vendredi 20 juin 2014

Remettre les pendules à l'heure !

Les décodeurs du Monde.fr vérifient déclarations, assertions et rumeurs en tous genres. Sur les "avantages" des cheminots l'article, ci-dessous, me semble arriver bien à-propos

 

Prime charbon, prime pour absence de prime.... les légendes urbaines de la SNCF

Le Monde.fr |
 

Après une semaine de grève à la SNCF, les critiques fleurissent sur le Web à l'encontre des cheminots et de leur statut. Comme à chaque mouvement social, les clichés sur les salariés de la SNCF circulent, à l'image de cet extrait, largement diffusé sur Twitter.

   
Ce qui est reproché aux cheminots ? Un cumul de primes injustifiées, des semaines qui ne compteraient que vingt-cinq heures, des soins gratuits ou des indemnités en tout genre.

Les cheminots ont-ils des salaires mirobolants ?

Le salaire des conducteurs de TGV est souvent brandi pour symboliser les avantages du secteur ; en réalité, leur rémunération évolue entre 2 400 et 3 300 euros brut par mois, primes comprises (les primes représentent dans leur cas environ 30 % du salaire final). La moyenne des salaires dans le groupe s'établissait à 2 891 euros brut en 2012, selon le rapport RSE (responsabilité sociale) du groupe — un peu plus que le salaire moyen en France qui s'établit à 2 466 euros brut.
Par ailleurs, ils ne sont que 1 800 par rapport aux 14 500 conducteurs que compte le groupe qui emploie lui-même 155 000 personnes.
Le tableau ci-dessous, réalisé par l'Institut européen du salariat, un réseau de chercheurs en sciences sociales, présente les niveaux de rémunération à la SNCF, en brut, primes comprises. On voit que le salaire d'un agent appartenant aux catégories exécution (premier niveau de qualification), maîtrise (deuxième niveau de qualification) ou traction (conducteurs) est en moyenne deux fois moindre que celui d'un cadre.
Rémunération, en brut, des salariés de la SNCF en 2010.
« La part variable du salaire constitue un élément d'autant plus important que l'on monte dans la hiérarchie. S'il ne représente encore que 300 euros annuels (au maximum) pour les agents d'exécution et de la maîtrise, il pèse jusqu'à 10 % de la rémunération des cadres, 20 % de celle des cadres supérieurs, 50 % pour celle des cadres dirigeants et des top managers », explique l'IES.

Les cheminots travaillent-ils vingt-cinq heures par semaine ?

C'est totalement faux : tous les collaborateurs SNCF sont soumis à la réglementation des trente-cinq heures qu'a signée l'entreprise en 1999. Toutefois, précise un document interne de l'entreprise, « les trains circulent vingt-quatre heures sur vingt-quatre et trois cent soixante-cinq jours par an, [ce qui a] évidemment des répercussions sur la vie des agents ».
Les règles d'organisation du travail pour l'ensemble du groupe sont fixées par une directive (RH-0077), qui détaille l'organisation par roulement intégrant des nuits, samedis, dimanches et jours fériés pour les agents roulants comme pour les agents sédentaires. Parmi les cadres, la majorité sont soumis à des astreintes pendant les week-ends, explique la direction de la communication.
Selon les trajets, le salarié roulant (environ 30 000 personnes avec les contrôleurs, soit 20 % du groupe) peut être amené à prendre des repos hors domicile, des « découchés »… ce qui explique, pour certaines catégories de salariés, les « allocations de déplacement », des frais de déplacement en somme.

Reçoivent-ils des gratifications en tout genre ?

C'est le jargon de la société ferroviaire qui induit ici en erreur ; de même que le « dépôt de sac » désigne le droit de retrait des agents lorsque l'un de leurs collègues est agressé, les termes de « primes » et de « gratifications » peuvent être trompeurs. Ainsi, la « prime de travail » représente en réalité le salaire.
Parmi les compléments de salaire réservés au personnel roulant, la « prime de parcours » correspond à une rémunération supplémentaire calculée en fonction de la distance parcourue, la « prime de TGV » est accordée aux salariés spécialement qualifiés pour conduire ce type de trains (près d'un an de formation).
La prime de fin d'année (le 13e mois n'existe pas à la SNCF), la gratification annuelle d'exploitation (8 % d'un mois de salaire) et les heures supplémentaires existent réellement, comme dans d'autres entreprises. La « gratification de vacances » correspond à environ 15 euros par mois et par salarié.
Quant à l'intéressement, appelé « dividende salarial » à la SNCF, il est d'environ 300 euros par salarié, un montant en baisse de 17 % pour l'année 2014, après une baisse de 9 % l'an dernier.

