vendredi 27 juin 2014

Ah, ces hommes politiques !


Commentaires AA en fin d'article


Jean-Marie Le Guen a sous-évalué son patrimoine

LE MONDE | Par 

Le nouveau cru des déclarations de patrimoine et de conflits d'intérêts des ministres, publié ce vendredi 27 juin sur le site de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), a une couleur particulière : c'est la première fois que l'exactitude des informations fournies a été vérifiée et contrôlée par une autorité indépendante. L'affaire Cahuzac est passée par là.

S'il fallait encore démontrer l'utilité d'un tel organe de contrôle, il suffit de consulter la page de Jean-Marie Le Guen. Il apparaît que le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement avait initialement menti sur sa première déclaration en sous-évaluant son patrimoine immobilier.
Deux documents figurent sous chacun des noms des membres du gouvernement. Le premier, de 17 pages, recense l'intégralité des biens : maisons, garage, bois, assurances vie, collection de pièces de monnaie, vélo, machine à laver. Il y a toujours un petit côté cabinet des curiosités à se plonger dans les déclarations de patrimoine des hommes politiques. Le second document, de 7 pages, liste les conflits d'intérêts.
Sous le nom de Jean-Marie Le Guen s'ajoute une troisième ligne sur laquelle le lecteur non averti ne s'arrête pas forcément. Il s'agit d'une« appréciation » qu'a tenu à rédiger la Haute Autorité sur la déclaration de patrimoine du secrétaire d'Etat. Une remarque, un avis, en quelque sorte. Le commentaire tient en quatre courts paragraphes. « Lors de l'examen de la déclaration de situation patrimoniale de M. Jean-Marie Le Guen, la Haute Autorité a relevé que les biens et droits immobiliers détenus par l'intéressé étaient évalués à des montants inférieurs aux prix constatés pour des biens comparables. »
« Après échanges avec la Haute Autorité », M. Le Guen « a revalorisé certains de ses biens ». « Compte tenu des corrections ainsi apportées », la commission estime qu'à sa « connaissance » la déclaration de patrimoine de Jean-Marie le Guen est désormais « sincère ».
LE GUEN A ÉVOQUÉ DES APPARTEMENTS MAL EXPOSÉS
Selon les informations du Monde, l'ex-président du conseil de surveillance de l'AP-HP avait très largement sous-évalué la valeur de ses appartements, garage, terrains et immeuble dans sa déclaration. Les montants qu'il avait mentionnés étaient de 30 % à 40 % inférieurs au prix du marché.
C'est l'administration fiscale qui a fait part de ses doutes à la Haute Autorité.Certes « Patrim », la base de données avec laquelle Bercy évalue les biens immobiliers n'est pas une science exacte, mais de tels écarts sont tout de même rares. Jean-Marie le Guen s'est d'abord justifié en décrivant des appartements plutôt sombres, mal exposés. Cela n'a pas franchement convaincu la Haute Autorité. Le ministre a fini par revoir sa copie. Le 10 juin, il adresse un « annule et remplace ». Le secrétaire d'Etat, assujetti à l'impôt de solidarité sur la fortune, déclare à présent 2,6 millions d'euros de biens immobiliers.
« Dans ma déclaration de patrimoine, j'ai choisi de reprendre l'estimation de celui-ci effectuée par la HATVP. Personne ne peut donc parler de sous-estimation », se défend M.Le Guen, au Monde.
En acceptant de revoir sa copie, le secrétaire d'Etat a échappé à un signalement au procureur. Cette sous-déclaration ne restera toutefois pas sans conséquence. Comment le secrétaire d'Etat pourrait-il échapper à un redressement fiscal ? Toujours selon nos informations, Jean-Marie Le Guen pourrait devoir plusieurs dizaines de milliers d'euros à la direction générale des impôts. Si le procureur de la République estime qu'il y a eu fraude fiscale, il pourrait également y avoir des suites judiciaires.

