habituelle des instances de l'Union. Il y a tout autour de nous des maladies destructrices causées par les inégalités d'accès à une eau propre, à la santé ou à un environnement sain. Elles sont renforcées par les actions politiques de court terme et une adulation de la richesse qui crée de la division sociale. "
Le premier volet du rapport, publié en 2001, dressait déjà une liste importante de sujets majeurs négligés, de la crise de la vache folle à l'amiante, en passant par le distilbène - un médicament responsable de malformations à la naissance. " Force est de constater, avec ce second volume, qu'aucune conséquence n'a été tirée du premier, déplore la députée européenne Corinne Lepage, qui devait présenter le texte devant le Parlement européen, mercredi, avec Mme McGlade. Et que plus on parle du principe de précaution, moins on l'applique. "
Les similitudes entre les différents cas présentés sont " frappantes ", constate Mme Lepage. " Sur l'ensemble des sujets et dans tous les pays, on voit que ce qui se produit est très semblable, avec des lanceurs d'alerte qui ne sont pas écoutés, des industriels qui influent sur les décideurs, etc. ", poursuit l'avocate, spécialiste en droit de l'environnement.
Le premier volume montrait par exemple que les premiers signaux d'alerte sur l'amiante à faible dose avaient émergé dès 1896. Pourtant, l'usage de la fibre tueuse fut interdit en France en 1997, soit un siècle plus tard.
Le second volet décrit aussi comment le savoir disponible sur la dangerosité d'un produit est souvent ignoré ou nié, pendant de nombreuses décennies avant que les premiers effets sur la santé ou l'environnement se fassent sentir. " Les effets neurotoxiques du plomb étaient déjà connus à l'époque romaine, lit-on dans le rapport. Dès 1925 (...) de nombreux experts ont mis en garde, aux Etats-Unis, des impacts sanitaires probables qu'aurait l'ajout de plomb au carburant. " A partir de 1977, le plomb a été progressivement banni des carburants.
D'autres retards à l'allumage sont encore plus frappants si l'on s'intéresse par exemple à l'éthinylestradiol. Cette hormone de synthèse utilisée dans les contraceptifs oraux est suspectée de passer dans l'environnement via les eaux usées depuis 1976. Au milieu des années 1980, son action sur la faune aquatique - les changements de sexe des poissons - est avérée. Ce n'est qu'en 2012, près de trente ans plus tard, que Bruxelles décrète l'éthinylestradiol " substance prioritaire " et propose de mettre en place d'ici à 2016 un seuil de qualité des eaux applicable à cette substance, à atteindre d'ici à 2027.
Les auteurs du rapport pointent quatre sujets émergents : les nanotechnologies, les OGM, les ondes électromagnétiques des téléphones mobiles et le nucléaire.
Concernant les nanomatériaux, les effets indésirables des nanoparticules de dioxyde de titane ont été mis en évidence en 1992, mais il faudra attendre 2009 pour que l'Europe en tire les conséquences dans un règlement sur les cosmétiques. La Commission européenne prendra deux ans de plus pour en proposer une définition officielle.
Parfois, les réactions ne sont pas si lentes. En témoigne le classement en 2011 des radiofréquences de la téléphonie mobile comme " cancérogènes possibles pour l'homme ", par le Centre international de recherche sur le cancer. Et ce, note le rapport, malgré " l'inertie de l'industrie de la téléphonie mobile " à prendre en compte différentes études, en particulier celles menées depuis 1999 par Lennart Hardell (université d'Obrero, Suède). Les travaux de ce dernier, de même que l'étude internationale Interphone, a fait l'objet de fortes controverses.
Pourtant, souligne le rapport, ces résultats " montrent un risque accru de gliome - tumeur cérébrale - et de neurinome du nerf acoustique associé à un usage prolongé du téléphone mobile " et que " les adolescents semblent présenter un risque plus élevé que les adultes ". " Ce rapport met en évidence que le coût de l'inaction n'est pas correctement évalué : on ne sait jamais réellement combien coûte à la collectivité le fait de ne rien faire ou de le faire trop tard, insiste Mme Lepage. De même, le système juridique est fait de telle manière (on le voit en France avec l'affaire de l'amiante) que les responsables ne risquent jamais rien. Ils peuvent donc engranger des profits à court terme sans se soucier des problèmes que cela peut causer sur le long terme. "

Paul Benkimoun et Stéphane Foucart
© Le Monde 24 janvier

mercredi 30 janvier 2013

Hénin, ton univers impitoyable...


Je faisais allusion, il y a quelques instants, dans le post précédent, à la déliquescence politique héninoise. Quelques précisions:
- l'"élection" comme secrétaire de section de Marcel Germe, sans urne, sans isoloir, sans appel à candidature, après convocation de militants sûrs, est significative de la démocratie au sein du parti. L'élection a été houleuse et certains militants veulent faire un recours contre la procédure. Bonjour l'ambiance! L'animateur de la circonscription, le député P. Kemel, ne s'est même pas déplacé et a envoyé son directeur de cabinet...
- cette façon de procéder doit rappeler des souvenirs au nouveau secrétaire: c'était de cette façon que lui et D. Duquenne avait été éliminés de la section au profit de Dalongeville. Comme quoi on devient, chacun son tour, exécuteur des basses oeuvres du parti...Quelle honte...
- la désignation (je n'ose parler d'élection) de M. Germe signifie-t-elle que le PS investit sur E. Binaisse? C'est vrai qu'il n'y a aucun danger extrémiste à HB, que le bilan du maire est extraordinaire et qu'il incarne le renouveau et le dynamisme tants désirés par les habitants...(voir le post précédent)
- d'ailleurs, le maire est tellement porté par son charisme et sa popularité qu'il a exigé des conseillers municipaux absents à la cérémonie des voeux (où peu d'Héninois se sont rendus) de lui présenter leurs excuses...Sans commentaire... 

Pauvre PS, pauvres habitants!

