samedi 27 juin 2015

Une vie politique... (6)

Sur Jacques Mellick, vous trouverez, ci-dessous, des liens vers des pages le dépeignant parfaitement :

http://alpernalain.blogspot.sg/2013/04/la-fede-chapitre-3-jacques-mellick-le.html
http://alpernalain.blogspot.sg/2013/04/la-fede-chapitre-3-jacques-mellick-le_28.html
http://alpernalain.blogspot.sg/2013/04/la-fede-chapitre-3-jacques-mellick-le_29.html

Jacques Mellick était certainement un des 3 grands "barons" qui ont marqué la Fédération 62 du PS, pendant une quarantaine d'années. Le système mis en place fonctionna avec Daniel Percheron à la baguette et Jean-Pierre Kucheida et Jacques Mellick comme adjoints. Ce système, qui vient aujourd'hui à terme, n'est pas parfaitement connu, le premier nommé étant d'une discrétion absolue, le second qui a tout perdu (on y reviendra) en peu de temps, aura beaucoup à nous dire lorsque les enquêtes judiciaires en cours déboucheront sur des poursuites. Quant au troisième larron,  au PS 62, il devint un homme-clé pour les rouages financiers. Il travaillait avec le bureau d'études Certa (conseils, études, réalisations thermiques et administratives) et la régie publicitaire Norsogepress. 2 entités qui évoquent, dans leur fonctionnement, les fameux bureaux d'études Urba, "pompe à finances" du PS. Sa toute-puissance a bien été résumée par un ancien journaliste communiste : "Le PS avait un bureau d'études, le PC aussi. Si une école était construite dans une municipalité PS, il y avait 3% pour le PS. Idem pour le PC. Bien sûr, le bureau d'études jouait un rôle de conseiller pour l'équipement, mais, en définitive, c'était une pompe à finances. Cela marchait pour une école, mais cela allait aussi de la wassingue au désinfectant". Dans le journal de la Fédé, la Certa et la Norsogepress apparaissent en bonne place (curieusement, les 2 avaient la même adresse...). Blanchiment d'argent sale, dirait-on aujourd'hui ?  
On savait qu'il était puissant, on savait que ses campagnes électorales étaient financées par les grands groupes : les groupes de BTP ou la Générale de chauffe (on disait : "la générale de fauche"), mais à l'époque c'était légal (jusqu'en 1995). On parlait de son autoritarisme, mais peu l'affrontaient : M. Abdellatif démissionna du conseil municipal pour protester contre sa façon de diriger les affaires, B. Dubout, Daniel Dorfin (un fidèle parmi les fidèles) et PM Queste se décidaient dès 1994 à franchir le pas de la dissidence. 
Quand on parle de baron, cela allait jusqu'à l'adoubement en matière politique. Dès 1990, il me suggéra de m'installer à Essars, petite commune à proximité de Béthune, afin de prendre la mairie dont le maire, André Binot, n'avait pas l'intention de se représenter en 1995 (dès 1991 sa place fut vacante...).  
Jacques Mellick, je l'ai dit, régnait en maître dans certains quartiers où il était très populaire. Bien entendu, cette ferveur était liée au fait qu'il distribuait régulièrement des billets de banque aux habitants... Serge Dassault avait un précurseur ! Tout le monde était au courant de ce procédé, à tel point que Daniel Percheron, au temps où nous avions de bonnes relations, m'interpellait devant des interlocuteurs, par la même question : "De quel montant étaient les billets que distribuait Jacques à Béthune ? " (il s'agissait le plus souvent de billets de 100 francs). 
Il avait pouvoir de vie et de mort sur les associations. Ainsi, j'avais repris la présidence du Stade Béthunois, un des clubs fanions de football en Artois, suite au lâchage du club par son ancien président, Francis Finet, gros concessionnaire Renault, pour des raisons liées, semble-t-il, au "trou" de 500 000 francs (moitié du budget du club). Je connaissais bien mon prédécesseur, mais jamais il ne me donna les raisons de sa démission-surprise. Bien sûr, la proposition que l'on me fit de reprendre le club avait eu l'aval de J. Mellick : c'est en effet l'ancien secrétaire général de la mairie, Auguste Willemant, qui avait procédé à un audit à la demande du maire, et qui me proposa la reprise que j'acceptais avec beaucoup de plaisir : j'avais joué au club jusqu'en junior et mon père en avait été un dirigeant dans les années 50... Le staff en place était de qualité et j'y adjoignis 2 personnalités béthunoises éprises de football : Pierre Hollander, notaire et Léonce-Michel Déprez, fils du député-maire du Touquet (UDF) et ex-ministre. Le fait que j'avais fait venir le fils Déprez, ambitieux vice-président de la Chambre de commerce de Béthune (il en devint ensuite président), et qui avait des visées politiques (même parti que son père), n'était pas du goût de JM et il me le fit savoir... Est-ce pour cette raison que l'année suivante, alors que je demandais le renouvellement de la subvention, il ne me reçut pas, le secrétaire de mairie et sa directrice de cabinet, Valérie Trançon, étant chargés de me faire part de la mauvaise nouvelle, à savoir une subvention inférieure à ma demande ? Probablement et nos relations ne firent que se détériorer comme on le lira plus loin...