Les cheminots touchent-ils…

… une « prime charbon » ?

Cette prime n'existe plus depuis les années 1970 et la fin des locomotives… à charbon. La dernière a roulé en 1974, laissant la place à ses consœurs roulant au diesel puis à l'électricité.
Par ailleurs, les mécaniciens n'ont jamais touché cette prime, seuls les conducteurs en bénéficiaient.

… une « prime pour absence de prime » ?

La « prime d'absence de prime » qui récompenserait les agents sédentaires ne touchant pas de compensation pour déplacement n'existe pas non plus. Comme pour la supposée prime charbon, des cheminots ont été jusqu'à rendre publiques leurs fiches de paie pour prouver qu'elle n'est pas versée ; ce que confirme la direction de la communication de la SNCF.

… une retraite à 50 ans ?

Le cheminot peut certes partir à la retraite plus tôt que la majorité des employés français, mais il cotise davantage (7,85 % de cotisations pour le régime spécial, contre 7,05 % pour le régime général) et touche une retraite minorée (par rapport au taux plein) selon le nombre de trimestres cotisés manquants (166 pour tous les salariés).
En outre, les réformes successives des régimes de retraite de 2008 (allongement de deux ans de la durée de cotisation) et de 2010 (suppression de l'obligation de départ à 50 ans pour les conducteurs de train et à 55 ans pour les cheminots) ont retardé d'autant l'âge de départ.
Et tous les cheminots ne bénéficient pas du régime spécial de retraite (52 ans pour les conducteurs ou 57 ans pour les agents en service sédentaire) : pour y avoir droit, il faut avoir été embauché à la SNCF avant l'âge de 31 ans. Les cheminots embauchés au-delà de cet âge relèvent du régime général.

Les cheminots bénéficient-ils de voyages gratuits ?

Dans son rapport de l’an dernier, la Cour des comptes remarquait que si le nombre de bénéficiaires des billets à tarif réduit ou gratuits a diminué ; ce sont principalement les ayants droit qui en bénéficient, loin devant les cheminots eux-mêmes ou les retraités.
« Le total des bénéficiaires des facilités de circulation s'établissait donc, à la fin de 2011, à plus de 1 100 000 personnes, dont seulement environ 15 % de cheminots en activité », observait la Cour, selon laquelle le manque à gagner pour l'entreprise s'établissait entre 50 millions et 100 millions d'euros en 2011.
L'entreprise a répondu, par la voix de son PDG, Guillaume Pepy, que « les facilités de circulation » étaient liées « à l'histoire du monde ferroviaire » et que des « chantiers d'amélioration et de rationalisation se poursuiv[ai]ent ». Par exemple, les ex-conjoints ne sont plus couverts lors du décès de l'ouvrant droit.
L'entreprise a également publié sur son site Internet un tableau récapitulatif des avantages avec la SNCF et ses partenaires internationaux (Thalys, Eurostar…) des employés et de leurs proches :

Les salariés de la SNCF sont-ils pris en charge médicalement à 100 % ?

Comme c'est le cas dans de nombreuses entreprises, les salariés peuvent bénéficier d'une mutuelle. En l'occurrence, la Caisse de prévoyance et de retraite du personnel de la SNCF passe des conventions avec des établissements de soins. Et la mutuelle complémentaire de santé couvre la part non remboursée par la Sécurité sociale. Certaines prestations (mais pas toutes) sont donc couvertes à hauteur de 100 %. Mais c'est aussi le cas de nombreux salariés de grands groupes privés (la mutuelle du groupe BNP Paribas, par exemple), du secteur public (la MGEN, mutuelle de l'éducation nationale) ou d'indépendants (la mutuelle des clercs et employés de notaire).