Je ne sais s’il faut extrapoler les dérives de la Fédération 62 du PS à l’ensemble du parti, mais la soi-disant tutelle sur le Pas-de-Calais ne change rien au fond des choses. Le parti, entraînant toute la gauche, est parvenu au fin fond du gouffre.
Nous ne reviendrons pas sur la prise de pouvoir des années 70 par le trio PerchKuchMel (Percheron, Kucheida, Mellick) aidé activement, on l’oublie, par JM Alexandre et la création d’un système féodal fait de baronnies et de féaux, qui a difficilement géré la fin des Houillères pour laisser un département et plus particulièrement un Bassin Minier, dans un état pitoyable malgré promesses, auto-satisfécits et espoirs. Ce système figé et de type « limite mafieux » est en train de s’écrouler, puisqu’il n’a pas su susciter de vocation et a pérennisé la culture des Houillères faites de soumission et d’assistanat au bénéfice d’une élite médiocre et socialiste que de façade.
Il faudra bien un jour raconter, dans le détail, comment le PS a (volontairement, j'en suis de plus en plus persuadé) laissé le champ libre au Front National et particulièrement à Hénin-Beaumont. Ou comment de ce territoire héninois de gauche, on est passé à un fief frontiste. Après avoir dégommé le cacique local (Darchicourt), mis en place un nouveau maffioso (Dalongeville), tout en détruisant toute opposition interne, le PS assiste impuissant à la transmission de pouvoir au FN. Significatif de cette perdition, la recréation d’une section, 4 ans après sa dissolution (pour avoir soutenu Dalongeville, sur ordre des instances supérieures !). Pour cela, en catimini, on a choisi quelques « fidèles » militants, en ignorant les dizaines de « rebelles ». Ironie du sort : une grande partie de cette vingtaine d’adhérents, triés sur le volet,  avaient été dégagés, il y a 6 ans, pour faire place au maire aujourd’hui en passe d’être jugé pour détournement de fonds et autres infractions du même acabit…Soulignons que les mêmes méthodes perdurent : pas d’appel à candidature, désignation du candidat unique…Rappelons qu’aux dernières  législatives, en juin dernier, le candidat PS avait réalisé 16% tant le parti était discrédité. Nul doute que les choses ont empiré depuis, dans ce qui ressemble bien à une indifférence généralisée. Ce n’est pas l’allégeance aveugle de quelques partis croupions ou satellites, et de personnages opportunistes qui arrêtera la descente aux enfers…
Certains parient déjà sur le renouveau du parti socialiste après un mandat frontiste désastreux et rejeté par les habitants…Quelle nouvelle erreur de stratégie !

Arguments "de terrain" sur la nécessité de limiter le cumul de mandats


Dans cette lettre d'une députée socialiste, sont bien exprimés les arguments à l'encontre de ceux qui nous disent que le cumul permet d'être près des citoyens et de profiter aux divers mandats. L'élue démontre bien que chaque fonction, séparément, demande du temps et que le cumul empêche d'être efficace. Cette députée n'était pas obligée de démissionner de sa fonction de conseillère générale, ni dans l'état actuel de la législation, ni dans le cadre de la loi envisagée puisque cette dernière ne veut empêcher que le cumul entre un mandat parlementaire et un mandat dans un exécutif local.


Limiter le cumul des mandats fait respirer notre démocratie

Elue députée en juin 2012, j'ai démissionné de mon mandat de conseillère générale du Doubs, conformément à l'engagement que j'avais pris durant la campagne.
En présentant ses voeux aux parlementaires, François Hollande a réaffirmé sa détermination pour que la réforme limitant le cumul des mandats voie le jour durant le quinquennat. Je salue cette confirmation et milite pour qu'elle soit mise en oeuvre. Au-delà des principes fondamentaux qui justifient une telle réforme, je souhaite souligner ici les avantages concrets qui découlent de cette décision.
D'abord, je peux être davantage sur le terrain. Si j'étais restée conseillère générale, je serais tenue d'être présente en session plénière un lundi toutes les cinq semaines. La semaine précédant cette session, je participerais à la commission des solidarités. Encore en amont, je passerais une dizaine d'heures à étudier les différents dossiers sur lesquels nous avons à nous prononcer. Si j'estime que la plénière dure environ six heures, la commission deux heures trente et la préparation dix heures, cela représente dix-huit heures trente au minimum.
Sachant que je consacre en moyenne trente minutes par rendez-vous à ma permanence parlementaire, une heure trente par visite d'entreprise, d'association ou d'exploitation agricole, en supprimant cette seule journée de session obligatoire au conseil général et le travail afférent, qui revient toutes les cinq semaines, je gagne l'équivalent de trente-sept rendez-vous avec des concitoyens ou de douze visites.
Ainsi, exercer exclusivement mon mandat de députée me permet d'être plus longtemps au contact de la population, de la réalité du territoire et de ses acteurs.
Ensuite, en étant exclusivement parlementaire, je gagne du temps pour travailler les textes. Si j'avais gardé mon mandat au conseil général, j'aurais dû consacrer du temps aux inaugurations, aux réunions, aux dossiers du département. Si j'étais restée conseillère générale en devenant députée, mon travail d'élue locale s'en serait également ressenti : j'aurais été absente de mon canton au moins trois jours par semaine pour siéger à l'Assemblée nationale.
Le travail peut bien sûr être délégué, soit à d'autres élus - mais alors autant leur laisser la place -, soit aux fonctionnaires des collectivités. L'administration ne fait là que combler un vide laissé par l'élu qui n'a pas suffisamment de temps. Il ne s'agit pas d'un problème de compétences puisque les services, dont c'est la formation et le métier, connaissent mieux les dossiers, d'un point de vue technique, que les élus. Il s'agit d'un réel problème politique et démocratique parce que les citoyens votent pour que leurs élus décident et tranchent en fonction de la vision qu'ils portent. C'est bien cela, notre rôle d'élus. Sinon, autant remplacer les élections par un concours de la fonction publique afin d'avoir les meilleurs techniciens.
Renouvellement politique
Enfin, ma démission de l'assemblée départementale a permis que le conseil général du Doubs s'enrichisse d'un nouvel élu. En soi, c'est intéressant que quelqu'un qui n'avait jamais détenu de mandat électif y accède. Un nouvel élu, c'est un regard neuf sur l'action menée, utile pour renouveler sa vision et discuter des politiques conduites. La limitation du cumul est une condition nécessaire, sinon suffisante, au renouvellement du personnel politique ; elle ouvre la voie aux plus jeunes, aux femmes, aux ouvriers, aux Français issus de l'immigration.

Barbara Romagnan
Députée (PS) du Doubs
Parue dans Le Monde du 24 janvier

mardi 29 janvier 2013

Bloc-notes


Iconoclastie
Le retour de Florence Cassez ne manque pas, une fois la ferveur passée, de susciter 2 types de réaction :
L’une, de ceux qui se sont réjouis au-delà même de ce que pouvait légitimement éprouver la famille Cassez. Les médias ont vu là un créneau plus porteur que celui des guerres en Syrie et au Mali. Quant aux Politiques, au-delà de quelques supporters sincères de première heure, certaines euphories sentent bon l’opportunisme, 14 mois avant les élections municipales. L’accueil de la Loconnoise fut digne de celui réservé aux vainqueurs de la Coupe du Monde de football ou des « oscarisés » de « The Artist ». Même Mère Thérésa ou les prix Nobel français ne soulevèrent  pas autant d’enthousiasme, à leur retour en France.
L’autre réaction est celle de ceux qui se posent des questions. Florence Cassez,  libérée pour de graves erreurs de procédure, en est-elle pour le moins innocente ? Pourquoi 83% des Mexicains jugent-ils mal cette libération, sans jugement sur la culpabilité de la Française ? Comment  Florence ne pouvait-elle pas être au courant des activités hautement suspectes de son compagnon ? Qui va tirer profit de ce suspens savamment orchestré?
Certes, nous ne pouvons qu’être ravis pour la famille Cassez, mais un curieux sentiment d’avoir été manipulés ne peut pas ne pas nous effleurer…

D'un peu partout...