A suivre

43 commentaires:

  1. "Il avait pouvoir de vie et de mort sur les associations". Il n'était pas le seul. C'est pour cela qu'une association qui veut faire de la politique ne doit en aucun cas demander une subvention à la mairie.

    RépondreSupprimer
  2. Avez-vous quelque chose à dire au sujet de J.M. Alexandre ?
    Ca m'intéresse....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Méthode différente de celle de Melliick, puisque J M Alexandre est historiquement un doctrinaire et affilié au CERES de Chevènement. Il participera en complicité avec Percheron et Mellick à la prise en main de la nouvelle fédération du PS du Pas de Calais; il fera évincer les "caciques" de la vieille SFIO pour partager le nouveau pouvoir avec les nouveaux hommes forts qui ne feront que reprendre ce qu'ils disaient détester chez les anciens...
      S'agissant de Jean-Marie Alexandre, il appuiera son empire naissant sur deux structures: le Crédit Social des Fonctionnaires, ce qui lui donnera une crédibilité nationale et l'accès à tout le système bancaire ainsi qu'à tous leurs organismes sociaux syndicaux ou mutualistes. Sur le plan départemental, il saura accaparer une bonne partie des fonds destinés aux missions de solidarité solidarité sociale par le biais de la structure "la Vie Active" créée au début des années 70 pour laîciser une action conduite exclusivement par les "Papillons Blancs", le premier nom de "la vie active" était l'ALEFPJ... Le plus cocasse, c'est que la Vie Active a perdu dans les faits sa valeur revendiquée de laïcité en devenant une vraie chapelle où tous les dirigeants sans exception des nombreux établissements étaient membres -voire cadres- du Mouvement de M. Chevènement... Il s'en est suivi une représentation importante tant dans les élus du conseil général du Pas de calais que dans les communes, Conseil général intervenant essentiel dans les financements des opérations de solidarité, cqfd.

      Supprimer
    2. 13h19 : tout cela est exact. Je reviendrai sur JM Alexandre par la suite, en sachant que mon objectif est de parler de mes rapports avec ces personnes...
      Humour : Mellick vient d'entrer au MRC ! Ne manquerait plus que Perch et Kuch y adhèrent et sera reconstituer l'équipe des opposants à Guy Mollet !

      Supprimer
    3. Oh non Alain, tout n'est pas exact. Les erreurs sont nombreuses à commencer par la date de création de la Vie Active, non pas en 1970 mais 16 ans plus tard! Excusez du peu ! Antérieurement l'action aurait été exclusivement menée par les " Papillons Blancs" ? Entièrement faux! Que fait13h19 de l' EPDAH, de l'association des paralysés de France,des jeunes sourds, et je ne les cite pas toutes loin de là. Les cadres étaient tous ou presque tous au MDC ! Absolument faux et démontrable! Les directeurs adhérents du MDC pouvaient se compter sur les doigts des deux mains du temps où j'y étais! ( André Bonnier, André Bouchart, JC Napierala, Moi même. J'en oublie peut-être un ou deux mais pas plus ! ( sur plus de 60!). Accaparer des fonds des fonds de la sécurité sociale? Mais 13h19 sait-il que la plupart des structures fonctionnent au prix de journée ( comme les hôpitaux), alors évidemment la sécu finance ces prix de journée ! Le mot " accaparer est péjoratif, C'est le moins que l'on puisse dire ! Et enfin je dirai 2 mots sur ma petite personne. J'ai été nommé Directeur en 1980. JM Alexandre en devint Président en 86 .