26 commentaires:

  1. Le patronat doit jubiler. Plus besoin du Medef pour revoir toujours à la baisse les droits des salariés. D'autres salariés s'en chargent. C'est au moins disant...
    Comme si travailler dans n'importe quelles condition, le jour, la nuit, dans la crainte, sous pression était la nouvelle panacée. Bientôt nous verrons renaître le travail des enfants. Tant que nous y sommes.
    C'est comme si avoir un travail stable et correctement rémunéré pour lequel on ne s'épuise pas était anormal et condamnable .
    Pendant ce temps là, le sait-on, des actionnaires s'enrichissent toujours plus. Mais il vaut mieux propager des rumeurs, opposer les uns aux autres pour cacher ce fait.
    Pendant que les pauvres se foutent sur la gueule, les vaches se gardent bien.
    Les salariés de l'usine Seita de Carquefou , près de chez moi, luttent dans l'indifférence générale.
    Réveillons-nous, nos vies valent plus et mieux que leurs profits.

    Réveillons nous. Quand un chat lynché apitoie plus qu'un rom lynché... oui, oui, il y a vraiment quelque chose de pourri dans notre République.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben quoi, la cause animale, maintenant on s'en fout chez les bobos ?

      Supprimer
  2. le juda de la politique héninoise qui fit gagner le F.N. au premier tour,continue d'accuser alain alpern ,responsable de sa défaite.il continue ses mensonges et ses manipulations qui l'ont éjectés des commandes de la mairie, lui et les bouffons de la liste binaisse.
    il ne se remet pas en cause et se prend pour un phénix.
    - "choix collectif " .....de toute sa famille,représentant 80 % des 17 adhérents locaux.
    -" mes camarade de la section ne l'ont pas voulu ".sauf que la plupart d'entre eux n'ont pas accepté son choix et son retournement de capote, qui provoqua une si grande CAPOTE électorale.
    son aveuglement et son autisme le perdront et l'éliminera définitivement du monde politique .celui qui combat de l'intérieur devra bientôt combattre à l'extérieur d'héni-beaumont.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dn il est finit comme un certain legrand je dirais mieux legland

      Supprimer
    2. 11h52 : tout à fait d'accord avec vous monsieur Leplouc .

      Supprimer
  3. il est tres mechant envers vous Mr NOEL

    RépondreSupprimer
  4. Alpern à fait beaucoup plus pour lutter contre le F.N. Que David joel, aux accords électoraux en permanence douteuses ,contre nature et mauvaises .2 fois avec dalongeville et une fois avec le maire le plus nul d'henin-beaumont,mr binaisse.

    RépondreSupprimer
  5. Il ferait mieux de se cacher, ce Mr Noel . Honte de rien !

    RépondreSupprimer
  6. Pauvre Noel ! Il aura beau de tenter d'enfumer son monde en tirant sur Alain, sa
    politique de l' autruche et son attitude déloyale et ingrate durant les dernières élections
    lui seront impardonnables à jamais . Ce type est mort politiquement, et c'est tant mieux .

    RépondreSupprimer
  7. Alors, David, à quand une alliance avec Steeve pour un poste peinard et un semblant de pouvoir histoire de mieux résister de l'intérieur, comme au bon vieux temps quoi ? Front avec front ça t'irait très bien, tu es fait de cette étoffe !

    RépondreSupprimer
  8. Concernant la SNCF, il est évident que le principe de diviser pour mieux régner fonctionne à plein tube. Je crains fort qu'ils ne parviennennt pas à leur Fin. Demandez aux salariés des postes ce qu'ils en pensent ! Ah cette Europe du fric ! J'ai connu une époque où toutes les campagnes étaient desservies. Qu'en sera-t-il dans 10 ans ? FJJ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec la privatisation totale, il en sera dans dix ans comme dans le passé. Seules les lignes très rentables seront desservies...
      Fille de JJ

      Supprimer
  9. david noel se prend pour le sauveur d'hénin, ou le dragon qui terrassera les fachos.pas un seul parti de gauche ne fera d'accord avec lui pour d'autres élections.il est cuit politiquement.tout le monde sait qu'il n'est pas fiable.la seule chose qu'il sache faire,c'est manger à tous les râteliers pour sa pitance.il déshonore le marteau ( qu'il est ) et la faucille.