1- A Lens, Guy Delcourt cédera sa place de maire, en juin, à son 1er adjoint, Sylvain Robert, pour, dit-il, se consacrer à ses autres fonctions (Député, VP de l'Agglo). C'est dans la ligne de son voisin-"ami" de Liévin, JP Kucheida, dont l'avenir pourrait être moins serein qu'il ne veut le faire croire. Bref, G. Delcourt fait un beau geste, en anticipant la loi sur le cumul de mandats. 2 remarques:
- si la loi sur la limitation du cumul des mandats est votée prochainement (mais quid de sa date d'application?), on ne pourra détenir un mandat national et un mandat exécutif local : exit l'Agglo,  donc, pour JPK et GD!
- pour rester à l'Agglo, il faut être élu municipal. Tout comme JPK, à Liévin, dorénavant adjoint, GD (pas le Gérard Dalongeville d'Hénin...) restera au conseil municipal de Lens. Je ne leur ferai pas injure de penser qu'ils exerceront une quelconque influence sur leurs successeurs...
Conclusion: comment Lens et Liévin, ainsi que l'Agglo, pourront-ils se passer de ces 2 grands hommes politiques?


2- A Hénin-Beaumont, la question est plutôt de savoir comment réagir aux différents flops de ces derniers jours:
- aux voeux du maire (au cours desquels le maire a, une nouvelle fois, encensé son DGS...), 2 centaines d'agents étaient présents sur les 750 employés municipaux. Quand on sait que les représentants des 4 syndicats ont symboliquement marqué leur désaccord (ils n'ont, ostensiblement, pas applaudi les discours), comment peut-on croire aux belles paroles sur le dialogue social?
- la venue de Patrick Sébastien, vendredi soir, à Mitterrand, n'a attiré que 500 personnes (dont 100 invités) au maximum, alors que la capacité de la salle est de 1200 places! Comment la ville va-t-elle payer les dégâts pour ce flop? 50 000 euros de prestation pour la vedette, frais pour le podium compris (15 à 20 000 euros?), les salaires pour les fonctionnaires d'astreinte, 3000 euros d'invitations...Si on déduit les recettes (12 000 €), le budget de la ville devra supporter, au bas mot, une ponction de 50 000 euros. Raison de cet échec? Comme d'habitude, une très très mauvaise communication...
- les intempéries mal gérées à Hénin. Le maire se défend en disant qu'une ville de 27 000 habitants n'a pas les moyens d'agir...Plutôt que de comparer avec Courrières (10 400 habitants) et Oignies (moins de 10 000 habitants), le maire aurait mieux fait d'aller voir les centre-villes de Lens, Béthune ou Douai pour juger de son incapacité...La popularité du maire était déjà très faible avant cela, mais aujourd'hui, le sujet numéro 1 de discussion, en ville, concerne la carence (et le mot est gentil!) de la municipalité. Que le maire ose rappeler, pour se dédouaner, que les riverains doivent nettoyer devant chez eux, alors que rien n'a été fait par la mairie, dans les endroits publics (places, administrations, écoles, etc) est proprement indécent!  J'ai publié, il y a quelques jours, une photo de la rue Cresson, dans un état dantesque (glace, neige, poubelles): dans la foulée, les services municipaux sont passés, mais ont laissé les immondices joncher le sol (bien sûr, les déchets ce n'est pas leur compétence...). x voir ci-dessous un extrait de presse


3- Les sondages, on y croit quand ils vont dans le sens de ceux qui les brandissent, on les dénigre quand ils contredisent ce que vous pensez. A vous de juger de ceux-là:
- selon l'IFOP, 63% des Français sont pour le mariage des homosexuel(le)s.
- 70% sont pour que la Grande-Bretagne quitte l'Union Européenne.
- 23% des Français sont pour que la France abandonne l'euro...
Ce dernier sondage est amusant quand, à propos d'une enquête d'Ipsos, "France 2013, les nouvelles fractures" et réalisée par le Cevipof et la fondation Jean-Jaurès, Marion (Jean-Marine) Le Pen déclare: ""Les Français pensent comme nous"...Certes, les résultats de cette enquête montre que les Français veulent un chef, pensent qu'il y a trop d'immigrés, que les politiques et les médias sont corrompus, etc, mais l'outrecuidance de la Présidente du FN est stupéfiante! Non seulement c'est elle qui pense comme certains Français sur certaines questions, et non pas l'inverse, mais son score des Présidentielles démontre qu'elle est encore très minoritaire chez nos compatriotes (même si son résultat de 17,9%, au premier tour, pose question).


x La Voix du Nord 27/1: "Sans vouloir charger la mûle, ces derniers jours, force est d'admettre que les témoignages de lecteurs héninois courroucés d'avoir à évoluer dans une ville transformée en patinoire, sans avoir l'impression que la mesure du danger ait été prise par la municipalité, se sont multipliés...Le dernier en date vient d'une maman dont les enfants fréquentent l'école Guy-Mollet et qui, en sus d'allées et venues quotidiennes du type "Holliday on ice", a l'impression d'être oubliée de tous depuis qu'il n'y a plus d'éclairage public devant son logis de la Résidence des Tilleuls et ce jusqu'à l'école de la ZAC: "Cela fait 4 jours que cela dure et visiblement ça n'a pas l'air de déranger qui que ce soit!". Un cas de double peine? 

lundi 28 janvier 2013

Ouf!


J'ai donc réussi à faire réapparaître le blog de telle façon que vous puissiez maintenant parvenir à y mettre des commentaires...J'ai simplement changé le modèle (un peu trop sobre?). A vous de me dire ce que vous en pensez, car il y a d'autres modèles à disposition, si celui-ci ne satisfait pas...
Nouveauté dans les commentaires: la possibilité de répondre directement à un autre commentaire, ce qui devrait faciliter la lecture...

Le nombre de visites n'a pas diminué durant ces quelques jours de blocage, mais il manquait le sel de vos remarques, infos et autres avis...
Je vous remercie d'avoir patienté.


Bloc-notes


Les choses paraissent claires...

On l'a déjà dit ici: ce n'est pas parce que la manif des "anti" mariage pour tous a rassemblé plus de monde que celle des "pour" que cela signifie quoi que ce soit: 63% des Français sont pour le mariage gay. Cela signifie que le bruit fait par l'UMP, le FN et l'Eglise (les religions, en fait), relayé et même amplifié par les médias, n'ont pas d'influence sur les citoyens. Ceux-ci ont leur propre opinion et surtout ils ont une perception de l’Égalité tout à fait digne. Les Français ont également en mémoire ce qui s'était passé avec le PACS qui avait déchaîné les mêmes passions qu'aujourd'hui pour le mariage pour tous. Ils se sont souvenus que ceux qui avaient le plus hurlé (les mêmes partis ainsi que les religions) sont aujourd'hui, en majorité, acquis au PACS. Ils ont bien conscience que les "anti" manquent une nouvelle fois le train de l'histoire. Ils ont compris que l'appel au référendum est un coup d'épée dans l'eau, puisque inconstitutionnel. D'ailleurs, le résultat d'une telle consultation paraît acquis si l'on se fie aux sondages...Quant à l'adoption, les Français savent qu'un enfant entouré d'amour est heureux. 