      Supprimer
    4. Georges, sauf erreur de ma part, la Vie Active a bien succédé à l'Alefpj, en 1984, avec JMA comme 1er président.
      Beaucoup d'autres cadres de la VA sont au MRC, et pas n'importe lesquels : Sabine Van Heghe, Isabelle Péru, Bertrand Alexandre... Avec ceux que tu as cité cela représente un pourcentage important de l'encadrement de la VA. Ne nous voilons pas la face, JM Alexandre a "utilisé" son association... En toute légalité ? Probablement... Avec sincérité ? Oui. Il est probable également qu'il ait su utiliser d'autres structures que cite 13h19 (que tu as certainement reconnu grâce à son style inimitable). Et si cette même personne parle de financement, c'est parce qu'elle possède des infos que tu ne connais pas (tu n'étais qu'un simple salarié !).

      Supprimer
    5. Alain, ceux que tu cites n'étaient pas cadres quand j'ai quitté la Vie Active ( Sauf peut-être Isabelle) Quant à ceux que j'ai cités,ils ont tous quitté la Vie Active. Alain, je te le certifie, cette obligation obligation d’allégeance est une légende. Mais quand notre ami dit cela: "c'est que la Vie Active a perdu dans les faits sa valeur revendiquée de laïcité en devenant une vraie chapelle où tous les dirigeants sans exception des nombreux établissements étaient membres -voire cadres- du Mouvement de M. Chevènement." il est à mille lieues de la vérité. Quant au premier successeur de Pierre Talleux ( ALEFPJ) ce fut non pas JMA mais Christian Ulysse que tu connais sans doute très bien. Quant à 13h19, son style est effectivement inimitable et j'ai beaucoup de respect d'estime et d'amitié pour sa personne.

      Supprimer
    6. A Alain 15h57 toi comme moi avons reconnu un ami que nous estimons. Mais je voudrais revenir sur ta dernière phrase. je la cite: "Et si cette même personne parle de financement, c'est parce qu'elle possède des infos que tu ne connais pas (tu n'étais qu'un simple salarié !)." Tu vois, Alain c'est cela qui me gène, car tu imagines bien que les bruits qui ont couru ou qui courent encore ne m'ont pas échappé. Et au risque de te paraître pour un grand naïf, je me dis que lorsque l'on est en possession d'infos ( avec preuves) c'est un devoir de les transmettre à qui de droit. Je te dis cela d'autant plus volontiers, que toi et moi l'avons fait plusieurs fois.

      Supprimer
    7. Je viens d'envoyer un commentaire et je crains qu'une nouvelle fois il soit signé GD. Je m'en excuse.

      Supprimer
    8. Faut consulter, ou alors, vous êtes GD et essayez de vous faire passer pour GB. D'autres diront que c'est du pareil au même politiquement.

      Supprimer
    9. oui 16h06 je vais suivre tes précieux conseils

      Supprimer
    10. 16h06, aère toi, il fait beau

      Supprimer
  3. oui 10h46 et encore moins se faire loger

    RépondreSupprimer
  4. la ldh a été subventionnée et logée par dalonge, logée gratoss et elle joue les victimes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde sait que la LDH d'Hénin Beaumont ou plus exactement ses animateurs disposent d'une vision de la défense des droits de l'homme à géométrie variable: gands donneurs de leçons pour ce qui se passe en dehors de nos frontières, ils ne connaissent en interne que les exactions du Front National... ils ont feint ignorer toutes les saloperies dont nombre de citoyens du bassin minier ont eu à subir pendant tant d'années par nos hoberaux locaux usant et abusant de leur pouvoir dominant.

      Supprimer
    2. Oui 13h36 les responsables ldh henin ont fermé les yeux sur les exactions de dalongeville pendant huit ans pire ils ont fait sa campagne en 2008.

      Supprimer
  5. Encore une fois, $arkozy donne des leçons!
    Depuis janvier 2015, 1500 postes supplémentaires dans les forces de l'ordre, et une enveloppe de 230 millions d'€ ont été débloqué!
    Et le bilan de ce donneur de leçon, c'est quoi, 12 000 suppression de postes entre 2007 et 2012! Pour payer les cadeaux fiscaux aux plus riches des français...

    RépondreSupprimer
  6. 12h06 la ldh quand elle critique le fn elle est sans son role, mais elle ne peut demander à une mairie fn de la loger et de lui donner de l'argent; c'est completement surrealiste. mellick aurait-il subventionné une assoc le critiquant dans des tracts ou jm alexandre ou facon ou corbisez?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous mettez justement le doigt sur un des aspects caractéristiques que l'on ne cesse de dénoncer depuis des années: les méthodes alors utilisées par ceux qui se prétendent socialistes ou communistes ou encore MRC ressemblaient à s'y méprendre à celles revendiquées par l'extrême droite: exclusion ,intolérance, fraude,stigmatisation et racisme à peine voilé.... Mais cela n'était à l'époque dénoncé que par ceux qui subissaient ces exactions sans qu'aucune structure politique, associative, syndicale ou mutuelle n'intervienne... Alors, le terrain a bien été préparé, labouré, hersé, semé pour que l'extrême droite assure la récolte, non ?

