vendredi 12 mai 2017

Un tripartisme en perspective (1/3)...

Avant-hier, je dressais un tableau particulièrement sombre de la situation des partis politiques, en France.
Voyons comment le paysage pourrait évoluer dans les prochaines semaines et, notamment, à l'occasion des législatives de juin.
A ce moment-là, nous pourrions observer que la scène politique française se partage en 3 blocs (un tripartisme depuis longtemps en gestation)

1- l'extrême-droite, à savoir le FN, déjà rejoint par Debout la France et, en prévision, des adhérents du parti Les Républicains, en voie d'éclatement. Pour glaner à droite, il faudrait que le FN cesse de poursuivre l'ambition de M. Le Pen et F. Philippot qui consiste à aspirer l'électorat de gauche (cela a réussi, en partie, avec l'électorat communiste, particulièrement dans les Hauts-de-France), politique qui a montré ses limites ces dernières semaines avec les 34% obtenus par MLP au second tour de la présidentielle, alors que beaucoup de dirigeants frontistes espéraient (secrètement ?) que ce score soit celui du premier tour... Pour crever ce plafond de verre (déjà entrevu lors d'élections précédentes), beaucoup au FN  estiment que le temps est venu maintenant d'attirer des hommes (et femmes) politiques de droite. En quelque sorte, de sortir de l'orientation sociale actuelle du FN pour tenter de séduire la droite de la droite, ce qui signifie prendre des orientations libérales en matière économique. Ce virage stratégique pourrait être conforté par la volonté de JL Mélenchon qui vient chasser sur les terres du populisme et tente de rattraper les anciens électeurs de gauche qui votent, aujourd'hui, FN. Bien entendu, pour que cette nouvelle stratégie puisse fonctionner, il faut un changement de pied de la part du parti d'extrême-droite. 
M. Le Pen se présentera-t-elle aux législatives ? Même si elle part sur la 11ème circonscription du Pas-de-Calais (Hénin-Carvin) où sa marge de sécurité est grande (58,17% dimanche dernier), face à une gauche éclatée (PC, PS, Insoumis, EELV !), à une candidate LR inconnue et une nouvelle venue (tout aussi inconnue) de "La République en marche", le risque est qu'elle soit astreinte à un second tour, ce qui constituerait un nouvel échec pour elle... Je ne serai pas étonné qu'elle décide de ne pas se présenter, en invoquant qu'il faut qu'elle aille aider les autres candidats frontistes dans toute la France, et que cela est impossible à mener de front (!) avec sa propre campagne. Cette désertion pourrait également être mal perçue à l'intérieur du parti, où la fronde anti-Philippot grandit, où la piètre prestation de MLP, lors du débat avec Macron, a déçu et où le retrait de Marion Maréchal-Le Pen interpelle... Ajoutez à cela les foucades de JM Le Pen, qui garde quelques fans, et on peut s'interroger sur l'avenir de MLP à la tête du parti... 
Cela signifie qu'une réorientation stratégique du FN prendra quelques mois. Certes, il y aura un congrès avant la fin de l'année, mais, entre temps, des Ciotti, Wauquier..., à droite, piaffent d'impatience, tandis que JL Mélenchon, à gauche, ne cache pas son ambition, non seulement de remplacer le PS et le PC, mais aussi de faire revenir au bercail les brebis égarés dans des votes frontistes...

A suivre : La gauche.

24 commentaires:

  1. La grosse colère de Bayrou après la publication de la liste des candidats En Marche :
    François Bayrou, président du MoDem allié à Emmanuel Macron, a indiqué jeudi à l'AFP que la liste de candidats présentée par En Marche! n'avait pas "l'assentiment" de son parti. "La liste des investitures publiées cet après-midi est celle du mouvement politique En Marche!, elle n'est en aucun cas celle à laquelle le MoDem a donné son assentiment", a déclaré à l'AFP le maire de Pau.
    François Bayrou a enfoncé le clou. "C'est une opération recyclage du Parti socialiste. La grande lessiveuse. Je ne laisserai pas faire ça", a-t-il dénoncé. "Macron va devoir changer de logiciel", a-t-il ajouté, expliquant que si on est "à l’époque du post-modernisme et de la post-vérité", on n’a "pas intérêt à être dans celle du post-professionnalisme". 

    Et il est surpris François ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bayrou qui se fait avoir.
      Un voire deux candidat(s) qui propagent des propos antisémites.
      Des candidats, qui n'ont même pas candidaté! ( cela jette le trouble sur la fameuse procédure à laquelle même Valls était censé se soumettre).
      Un petit résumé des investitures de Macron... et ce n'est que le début!
      Il reste 150 candidats, parait-il, au cas où la droite arrive. Que feront les députés PS, les conseillers PS, les assistants PS, quand Lemaire, Riester, les autres Juppéistes seront candidats? Ils diront : LRPS , cela n'existe pas, donc on n'est pas dans cette majorité?

      Supprimer
  2. Vous ne parlez pas de tous les candidats de la 11

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moustache et chemise à carreau vous voulez rire ou quoi?

      Supprimer
  3. Le Front National, un parti politique ? C'est une coquille vide. C'est la famille Le Pen, c'est tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Veuillez regarder les pourcentages et cessez de dire des conneries. Nous nous dirigeons vers une France bi Polaire, les rouges contre les noirs. Cela ne vous rappel rien? Non? Allez quoi, un petit effort. Berlin, le pavé, la pluie, les années 20... coquille vide, dites-vous? HUMM.

      Supprimer
    2. Y a rien, c'est une coquille vide le Front National, c'est la famille Le Pen. Elle fait son marché sa fille, elle distribue ses tracts

      Supprimer
    3. La pov cloche qui limite le fn à 2 personnes. Pathétique.