Je ne suis pas sûr que les partis de droite se soient illustrés par une ouverture d'esprit dont fait pourtant preuve une majorité de Français. Quant aux Églises, après les prises de position sur l'avortement, la contraception et le divorce, elle ne regagneront pas d'adeptes de cette façon.

dimanche 27 janvier 2013

Carnets du dimanche

- A quoi pourront ressembler les résultats des recherches sur le Facebook Graph Search, le nouvel outil présenté par Mark Zuckerberg le 15 janvier?
Si vous souhaitez par exemple savoir "qui sont les hommes musulmans habitant à Téhéran intéressés par les hommes", et leur lieu de travail : c'est a priori possible. Si vous voulez trouver une liste de "mères de personnes catholiques habitant en Italie et aimant la marque Durex": il y a des noms.
Si vous désirez faire le point sur les "entreprises qui emploient des personnes ayant indiqué sur Facebook qu'elles 'aimaient' le racisme": la liste existe. Si vous cherchez, enfin, une liste des "filles célibataires habitant près de chez vous et ayant indiqué sur Facebook qu'elle aiment boire beaucoup d'alcool" ou des "personnes mariées ayant indiqué sur Facebook qu'elles "aiment" les prostituées" : Graph Search aura la réponse.
AA: en France, méfiez-vous de votre profil Facebook parce qu'il se dit que l'on peut recenser les personnes qui ont voté Hollande, sont pour le mariage gay et sont elles-mêmes "bi". Profil, donc, à sécuriser!


- Selon une étude reprise par Le Monde, le premier partenaire ne devient le conjoint (entendu dans l'étude comme toute personne avec qui l'on vit, que l'on soit en union libre, pacsés ou mariés) que pour 19 % des femmes et 10 % des hommes nés après 1981. Le premier partenaire sexuel est, pour une large part, rencontré sur le lieu d'études, "résultat conjoint de la généralisation des études et de la baisse d'âge au premier rapport sexuel". C'est le cas pour 39 % des hommes et 25 % des femmes.
Mais tout dépend du niveau de diplôme et de la catégorie sociale. Plus l'on est diplômé, plus grandes seront les chances de rencontrer le futur partenaire ou conjoint sur le lieu d'études. Les plus diplômés sont en revanche seulement 22 % à rencontrer leur compagne ou compagnon dans des lieux publics, des discothèques, ou des fêtes publiques. Ils sont 44 % chez les moins diplômés. Les bals et boîtes de nuit restent par exemple les lieux privilégiés de rencontre des enfants d'agriculteurs, et, dans une moindre mesure, d'ouvriers. Seules les soirées entre amis traversent toutes les catégories sociales.
AA: si j'ai bien compris, si vous êtes de "classe supérieure" et que vous voulez faire une rencontre "sérieuse" avec un fils ou une fille d'ouvrier ou de paysan, RV dans le bal ou la boîte de nuit la plus proche de chez vous. Résultat presque assuré!


- C'est une petite pépite qu'a dénichée Le Point vendredi 25 janvier. L'hebdomadaire a retrouvé l'article d'un de ses concurrents, Le Nouvel Observateur, qui consacrait en 1988 un article sur le lauréat d'un concours, un "jeune homme modèle" de 26 ans nommé... Arnaud Montebourg.
L'actuel ministre du redressement productif avait alors remporté le "plus Obs" des lecteurs de l'hebdomadaire, avec 300 000 francs (près de 45 000 euros) de dotation, tout de même. Arnaud Montebourg y est décrit comme "un beau gosse, grand, brun, les yeux gris-vert, un sourire de battant", avec "le charme de ses 26 ans". Alors étudiant à Sciences Po Paris, celui qui sera élu député de Saône-et-Loire moins de dix ans après (en 1997) "ne se définit pas comme un intellectuel" mais comme "un 'cérébral' plutôt attiré par 'ceux qui cherchent'". "Sobre et sage, il ne fume pas, ne boit pas, vit seul et ne possède pas la télévision: 'Ça me déprime'", raconte l'article.
AA: C'est pour cela qu'il s'est séparé d'Audrey Pulvar, parce que la TV le déprime...


- La Belgique envisage de construire une île artificielle en forme d'anneau qui lui permettrait de "stocker" l'énergie produite par ses champs d'éoliennes de Mer du Nord, dans un puits de 30 mètres empli d'eau en temps normal. Lors de périodes de surplus d’électricité (en cas de pic de production lorsque le vent souffle abondamment ou de demande faible par exemple la nuit), l’eau serait pompée du fonds du puits et déversée dans la mer, en utilisant l’électricité excédentaire. A l’inverse, en cas de besoin d’énergie, l’eau coulerait naturellement de la mer vers le puits en passant par des écluses puis des turbines hydrauliques afin de produire de l’électricité.
AA: J'ose poser la question qui fâche: l'île sera-t-elle flamande ou wallonne? Apparemment située au large des côtes, elle ne peut qu'être flamande...Et si on en faisait un projet européen?

- Une vague de froid polaire a frappé, mercredi, le Canada et le nord des Etats-Unis. Tandis que les températures atteignaient -38 degrés Celsius à Ottawa et à Montréal, et même - 40 degrés à Québec, un front froid descendait jusqu'au nord de l'Etat de Virginie.
AA: presque comme à Paris...

samedi 26 janvier 2013

Une solution temporaire


Dans l"attente de trouver ce qui ne va pas, une façon plus facile de laisser des commentaires: passer par la recherche Google en indiquant mon nom et l'avant-dernier post...Par exemple, en ce moment: "alain alpern blog savoir raison garder". Vous pourrez ainsi déposer un commentaire sur cet avant-dernier texte.
J'en ai profité pour changer un peu la formule des commentaires: il est possible de répondre, dorénavant, directement à un autre commentaire (système dit "des commentaires imbriqués").
J'espère rapidement revenir à des solutions plus simples...

Information


Désolé que vous ne puissiez toujours pas accéder aux commentaires...
Je recherche la solution...Celle évoquée par un lecteur ne semble pas fonctionner (Flash Player). Y a-t-il eu intervention malveillante? C'est une éventualité et je ne manquerai pas de saisir la police qui a maintenant des services spécialisés en la matière, si cela s'avérait.
En attendant, si vous souhaitez faire un commentaire: vous pouvez me l'adresser par mail (alainalpern@gmail.com) et je compilerai ceux reçus, dans un post à publier. Si vous voulez rester anonyme à mes yeux ou à ceux de tous, il vous faudra ouvrir une adresse mail de ce type...

Mille excuses encore!