      Supprimer
    2. De toute les façons, le problème ce n'est pas le pouvoir, mais ceux qui gravitent autour. Les traitres et autres serpents qui balancent leurs petits camarades pour être assis à la droite de "Dieu", parfois jusqu'à la dernière minute. Sans oublier les associés du "Diable", ces fidèles portes-flingue zélés qui dézinguent la moindre initiative. Bref, 40 ans de socialisme en NPdC.

      Supprimer
    3. Bref quinze mois d'extrême droite à HBT. Avec eux, c'est de l'accéléré!

      Supprimer
    4. 16:06 est de celles qui n'ont plus leurs privilèges depuis 2014.

      Supprimer
    5. à qui tu parles?

      Supprimer
    6. J'ai du poil au menton, je m'appelle Léon ma chérie de 19H16.

      Supprimer
  7. 13H19 parle de ce qu'il ne connait pas. Dans quel but?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le but de comprendre ce qu'il s'est passé depuis les années 70 et notamment le dessein de ceux qui -sous couvert de don de leur personne- ont occupé tous les pouvoirs dans le Pas de Calais. Ils ont eu accès à tous les financements publics et ont fait en sorte que leurs oeuvres en bénéficient exclusivement.
      On évoquera aussi le mouvement HLM, si vous le voulez bien...
      C'est l'occasion de faire l'inventaire: ce qui a été bénéfique et ce qui ne l'a pas été... Enfin, pour quelles raisons en sommes nous là aujourd'hui, dans une région qui apporta tant de richesse et qui est aujourd'hui la plus pauvre de France avec un front national qui s'est largement implanté. Avouez qu'il y a de quoi s'interroger quand un parti unique a occupé tous les pouvoirs de cette région depuis 1946. Qu'en pensez vous ?

      Supprimer
    2. 17h43 C'est une terrible question qui est posée là... Vous avez raison, il faudrait peser ce qui a été fait : les points négatifs et positifs. Quelles furent les contraintes extérieures ? D'autres auraient-ils fait mieux ? Les premiers à devoir se poser les questions ne devraient-ils pas être ceux qui sont concernés ?

      Supprimer
    3. Certes, Alain. Nous sommes bien d'accord, mais pourraient-ils le faire et en seraient-ils capables enfermés qu'ils sont dans leur vérité ?

      Supprimer
  8. 13h19,13h36,14h22, bien que nous ne soyons pas d'accord sur la Vie Active, je te transmets mes amitiés. J'ai reconnu ton style.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas eu connaissance de ce commentaire quand j'ai écrit le mien à 15h57...

      Supprimer
    2. Avec toutes mes amitiés, Georges !

      Supprimer
    3. M; GB, vos rapports avec J.M. Alexandre ont-elles été toujours été au beau fixe ? N'avez-vous pas été gentiment "poussé dehors" pour des raisons politiques ? N'était-ce pas l'époque où JMA avait retourné sa veste pour fricoter avec Dallongeville ?

      Supprimer
    4. A 11h26, je me suis mis moi même dans la minorité en votant contre le pôle républicain et ses alliances contre nature ( proches de Pasqua et De Villers) Quant à Hénin Beaumont je fus battu par un proche de GD, Richard Gonzales.

      Supprimer
  9. Le pen, le borgne, appelle les militants fn à ne pas participer au vote interne et continue à parler sous lui. On connaissait la guerre des Atrides, voici celle des Putrides...

    C'est fou cette faculté du fn à jouer les coucous des idées et des concepts des autres ( nationalement et localement). Et encore plus fou cette faculté des journalistes à ne pas le leur faire remarquer....
    Pour le FN, la Grèce sera le «premier domino»
    Pour Bernard Monot, "stratège économique" du Front national, la crise grecque révèle surtout l'inanité des plans de soutien qui conduiront, tôt ou tard selon lui, à une « chypriotisation » des comptes bancaires des citoyens.
    lefigaro.fr|Par Emmanuel Galiero

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, ça nous manquait ta rengaine.

      Supprimer
    2. La tienne sur les barons socialistes, pas du tout!

      Supprimer
    3. Bah, tu conviens des barons socialistes, c'est déjà ça. En progression.

      Supprimer
    4. Bah, il faut que tu conviennes des seigneurs d'extrême droite et tu progresseras...

      Supprimer
  10. Y a des seigneurs et des saigneurs partout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au fn, ils sont les deux.

      Supprimer