Le cas Le Guen, s'il risque de provoquer de nouveaux remous politiques et d'amplifier le sentiment de défiance des citoyens à l'égard des dirigeants, est la preuve de l'utilité et du bon fonctionnement de la nouvelle Haute Autorité. C'est la deuxième fois en trois mois qu'elle épingle un ministre. Fin mars, elle avait découvert que Yamina Benguigui, alors ministre déléguée chargée de la francophonie dans le gouvernement Ayrault, avait dissimulé dans sa déclaration de patrimoine les parts qu'elle détenait dans une société de production en Belgique. La ministre niant les faits, Jean-Louis Nadal a transmis le dossier au procureur de la République de Paris, le jour-même de l'annonce du remaniement du gouvernement dans lequel Mme Benguigui ne figurait plus.
Il y a encore un an, de tels « oublis » ou erreurs d'évaluation auraient été indétectables. L'ancienne Commission de la transparence de la vie politique, qui œuvrait depuis 1988, n'avait aucun pouvoir d'investigation et devait se contenter d'enregistrer les déclarations.

LE PATRIMOINE DE 8 000 RESPONSABLES POLITIQUES VÉRIFIÉ
La nouvelle autorité n'est pas seulement chargée du contrôle du patrimoine et des conflits d'intérêts des ministres, mais doit vérifier aussi ceux de plus de 8 000 responsables politiques : maires des communes de plus de 20 000 habitants, membres des cabinets ministériels, présidents de conseils généraux et régionaux, parlementaires…
Ces derniers se sont opposés à la publication en ligne de leur fiche de patrimoine – elles seront consultables en préfecture – mais leur déclaration de conflits d'intérêts sera en ligne sur le site de la Haute Autorité d'ici fin juillet.
S'agissant des ministres, l'exercice est encore assez décevant. A l'exception de quelques élèves appliqués, comme Geneviève Fioraso, Laurent Fabius, Arnaud Montebourg, la grande majorité des ministres et secrétaires d'Etat considèrent qu'ils n'ont aucun lien d'intérêt et ont barré de grands traits les tableaux censés les répertorier.
Cette notion de conflit d'intérêts est encore nouvelle en France, et la Haute Autorité, qui en appelle aussi à la vigilance des citoyens, a de ce point de vue tout un travail de pédagogie à faire. Ses équipes ont déjà été sollicitées pour des demandes d'avis.
Des parlementaires ont consulté la HATVP pour savoir s'ils pouvaient cumuler leur mandat avec une autre activité professionnelle. Ou s'il était éthiquement acceptable d'animer une conférence rémunérée par une grande entreprise. La Mairie de Paris, qui souhaite mettre en place en interne des dispositifs de prévention des conflits d'intérêt, l'a aussi consultée.
La France part de loin, mais, assure Jean-Louis Nadal, le président de la Haute Autorité, elle « rattrape son retard sur les pays qui pratiquent cette transparence de longue date ». Le rétablissement de la confiance des citoyens à l'égard des politiques passe par là.


AA
- c'est vrai que le "prix du marché" fluctue aujourd'hui... Raison de plus pour que la commission fasse appel à des experts indépendants pour évaluer immobilier et oeuvres d'art.
- néanmoins, Le Guen n'a pas renâclé à rectifier, ce qui prouve qu'il savait qu'il sous-estimait. Conséquence : il doit quitter le gouvernement illico. De même, le fisc doit récupérer l'impôt sur la fortune non payé pendant plusieurs années et, éventuellement poursuivre pour fraude fiscale !
- on devrait pouvoir vérifier comment des députés ont pu constituer un tel patrimoine (ont-ils hérité, gagné à des jeux de hasard, etc). Certes, Le Guen est médecin de formation, mais il n'a pratiquement jamais exercé. Dans l'affaire de la MNEF, on lui a reproché des salaires fictifs, mais il a été relaxé. 
- dire que la droite avait refusé cette réforme sur la transparence des déclarations des hommes politiques... Bravo Hollande, pour une fois...