Bloc-notes


"Savoir raison garder"

On peut et on veut faire tout dire aux chiffres...Il y avait entre 340 000 et 1 million de personnes suivant les organisateurs ou la police à la manifestation contre le mariage pour tous. Qu'il y en est plus ou moins, demain, dimanche, n'aura aucune signification quant à l'adhésion ou non des Français au projet de loi dont l'examen commencera mardi à l'Assemblée Nationale. Car tous ces manifestants ne sont ni représentatifs des Français, ni des parlementaires...Certes il est "plus facile de manifester contre un texte", mais ce ne sera pas une bataille de chiffres qui changera le vote des députés et des sénateurs. D'autant plus que, dans la manifestation des "antis", fleuraient bon les propos homophobes, et que les mots d'ordre pour un référendum ridiculisaient leurs auteurs du fait de son impossibilité constitutionnelle. Nul doute que, demain, dans la manifestation des "pro", une majorité de gays seront présents, alors que le projet est global (accès aux mêmes droits pour tous) et que des propos anti-religions seront entendus. Il est vrai que les "anti" manifestent pour refuser à d'autres un droit dont ils bénéficient et que parmi les "pro", beaucoup ne profiteront pas du droit au mariage qu'on veut leur accorder.

Le pouvoir n'est pas dans la rue; il est entre les mains de ceux à qui la constitution l'a confié. La passion est mauvaise conseillère: ceux qui défilent "contre" aujourd'hui sont souvent les mêmes qui étaient, jadis, contre le PACS, aujourd'hui approuvé par une majorité de Français...

Il y a 3 ans sur ce blog


- Le 14 janvier 2010, à l'issue du 1er semestre de mandat de l'équipe de l'AR, je rappelais la première des tâches qui s'imposaient (et que j'avais publiée le soir du 2nd tour, le 5 juillet) : " les élus doivent aller au devant des habitants dans des réunions de quartiers et dans les instances de démocratie participative...5504 électeurs ont donc voté FN: bien sûr la plupart d'entre eux n'est pas sensible aux thèses douteuses du FN, mais proprement dégoûté du fonctionnement de ses élus depuis une dizaine d'années. Les partis (à commencer par le PS) ont complètement fait faillite! Il sera difficile de reconstruire un jeu politique à HB! Les citoyens ont besoin de retrouver confiance et voilà donc la première mission de la nouvelle majorité: assurer la transparence, aller au devant des gens, leur tenir un langage de vérité et les associer à la vie de la cité...
Triste rappel de ce qui n'a toujours pas été fait!
 
- A l’occasion du conseil municipal du 16 janvier, je m’interrogeais : "Pourquoi n'a-t-on pas renégocié ces prêts dangereux, alors que nous sommes en période de taux bas?" Certes, on a fait le nécessaire plus de 2 ans plus tard avec celui de la Caisse d’Epargne, dans des conditions que nous ne pouvons juger, faute d’élément, et même si cela a coûté 841 000 euros…Par contre, celui de Dexia pèse de plus en plus dans les finances. Pourtant des cadres de Dexia affirment avoir fait des propositions, il y a quelque temps, sans réponse. On notera que la ville de Leforest a trouvé un accord dès 2010…
- Je ne peux m’empêcher de retranscrire ce qui était une sorte de jeu entre le FN et l’AR : "Une nouvelle fois, je m'étonnerai de cette connivence insupportable, entre un parti totalitariste et un parti dit républicain. On reste confondu quand on entend des phrases comme celles-ci: "je ne suis pas là pour vous mettre des bâtons dans les roues, ni vous embêter(le FN à l'AR), "je ne vous ferai pas que des compliments" (les mêmes), "nous sommes tous des conseillers et nous attendons donc des conseils (E.Binaisse au FN) et "je suis à votre écoute, euh... nous sommes à votre écoute" (EB au FN). Il faut dire que le FN est satisfait que l'AR suive ses conseils: changement d'avocat (la ville prenait celui de GD, jusqu'à il y a peu!), content d'être une "opposition constructive"; le FN a fait gagner 50 000€ à la ville sur des honoraires; il estime qu'il a forcé également la majorité à réduire les pouvoirs du maire...
Alors: soumission au FN? Gestion collective? Effroi ou incapacité de l'AR de répliquer aux propos outranciers et anti-républicains du FN? Copinage?
Un peu de tout cela probablement!"
Depuis, il y a eu le départ de Marion Le Pen, laissant Briois à sa médiocrité, tandis que la majorité la joue plus soft…
On s’interrogeait encore, mais sans avoir de réponse : quelles nouvelles de Daniel Duquenne? Nous attendons autre chose que les sempiternelles "il va de mieux en mieux" ou "il revient le mois prochain"?
- Comme le compte-rendu de ce conseil n’avait pas plu à certains, je l’ai réécrit pour leur faire plaisir : http://alpernalain.blogspot.fr/2010/01/conseil-municipal-de-samedi-matin.html
- Le 21 janvier je faisais un commentaire sur le dernier rapport de la CRC, en l’introduisant de la façon suivante : « à situation exceptionnelle, il faut des hommes exceptionnels (compétents et expérimentés) , des moyens exceptionnels (information et participation) et des procédures exceptionnelles (audit des procédures et formation) au service d’objectifs politiques exceptionnels (priorités).
Rien de tout cela n’ayant été mis en œuvre jusqu’à présent, on constatera dans ce qui suit la gravité de la situation et le retard que l’on prend. Il ne suffit pas, en effet, d’appliquer uniquement les oukases du Préfet sur l’assainissement budgétaire, mais, en parallèle, il convient de mettre en œuvre les moyens humains, administratifs et politiques pour qu’Hénin-Beaumont ne sombre pas. Malheureusement, malgré les ravages causés par GD, aucun souffle, susceptible de raviver la flamme de l’espoir, n’est perceptible!"
Combien d’actualité résonnent ces phrases…
Concernant le personnel (http://alpernalain.blogspot.fr/2010/01/le-rapport-definitif-de-la-crc-2009-2.html), on peut résumer par la question posée :  « A-t-on enfin établi une analyse des besoins et sait-on quelle sera l'évolution des effectifs pour les prochaines années? ». 3 ans après, rien n’a été fait !
- Le 21 janvier également, je rapportais un article de Nord-Eclair (http://alpernalain.blogspot.fr/2010/01/henin-beaumont-la-une-malheureusement.html), confirmant ce que j’avais crû percevoir des rapports chaleureux majorité/opposition… Je relevais également « comment, en 6 mois, se mettre à dos un personnel qui, en juillet dernier, était heureux de la fin du calvaire Dalongeville... »

- Le 22 janvier, on pouvait lire, enfin,  des nouvelles de Daniel Duquenne, dans Nord-Eclair : http://alpernalain.blogspot.fr/2010/01/enfin-des-nouvelles-officielles-de.html.
Je souris, aujourd’hui, de lire ce que j’écrivais dans un commentaire, ce jour-là : « Je ne connais pas le DGS actuel et me garderai bien de porter un jugement sur lui. Mais, ancien Directeur des sports, malgré, certainement sa bonne volonté, il ne pouvait pas faire face à la situation héninoise! C'est impossible. Peut-être est-il destiné à devenir un grand DGS. Mais pas dans les conditions dans lesquelles on l'a placé. »

vendredi 25 janvier 2013

Sur la ligne à très haute tension (THT)


Réunion publique organisée par le Collectif anti-THT 59/62, le vendredi 1er février 20H à THUMERIES, salle polyvalente du Thelut, rue du Samain (près du cinéma)

RTE (Réseau de Transport d'Électricité) a la volonté de renforcer la ligne THT entre Avelin (près de Lille) et Gavrelle (près d'Arras) en triplant la puissance de la ligne THT 400.000 volts sur un territoire déjà envahi de pylônes. Cela transparait clairement dans l’article paru dans la Voix du Nord du 3 janvier ("il va falloir négocier pylône par pylône" selon le chef de projet RTE).
RTE ne tient pas compte du principe de précaution.
RTE, comme prévu, a annoncé qu'il ira jusqu'au bout du projet de renforcement ... tout en indiquant son intention de dialoguer ! RTE préfère les réunions en commission. . 

