mardi 16 mai 2017

Un tripartisme en perspective (2/3)...

Il y a quelques jours, dans le cadre d'une étude sur ce qu'il pourrait advenir du paysage politique français, nous avions vu, dans une première partie, comment l'extrême-droite pourrait évoluer, à travers un rapprochement avec la droite de la droite, au prix de soubresauts internes, aujourd'hui imprévisibles, mais dont M. Le Pen pourrait faire les frais...
Dans la seconde partie, ci-dessous, essayons, à la veille des législatives, de voir comment la gauche va tenter de se renouveler. En effet, force est de constater que les militants et les électeurs socialistes se sont déterminés, lors des présidentielles, dans 3 directions :
- les uns ont respecté le candidat officiel désigné à l'occasion des primaires du PS, mais Benoit Hamon n'a recueilli que 6% des voix le 23 avril, y compris celles d'EELV et des Radicaux... Ce positionnement est donc ultra-minoritaire...
- d'autres ont voté pour E. Macron dès le premier tour des présidentielles. Probablement la majorité...
- il y a également ceux qui ont rejoint JL Mélenchon et qui doivent représenter une forte minorité...
Le PS est donc éclaté et va probablement disparaître... même si certains veulent, pourtant, maintenir l'illusion qu'il existe encore... 

Le Parti communiste va sortir exsangue des législatives, tout comme les écologistes. Pour le premier, qui s'est fait "rouler dans la farine" par JLM, ce n'est que la confirmation d'une mort annoncée depuis quelques années. La question est de savoir s'il conservera des députés Si, ces dernières années, il a maintenu une certaine représentativité, grâce au soutien du PS, puis de JLM, sa survie, comme celle du PS, est problématique...
Le même constat peut être établi pour EELV. Divisé depuis 2012, notamment, sur le plan stratégique, une partie officielle, mais minoritaire, a signé un accord avec B. Hamon pour le premier tour de l'élection présidentielle, une majorité a rejoint Mélenchon dont le projet écologique était encore plus séduisant que celui de B. Hamon, et une petite minorité s'est laissée séduire par "En marche", bien que l'écologie soit un point faible du projet du nouveau président de la République.
Ainsi, les différentes composantes officielles de la gauche traditionnelle vont disparaître corps et biens, le plus vraisemblable étant qu'elles conserveront difficilement quelques députés, au prix d'alliances compliquées, d'autant plus que la "France insoumise" (FI) a décidé d'en finir avec elles !

La FI peut paraître présomptueuse dans cette affaire... JLM a décidé que la gauche, dorénavant, c'était lui ! Certes, il est nettement majoritaire à gauche, mais de là à penser qu'avec 19% des voix au soir du 23 avril, on puisse devenir majoritaire à l'Assemblée nationale, il pourrait y avoir une très forte désillusion quand on regardera le nombre de députés "mélenchonistes" élus ! En premier lieu, beaucoup d'électeurs ont été choqués par le positionnement personnel de JLM pour le second tour des présidentielles et sont prêts à le lui faire payer quand il sera question de voter au second tour pour un candidat FI face à un autre candidat, surtout s'il est FN ("la réponse du berger à la bergère"). En second lieu, nombreux sont ceux des électeurs potentiels de JLM qui n'apprécient pas ses prises de position sur l'International (rapports avec la Russie, rapprochements avec des pays d'Amérique latine, sortie de l'Union européenne). Enfin, des électeurs de gauche le montrent du doigt comme étant le responsable de la dispersion des candidatures lors des 2 élections de ce printemps...

En résumé, une gauche bien mal en point, dont le nombre de députés pourrait être équivalent à celui du FN, soit quelques dizaines (50 à 70) et préfigurer une longue traversée du désert...

21 commentaires:

  1. "Probablement la majorité..." c'est la Démocratie, Macron a gagné - Respect. ça pose question. quant au devenir ? Si, demain la feuille d'impôt à ramener. A faire.... C'est la règle

    RépondreSupprimer
  2. 50 à 70 pour l'extrême droite ?ça va être chaud là "une longue traversée du désert"

    RépondreSupprimer
  3. "pourrait être équivalent à celui du FN, soit quelques dizaines (50 à 70) " C'est impossible que l'être droite fasse ça. ils en deux là

    RépondreSupprimer
  4. Encore un candidat qui se presente chez nous un candidat indépendant à votre écoute cela nous change des autres qui nous vendent un programme tout fait. Une fois elu ne l appliqueront pas l avez eu ds votre boite Mr AA

    RépondreSupprimer
  5. La politique de Macron sera celle de son goût pour les cordons bleus ( moqué sur la toile): un peu de tout avec dominante à droite ( le cordon surtout). Je lui souhaite de réussir malgré tout car c'est urgent. J'ai voté Mélenchon au premier tour et Macron au second... pour la raison que vous connaissez et uniquement pour cette raison. Mais ce grand écart dans mes convictions est nocif à mon âge. Dans cinq ans, il n'est pas question de tenter à nouveau l'exercice. Je ne le pourrai plus....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Macron Vs fera cocu