14 commentaires:

  1. il y a -t-il un seul membre honnête au gouvernement de la hollanderie ?
    habitué à mentir,à manipuler et à voler durant toutes leurs carriéres politiques,ils n'arrivent pas à s'arrêter même quand ils sont sous les feux de la rampe,
    la différence entre les oiseaux et ces gens là ,c'est que parfois les oiseaux s'arrêtent pour se reposer,....pas eux.
    signé cahuzac

    RépondreSupprimer
  2. voilà pourquoi ces bandits de grand chemin étaient majoritairement contre cette mesure..( déclaration de patrimoine ) c'est ce qu'il a appellé et promis" la république exemplaire "
    le capitaine de pédalo est devenu " ali baba et ses 40 voleurs "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Capitaine de pédalo ...hummm...Et toi, t'es quoi sinon, rameur à la salle de gym ?

      Supprimer
    2. 19H15 ne sait pas lire. C'est Hollande qui a produit cette loi sur la transparence
      des déclarations de revenus des hommes politiques...

      Supprimer
  3. ma prochaine déclaration d'impôts sera elle aussi sombre et mal exposée.

    RépondreSupprimer
  4. aujourd'hui il est préférable d'étre un homme politique plutôt qu'un braqueur .c'est moins dangereux et ça rapporte.
    .un non lieu ou une erreur de procédure ,c'est plus facile ,chez ces gens ,monsieur..

    RépondreSupprimer
  5. bientôt ,mr thibaut binaisse vous pourrez allez à pied de votre maison ,pour manger des crépes chez votre ami fidéle,sincére et non interessé,david noel,sans vous faire casser le tibia et le péronné.
    le nouveau passage piéton sécurisé de la rue denis papin sera terminé.,j'espère que vous ferais l'inauguration,car comme dirait votre copain P.P. si vous aviez été réelu,vous l'auriez fait .encore une idée piquée par le facho .
    déjà quand vous viviez à angers,vous y pensiez en vous rasant tous les matins.

    RépondreSupprimer
  6. il faudrait vérifier comment il a pu et en combien de temps monter un patrimoine de 2.900.000 euros dans l'immobilier.
    et par la même occasion celui de bébert facon .et de son ami kuchéida.
    tic-tac boom,boum,boom

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une mission pour notre petit commissaire du peuple, à coup sûr.

      Supprimer
  7. http://www.lejsl.com/edition-de-chalon/2014/06/27/le-fn-prend-partie-sur-l-arrete-anti-mendicite
    qu en pense briois et ses sbires

    RépondreSupprimer
  8. Quid de la Société Civile La Sapinière au capital social de 914.694,01 € dont les gérants sont : Monsieur François George HOLLANDE et Marie-Ségolène ROYAL créée en 1990 sous ne n° SIRET 377 552 955 dont il n'est fait référence nul part dans les déclarations de patrimoines des deux menteurs professionnels susnommés et dont personne ne connaît les résultats financiers puisque les comptes ne sont pas déposée.
    Ils font quoi de leur argent avec si peu de patrimoine déclaré?
    Je croyais que la République était laïque, cela m'étonne qu' ils doivent déclarer leurs revenus de petits moines.
    Ils vont arriver à nous faire pleurer et je sens qu'on va finir par leur faire la charité ! najad une table et 4 chaises? un scooter à 500euros pfff cela paye pas ministre.. Bizarrement, aucun d'eux n'a déclaré toucher le RMI !
    Merci pour l' os à ronger fournit pour le petit peuple

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. F. Hollande n'a plus de parts dans cette SCI, depuis plusieurs années ! Vérifiez vos infos...
      voir http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/05/11/francois-hollande-un-patrimoine-sans-surprise_1699753_1471069.html

      Supprimer
  9. Dommage que cette commission bien nécessaire à plus de moralité de la vie politique n'ait pas existé sous l'ère de Bébert le dromadaire et de son petit copain Kuku... Les citoyens pourraient ils réclamer la rétroactivité sur 20 ans? A l'époque où Bébert était trésorier de la FD 62 du ps et président de l'OPAC 62?

    RépondreSupprimer