Les craintes justifiées  exprimées lors des réunions publiques et les arguments démontrant l'inutilité d'un projet démesuré au regard des réels besoins sont restées vains.
RTE veut construire la ligne ; si nécessaire en ayant recours à la force comme en témoignent les graves évènements dans le Cotentin.
Le collectif ANTI-THT 59/62 trouve le projet dangereux pour l’agriculture, l’environnement, la santé humaine et la démocratie.
Le collectif ANTI-THT 59/62 reste PLUS QUE JAMAIS mobilisé contre le projet de renforcement de la ligne que l’on veut nous imposer.
  
Venez à la réunion publique
Venez rejoindre le collectif ANTI-THT 59/62pour que l'on agisse ensemble.
Le collectif ne sera vraiment efficace que si beaucoup de personnes  s'impliquent.
Lors de la réunion, un extrait de  film sur la ligne THT dans le Cotentin sera projeté ; les points suivants seront également abordés :
- Comment s’organiser pour résister dans notre région à cette ligne imposée et inutile,
-  Notre collectif,
-  Actualités sur les lignes THT en France,
-  Débat et réponses aux interrogations.

POUR TOUT CONTACT   
  


Bloc-notes


Indécent!

La Cour des Comptes vient de publier un rapport sur les allocations chômage dans lequel elle constate que les indemnités sont insuffisamment dégressives: notamment pour ceux qui gagnaient le plus. La Cour s'attaque également au régime des intermittents des spectacles trop favorable, d'après elle.

Ce qui me frappe, c'est la comparaison entre les indemnisations des chômeurs et ceux qui bénéficient de traitements de faveur: Voyez le milliardaire Bernault Arnault (LVMH, Dior...) qui veut mettre soi-disant sa fortune à l'abri en Belgique. Sans parler des artistes ou autres sportifs partis ou en partance pour d'autres cieux...Voyez les 400 millions perçus par B. Tapie suite à un arbitrage des plus suspicieux, en sa faveur...Voyez ces joueurs de foot dont les salaires indécents font l'objet de montages financiers pour leur permettre de minimiser leur imposition...Voyez le tollé suscité par l'imposition sur les successions et les donations, sans parler de ceux qui s'insurgent sur le taux de 75% qui s'appliquerait sur les revenus supérieurs à 1 million d'euros par an...

Alors, bien sûr que le système des indemnités chômage n'est pas parfait, mais cessons de chercher par tous les moyens de protéger ceux qui devraient contribuer à la solidarité nationale plus que tous les autres. Cela devient insupportable de voir les Arnault, Tapie, Depardieu, Ibrahimovic se lamenter sur leur sort pendant que des millions de personnes souffrent de précarité...

L'affaire DSK


Jusqu'à présent, je suis resté discret sur l'affaire DSK. Au delà de ce qui lui est reproché, il m'a semblé que l'on pouvait tirer 2 observations de cette histoire singulière: 
- l'histoire d'un homme qui a pu atteindre les plus hautes marches du pouvoir alors que nombreux autour de lui connaissaient sa conduite peu exemplaire. Ses amis l'ont accompagné alors qu'il briguait les plus hautes destinées en France. D'autres, probablement pas ses amis, attendaient l'échéance présidentielle pour lui faire le croche-pied fatal...Comment tout cela a-t-il pu se passer dans le silence des politiques et des médias...Peut-on parler de connivence? 

- en admettant que l'histoire du Sofitel ne se soit pas déclenchée, on peut penser que DSK ayant été désigné comme candidat par les sympathisants socialistes, N. Sarkozy, au courant des "habitudes" de cet homme, aurait sonné l'hallali au moment opportun et en aurait probablement tiré un avantage énorme: la victoire aux Présidentielles. Dans le cas très improbable où il se serait tû, on peut se demander comment DSK, devenu Président de la République, aurait pu continuer à mener ses frasques dans le secret...

L'article, ci-dessous, souligne un pas décisif dans l'enquête et il me semble utile d'être présenté:


Carlton de Lille: les juges soupçonnent DSK d'être "l'instigateur" du réseau

Le Monde.fr avec AFP et Reuters |
Les juges instruisant l'affaire dite du Carlton de Lille estiment que plusieurs indices rendent la participation "effective et déterminante" de l'ancien directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn dans des actes de proxénétisme, affirme jeudi le quotidien Le Figaro. "Les juges estiment que des indices graves ou concordants rendent 'vraisemblable' la participation effective et déterminante" de DSK dans des "actes de proxénétisme", affirme le journal, qui a pris connaissance de la décision prise le 19 décembre par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Douai validant l'instruction.
Les juges s'emploient à démontrer que Dominique Strauss-Kahn savait que les femmes présentes lors de rencontres étaient des prostituées rémunérées, selon Le Figaro. Ils s'appuient également sur l'existence d'une "garçonnière" à Paris. Les magistrats estiment que DSK "n'aurait pas été un simple bénéficiaire de ces parties fines mais aurait "initié et largement favorisé en toute connaissance de cause la mise en place d'un système fondé sur la complaisance de son entourage immédiat dans le but de satisfaire ses besoins sexuels", rapporte encore Le Figaro.
La chambre d'appel de la cour d'appel de Douai avait rejeté le 19 décembre les demandes de nullité de procédure dans l'affaire dite du Carlton, validant l'instruction menée depuis mars 2011 par des magistrats lillois. La défense de Dominique Strauss-Kahn avait annoncé qu'elle allait se pourvoir en cassation.
L'ancien ministre socialiste, mis en examen pour "proxénétisme aggravé en bande organisée" dans cette affaire, est soupçonné d'avoir contribué à animer un réseau de prostitution à son profit avec plusieurs proches aux Etats-Unis et en France. L'ex-directeur général du Fonds monétaire international (FMI) affirme qu'il ne savait pas que les femmes qui lui avaient été présentées étaient des prostituées.
Onze personnes ont été mises en examen dans cette affaire. Dominique Alderweireld, dit "Dodo la saumure", exploitant de "bars montants" en Belgique, a été le dernier en date mercredi, à l'issue d'une garde à vue.
Le Figaro rappelait mercredi que "la plupart des protagonistes – quelques prostituées exceptées – ont, jusqu'à présent, validé la thèse d'un homme à l'emploi du temps surchargé croyant participer à des soirées libertines".

jeudi 24 janvier 2013

Information


Désolé, mais pour l'instant, il semblerait qu'on ne puisse plus avoir accès aux commentaires du blog.
Je tente d'y remédier...