      Supprimer
    4. La pov cloche, les pov cloches qui votent facho!

      Supprimer
    5. La pov cloche de 08h53 qui sert si bien le fn. Il n'en demandait pas tant.

      Supprimer
    6. La pov cloche de 17H26, le bas du front qui vote si mal fasciste! On ne te demande rien!

      Supprimer
  4. " M. Le Pen se présentera-t-elle aux législatives ? Même si elle part sur la 11ème circonscription du Pas-de-Calais (Hénin-Carvin) où sa marge de sécurité est grande (58,17% dimanche dernier), face à une gauche éclatée (PC, Insoumis, EELV !), à une candidate LR inconnue et une nouvelle venue (tout aussi inconnue) de "La République en marche", le risque est qu'elle soit astreinte à un second tour, ce qui constituerait un nouvel échec pour elle.." Est-ce un oubli ? Vous ne citez même pas l'actuel député Kémel, ce brave homme qui depuis tant d'années a tant fait pour notre bonne ville.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups ! Je rajoute... Lapsus révélateur...

      Supprimer
  5. Vous en oubliez encore un Mr AA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous voulez parler de l'ancien président d'Attac ? Jacques Nikonoff ?

      Supprimer
  6. C est triste ces heninois qui espèrent que lepen soit candidate sur la 11 éme. Ils ne se rendent pas compte que lepen elle n est la que pour servir sa carrière politique,
    Je mettrai dans le même panier Mélenchon qui n a pas eu les couilles de revenir sur la 11 eme malgré ces promesses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après le barron rouge, le parachutiste rouge. Triste destin quand même, tous deux écrasés par le vent de la liberté!

      Supprimer
  7. Ce n'est pas uniquement une histoire d'égo, de narcissisme.
    C'est aussi peut-être de la stratégie politique, enfin pas si sûr.

    Les oubliés de la mondialisation, toujours perdant.
    Lés élus se moquent "abyssalement" des gueux, ils ne cherchent que la notoriété, les indemnités.

    Le vote front national, dans le bassin minier, n'est pas pour un racisme, mais plutôt contre des méthodes dés élus locaux contre une frange démunies de la population, vous savez les bénéficiaires du rsa: intimidation, procédure disciplinaire sans véritable débat contradictoire, bien souvent on pousse, ou manipule même les personnes, les chômeurs de longue durée dans les bras de Maison départementale des personnes handicapées, dans l'unique but de reconnaître ces chômeurs comme des handicapés psychiques, c'est bien commode pour faire baisser le chômage, les médecins conseils sont écœurés des ses méthodes digne du moyen-âge.

    Personne ne veux parler de cette violence institutionnelle, d'état contre les plus faibles, cela arrange tout le monde.

    Que dire du comportement d'élus locaux, d'associations comme celle des sous-officiers de réserve de l'armée, située à hénin-beaumont, qui est bien complaisante avec la municipalité front national, il n'y a qu'a voire les photos de leurs manifestations pour mesurer l'ampleur de leur hypocrisie, complaisance, manipulation vis-à-vis de leurs administrés, voir leur site internet pour s'en convaincre.

    Objectivement, sans une véritable démocratie direct et participative, il y aura je le craint beaucoup de perdant, vous le savez tous, je le crois au fond de vous
    Bon soir

    RépondreSupprimer
  8. Non Mr AA Vs verrez son tract sera distribué la semaine prochaine ds votre boite un indice présence sur le marché de courrieres ce mercredi. On la vu distribuer chez les commerçants heninois la vdn n en parle pas !!!! Nous verrons si la vdn reste ouverte au candidat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le marché de Wazemmes - Lille - le dimanche pour la fille Le Pen pour distribuer ses tracts. Ils sont "open"

      Supprimer
    2. La voix locale roule pour les "uns soumis"!

      Supprimer
  9. Si nous parlions de belles choses? D'hommes, de femmes,d'humains debout des justes de notre pays... loin des miasmes racistes des "communes sans migrant".
    Elevons-nous!

    "HAPLINCOURT/VDN
    Quand un village de 190 habitants accueille une famille… de réfugiés syriens

    Fuyant la guerre, une famille de Syriens vient de trouver refuge à Haplincourt, petit village du Sud Artois. Accueilli chaleureusement par la majorité des habitants, le couple et sa petite fille a toutes les cartes en main pour s’intégrer..."

    RépondreSupprimer
  10. Pendant la seconde guerre mondiale, ma grand-mére maternelle, a accueilli des réfugiés venant de russie, d'allemagne qui ne voulaient pas participer aux horreurs.

    Que dire de sa soeur qui combattait les allemands nazis, fiché NN (Nuit et Broulliard), poursuivie par le SS, rattraper, torturer et déporter dans un camp camp spécial pour femme et ceci quasiment le dernier jour de la guerre le 28 avril 1945.

    Elle a survécu, mais avec des séquelles.Je ne vous dit pas la hauteur des indemnités pour service rendu à la nation.

    A sa mort le corps était marqué par les tortures du passé, il fut bien difficile de supporter la dégradation de son corps comme un rappel à
    l'horreur de cette époque.

    Le préfet et des hauts responsables de la gendarmerie et la police national étaient présent.

    Au bonne entendeur, ne confondait pas les électeurs malheureux et les adhérents et pire encore les organisateurs de ce parti.C'était la même chose sous la guerre.

    Je craint fort que de stigmatiser ces malheureux, n'arrange rien à leur prise de conscience.

    Ils servent aussi a ceux qui les "combattent" paradoxalement.
    Ce soit-disant front républicain.

    Il vaut mieux être lucide que candide.
    C'est préférable pour une démocratie qui se respecte.


    RépondreSupprimer