      Supprimer
    2. le cordon bleu, c'est pour la cantine (pas toujours terrible, il faut savoir cuisiner) se battre. Bien à vous. même dans 5 ans

      Supprimer
    3. Vu vôtre âge vous ne le pourriez plus. En voilà une bonne nouvelle

      Supprimer
  6. "Votes, assiduité : qui était le député Edouard Philippe, nouveau premier ministre ?"
    Très bon article du journal "Le Monde" qui nous en dit plus sur notre nouveau premier ministre. Pas très brillant tout celà:
    - Peu présent et peu actif à l'assemblée
    - s'est abstenu sur la Loi sur l’égalité hommes-femmes
    - s'est abstenu sur la Loi pour le mariage pour tous
    - a voté contre la loi La transparence et la moralisation de la vie publique ( Il s'est d'ailleurs fait épingler en 2014 par la haute autorité, car il a déclaré ne pas connaître la valeur des ses biens immobiliers !)
    - a voté contre la loi relative à la fraude fiscale et à la grande délinquance économique et financière
    - a voté contre la loi relative à la lutte contre le système prostitutionnel
    - a voté contre la loi sur la transition énergétique
    - a voté contre la loi sur La réforme territoriale
    - a voté contre le CICE
    - absent lors du vote des dispositions du pacte de responsabilité

    Bonne réflexion !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fallait pas voter Macron

      Supprimer
    2. Même pas un regret

      Supprimer
  7. La gauche a joué avec le feu et elle s est brûlée
    Nationalement en jouant la carte du fn pour diviser la droite
    Localement en accréditant des personnages comme dallongeville
    Sans parler des petits avantages qu ils accordaient à eux leurs proches ou les cartés
    Espérons qu une bonne cure d amaigrissement démocratique leur permettent de se remettre en question

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut pas rêver. Traitres un jour, traitres toujours!

      Supprimer
    2. Le fn, créé par des collabos du nazisme et pétainistes. FN traitre un jour, traitre toujours. Depuis 2012, ils ont truandé systématiquement à toutes les élections et sont soupçonnés de détournements de fonds publics et escroqueries en bande organisée. Depuis leur création, ils trempent dans des affaires de racisme, de violences, de mensonges, de manipulations et de meurtres. Ce parti devrait être interdit.

      Supprimer
    3. oui je traitre tu me traites....

      Supprimer
  8. Je suis en désaccord sur vos propos concernant le PCF. Je crois que ce sont plutôt eux qui roulent tout le monde dans la farine depuis un moment.
    Comme vous le remarquez, ils vivent sous perfusion du PS ou de JLM. Dans l'opposition de gauche pendant les élections; dans la majorité pour les postes.
    Ils rejettent le soutien à JLM en conférence nationale pour la présidentielle. Ils préparent 577 candidats, tracts avec photo de Mélenchon, avec l'étiquette "Front de gauche" alors qu'il est réduit au seul PCF étant une coquille vide, ceci pour créer l'équivoque.
    Le PCF se moque du monde, et ils voulaient rouler tout le monde dans la farine.

    Finalement, la décision de Mélenchon : pas de candidat France Insoumise face à un candidat PCF qui a parrainé sa candidature, quand bien même ce candidat PCF n'est pas signataire du projet de la France Insoumie, cette décision est magnanime.

    RépondreSupprimer
  9. Bon, briois "le peup" s'attaque aux congés des agents territoriaux... Quand ces derniers vont-ils réagir? Le FN c'est la droite macroniste en dix fois pire mais avec le racisme en plus! Pourquoi briois ne demande t-il pas à sa maitresse de rembourser les millions d'euros qu'elle a détournés? Il parait que mémère va se représenter à Hénin!On pensait qu'elle était "fatiguée"... mais ça a la vie dure.
    Virons-les!

    RépondreSupprimer
  10. Pour une fois; je suis d'accord avec votre analyse.D'ailleurs, bien avant, j'ai écrit un commentaire qu'il n'y aurait plus de député communiste et une déroute électorale pour Mélenchon au soir au soir du 1er tour.Tout ce que l'on peut espérer sur la 11ème,est que les 2 candidats fachistes arrivent en tête au soir du 1er tour......!!!

    RépondreSupprimer
  11. c choquant que Mélenchon soit classé à l'extreme gauche ce qui au final lui donne l'image du pendant du FN. l'extrême gauche c'est le npa la lcr et les groupuscules gauchistes, casseurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. super choqué pffff

      Supprimer
    2. Il glisse lentement mais surement.

      Supprimer