Bloc-notes


Une femme libérée

On ne peut que se féliciter de la libération de Florence Cassez et ce qui suit ne remet pas en question la joie que procure cette nouvelle. On notera que Florence C n'est pas de Béthune, mais de Locon, ville proche, ceci expliquant cela. Locon est célèbre pour sa foire à l'ail: ceci n'expliquant pas cela...Par contre, Albert Cassez (un homonyme?) fut maire de la ville pendant 37 ans, ceci n'expliquant probablement pas tout.

Bref, Florence est libre, mais une partie de la population mexicaine n'approuve pas cette libération; Florence était, en effet, la compagne d'un kidnappeur reconnu coupable... Le temps des polémiques pourrait arriver très rapidement...
N'empêche que toute cette histoire a bénéficié d'un élan de sympathie extraordinaire en France: les 3 derniers Présidents français s'en sont mêlés, on ne compte plus les municipalités qui ont fait de la Loconoise une citoyenne d'honneur, Valérie T s'est impliquée, discrètement, certes, mais pas suffisamment pour que l'on nous rapporte régulièrement ses démarches, enfin le célèbre avocat FB a été encore plus médiatisé. Ne manquera plus qu'une (auto?)biographie, puis un film (avec V. Paradis dans le rôle principal...) dont le titre pourrait être celui de ce post...

Monsieur le Maire, vous devriez avoir honte!

Lors du conseil municipal de lundi soir, M. Binaisse se gorgeait de plaisir du travail de dégagement effectué à Hénin-Beaumont. Les photos, ci-dessous, prises mercredi, soit 3 jours après les dernières neiges, parlent d'elles-mêmes...La honte serait équivalente, sinon pire, dans d'autres secteurs de la ville. A Darcy, par exemple, que certains qualifient de "1ère patinoire de France"...




La rue Cresson, à 250 m de la mairie
Ecole JJ Rousseau (300 m de la mairie)


Arrivée à l'école JJ Rousseau (poussettes, attention!)


Arrêt de bus Pasteur (250 m de la mairie)

Retour sur le dernier conseil municipal d'Hénin-Beaumont


Quelques points évoqués lors du dernier conseil municipal héninois de lundi méritent quelques explications complémentaires:

- L'incroyable plaidoyer du maire sur la façon dont a été géré l'épisode neigeux: les photos publiés dans le post suivant suffisent pour en démontrer l'inanité...

- on a pu noter confirmation de la carence du FN. Incapable de répondre au satisfécit du maire sur la gestion des intempéries, soumission au diktat du maire qui ne souhaitait pas que l'on parle du Directeur Administatif et Financier, quasi silence sur le cas Joriatti...Seule intervention construite, parce qu'écrite à l'avance: celle sur l'oubli commis dans le budget...Autre erreur remarquée du FN: sur le soi-disant taux réel d'emprunt calculé à 13% si on inclut les pénalités...Pour calculer le taux global effectif d'un emprunt, il faut étaler les pénalités sur la durée réelle de l'emprunt et non pas sur une seule année! Et dire qu'ils prétendent  vouloir gérer la ville...On ne fut point surpris que personne dans la majorité n'ait été capable de répondre: c'est pourtant au programme des lycéens de 1ère!

- concernant la façon dont le maire a pris à la légère l'"oubli" des services d'inclure les 841 000 euros de pénalités dans le budget 2012 n'effacera pas l'idée qu'il s'agit d'une erreur. Certains ont voulu y voir pire encore: une tentative de s'affranchir de cette somme importante pour présenter un bilan favorable en cette année pré-électorale. Impression corroborée par le fait que l'on a étalé cette dette sur 10 ans...
Je rappelle que ce n'est pas la première fois que la procédure budgetaire est entaché d'erreurs:
Suite au conseil municipal du 17/12/2009, j'écrivais: " l'oubli de 4 emprunts pour un montant total de 5,7 millions, avec des annuités de 425 000€ est impardonnable."
Je rappelle également l'épisode des "anomalies" reprochées par le Préfet
http://alpernalain.blogspot.fr/2011/08/la-crc-ete-saisie-pour-des-anomalies.html. Malgré des propos rassurants, le maire avait fini par dire de façon inconséquente: «J'aurais préféré 20 sur 20, on les aura l'année prochaine» Défense de rire...http://alpernalain.blogspot.fr/2011/08/revue-de-presse-regionale.html.

- toujours sur les emprunts: celui de la Caisse d'Epargne a, au moins, été réglé...Mais la négociation sur celui de Dexia n'a, semble-t-il, pas avancé, et quand on regardera le résultat final, on verra que la ville aura payé des millions d'euros de trop, sans parler des honoraires réglés à un cabinet pour "assister" la ville...(sans commentaire!)

La haine du FN lui fait dire n'importe quoi!

Le FN taxe Najat Vallaud-Belkacem de communautarisme
Le Point 23 janvier 2013
 
En cause, des voeux formulés en berbère lors d'un réveillon à Lyon
 
Le Front national a dénoncé mardi la présence au titre de membre du gouvernement de Najat Vallaud-Belkacem à un Nouvel An berbère à la mairie de Lyon, à partir d'une vidéo circulant sur Internet, et dont le FN pensait qu'elle datait de 2013. En fait, elle datait de 2009.
Dans un communiqué, le vice-président du FN Florian Philippot s'était dit "à double titre" "choqué de découvrir la porte-parole du gouvernement et ministre des Droits des femmes participant à un événement éminemment communautaire" : "La ministre cautionne, par sa simple présence, l'idée que les Français sont divisés en communautés", avait estimé Philippot, déplorant par ailleurs la formulation de voeux en berbère lors de cette manifestation, la langue étant selon lui "l'un des principaux éléments de l'identité et donc de l'unité d'un peuple".
"J'espère que vous tous vous passerez une excellente année 2009", avait déclaré à un interviewer berbère celle qui n'était encore en 2009 qu'une élue lyonnaise, avant de prononcer, en effet, quelques mots en berbère. Najat Vallaud-Belkacem est d'origine marocaine.

Mea culpa

Florian Philippot a par la suite expliqué sur le site avoir trouvé cette vidéo sur "Lyon Capitale", un site d'informations qui l'a effectivement diffusée lundi.
"Si nous reconnaissons que les propos qui nous ont heurtés ne sont donc pas imputables à madame la ministre, ils n'en sont pas moins condamnables dans la bouche d'une élue de la République", a-t-il plaidé. Selon lui, "les présentes circonstances ne changent donc rien au fond du message anti-communautariste que nous portons".