    RépondreSupprimer
  10. Je viens de lire le pamphlet contre AA de D. Noël Questions :
    Quelq'un a-t-il déjà lu que AA s'est attaqué aux Verts ? Moi pas
    Il aurait été démissionné du conseil régional : est-ce possible?
    Pourquoi devrait-il distribuer des tracts?
    AA pouvez vous répondre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 14H29 :
      - Effectivement, je n'ai jamais attaqué R. Calzia et M. Tondelier sauf à déplorer leur absence quasi-totale d'HB... ce que tout le monde a pu constater
      - Cet idée que j'aurais été démissionné est repris textuellement (!) d'un texte du FN et du blog de Chruszez (le second a copié bêtement le premier...). C'est bien mal connaître le fonctionnement des institutions que de "balancer" des idées pareilles...
      Idée aussi idiote que la précédente... Pourquoi devrais-je distribuer des tracts ? Passons...

      Supprimer
    2. noel est un petit menteur de banlieue en qui on ne peux pas faire confiance et qui répète ce que dit le F.N.,sans vérifier ses sources .un bien triste personnage ..qu'il arrête la politique et qu'il fasse du théâtre comique.il risque peut-être de faire rire ,au lieu de faire braire.

      Supprimer
  11. Je pense que ce qui est grave chez David, c'est qu'il est persuadé qu'il a eu raison de faire alliance avec Dalongeville et de soutenir Binaisse. Il est aussi persuadé qu'il a bien agi avec le Parti de gauche.
    Ce qui est encore plus grave avec ce type-là c'est qu'il va continuer à faire de la politique sur Hénin et bloquer toute construction d'une alternative au FN. En effet, il va entraîner avec lui l'ersatz de section socialiste et les Verts. Alors que comme l'a dit M. Alpern un jour : place à ceux qui ne se sont jamais compromis ni avec Dalongeville, ni avec Binaisse, et j'ajouterai : ni avec...le FN.

    RépondreSupprimer
  12. madame binaisse remplace son mari présentes aux commémorations hier bd du générale le 18 juin sans compter au 8 mai tonton eugéne se repose de sa campagne ou il est entré en campagne un moi avant le premier tour cela fait du bien de voir de nouvelles têtes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Binaisse, se mélanger au peuple était comme mélanger les torchons et les serviettes,idem Percheron.

      Supprimer
    2. oui binaisse un grand bourgeois il intéressé par le fric et le pouvoir comme son gendre d ailleurs

      Supprimer
    3. C'est pas le même niveau

      Supprimer
  13. Sans doute encore un maire qui aura la légion d'honneur ,si ce n' est déjà fait .
    Anne hidalgo vient d' admettre le trou abyssale de la mairie de paris , créer pasr son prédécesseur.. ci joint le lien et un second pour l' attribution des subventions par jean paul huchon president de la région île de France cela vaut son pesant d'or!!

    http://www.capital.fr/prismasearch/search?TYPE=SEARCH&TOOL=STO&sortBy=&SEARCH_VALUE=&q=hidalgo+&header_submit=

    http://www.atlantico.fr/decryptage/mondial-2014-carton-rouge-anne-hidalgo-vincent-roger-1625158.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un vrai digne socialiste .le pire c'est qu'ils sont des milliers comme lui.
      heureusement de moins en moins nombreux.

      Supprimer
  14. Le camarade Alpern à été déclaré coupable de haute trahison pour ses propos défaitiste envers le parti et mettre en doute la stratégie audacieuse et courageuse des camarades Noel et Poly mais devant le peu de moyen nous le condamnons a travailler ses légumes et fruits dans son potager

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel est le tribunal si prompt à la clémence ? Quels sont les juges ? sont-ils en nombre suffisant ? ce tribunal a-t-il vocation à remettre en cause la sentence du polytbureau ?

      Supprimer