"Traîtresse"

Sur Twitter, plusieurs comptes, dont celui du vice-président FN Louis Aliot, avaient repris le communiqué initial du FN ou le lien avec le site nationspresse.info, où la vidéo tronquée était toujours visible mardi en fin d'après-midi.
Sur ce même site, les commentaires laissés par les internautes y sont parfois virulents, appelant la ministre à "aller exercer ses talents là-bas" ou la qualifiant de "traîtresse".

Le PS en colère

Pour le PS, le FN "est pris la main dans le sac des traditionnelles méthodes de l'extrême droite raciste : faites d'amalgames, de faux ou d'informations falsifiées, et de dénonciations publiques ciblées contre une personnalité politique française en raison de ses origines".
"Il faut que le harcèlement du FN contre Najat Vallaud-Belkacem soit stoppé et que tous les républicains condamnent de telles méthodes", a écrit David Assouline, porte-parole du PS, dans un communiqué, appelant à la "vigilance" face à un parti qui reste "hostile à toutes les valeurs de la République".
Click here to find out more!
 

mercredi 23 janvier 2013

Erratum

Un commentaire que je reproduis, ci-dessous, me fait état d'une erreur de ma part, commise dans un post du 3/8/2012:"JPK a fait vite" http://alpernalain.blogspot.fr/2012/08/jpk-fait-vite.html

"Pour répondre, sans parti pris, aux questions qui m'ont été posées, à savoir si J.-P. Kucheida avait le droit de se prévaloir d'être un "député honoraire", voici quelques éclaircissements :

Dans les us et coutumes de l'Assemblée Nationale, le titre de "député honoraire" peut-être utilisé (comme dans d'autres professions) lorsque la fonction de député a été tenue. Cela ne donne pas de privilège particulier, "cela fait plus chic" (selon les termes employés par mon interlocutrice jointe ce matin à l'assemblée). En tous cas, ça sonne mieux que "député sorti".

Quant à l'extrait du "statut des députés", qu'on peut retrouver repris sur quelques sites et blogs, l'extrait est extrait d'une Loi du parlement... portugais.(
http://4QW.r.mailjet.com/76ceac5a/2i6Z0E/mIhFVj/www.fr.parlamento.pt/ et http://4QW.r.mailjet.com/76ceac5a/2i6Z0E/mIhFVN/www.parlamento.pt/Legislacao/Documents/StatutdesDeputes.pdf) . Rien à voir avec la France, qui n'a rien prévu pour ce terme. Il ne faut donc pas de vote (d'un quart des députés) pour qu'en France ce "titre" puisse être utilisé.

Donc, en l'espèce, Jean-Pierre Kucheida a totalement le droit d'utiliser le terme de "député honoraire"."
Pascal Topart

AA: dont acte.

Bloc-notes


Contradictions israéliennes

Les élections législatives, d'hier, en Israël,  ont, semble-t-il, permis à  l'alliance composée du Likoud du premier ministre, Benyamin Nétanyahou, et d'Israel Beitenou, d'Avigdor Lieberman, de conserver le pouvoir.
On oublie souvent de signaler la contradiction entre le fait que Israël soit un état théocratique et le fait que ce soit le seul pays au fonctionnement démocratique, dans cette partie du monde: les partis religieux existent à côté d'un parti arabe ou d'un parti communiste, pas d'accusation de triche durant les opérations électorales. Contradiction entre l'existence d'un pays qui n'arrive pas à faire la paix avec les Palestiniens et une campagne électorale au cours de laquelle on a éludé complètement le sujet. Contadiction latente entre ceux qui, de plus en plus nombreux, semble-t-il, ne veulent plus de la solution dite à 2 états et ceux qui continuent à croire possible la coexistence parallèle d'Israël et de la Palestine. Contradiction moins visible, mais réelle depuis des décennies, entre une vie "normale" et la menace constante des scuds situés à quelques minutes des villes israéliennes. Il y a jusqu'à la confirmation de Bibi qui pose des questions: le bon score d'un nouveau venu sur la scène politique, Yaïr Lapid, de centre droit, hostile aux privilèges des religieux (notamment l'exemption de service militaire) et plutôt favorable à des discussions avec les Palestiniens, pourrait redistribuer les cartes, tant la majorité du 1er ministre sortant est étriquée. Rien n'est jamais simple en Israêl...

La nouvelle phase de la décentralisation est en route...

On attend pour la fin de l'année l'examen du projet de loi sur la décentralisation devant le Parlement.
Depuis l'été, les représentants de chaque couche du millefeuille territorial sont entendus pour défendre le maintien de leurs compétences ou en revendiquer de nouvelles. Il semblerait que les régions et les métropoles seront les gagnantes de cette nouvelle avancée décentralisatrice, et que départements et communes verront leurs compétences réduites.
Il est prévu qu'une Conférence territoriale de l'action publique (CTAP) définirait, au sein de chaque région, la stratégie territoriale et les responsabilités de chaque collectivité. Feront partie de la CTAP les représentants des principaux exécutifs locaux - régions, départements, métropoles, agglomérations ainsi que des délégués de maires et de communautés de communes. Ils pourront donner la responsabilité de l'action publique à la carte: la gestion de l'eau, des établissements scolaires, des routes... pourra, ainsi, être déléguée à une région, un département ou une métropole, en fonction des spécificités locales et des compétences des collectivités.
Ces pouvoirs de la CTAP feront l'objet d'un contrôle strict de l'Etat, par l'intermédiaire des Préfets et, ce, malgré l'opposition des présidents de région, pas d'accord avec la présence de l'Etat dans les CTAP. Le leadership ira aux régions. La collectivité qui ne joue pas le jeu de la ligne décidée au sein du schéma régional de développement verrait son champ d'action réduit. En cas de conflit, le futur Haut Conseil des territoires (présidé par le premier ministre et composé d'élus locaux et nationaux) arbitrera.

L'existence, autour des grands centres urbains, de territoires intégrés et économiquement efficaces, est reconnue, à travers les métropoles. Plusieurs capitales régionales (Toulouse, Rennes, Nantes, Strasbourg...) pourraient ainsi obtenir le statut et les compétences métropolitaines. L'articulation avec les autres collectivités se décidera en conférence territoriale de l'action publique: région et métropole devront s'entendre.
L'établissement du plan local d'urbanisme échapperait aux communes au bénéfice de l'intercommunalité, également chargée de la transition écologique.
Quant aux départements, qui ont cru, un temps, disparaître à l'occasion de cette réforme territoriale, il leur resterait un rôle de guichet social, particulièrement dans les zones rurales où ils demeurent les derniers relais de l'Etat. Ils devraient également être chargés de l'aménagement numérique, avec les régions.
Le projet de loi sera soumis au Conseil d'Etat avant la fin janvier.

Ainsi le mille-feuilles continuera d'exister même si les compétences seront clarifiées (abandon de la clause de compétence générale). On peut regretter que départements et intercommunalités se marcheront sur les pieds: j'ai toujours été partisan que l'on donne les compétences, en matière sociale, des premiers aux secondes et que la compétence collège revienne à la Région qui gère déjà les lycées...