mercredi 14 mai 2014

Pourquoi il faut aller voter !

Raoul-Marc Jennar est un essayiste belge, spécialiste de politique internationale notamment en ce qui concerne l'Europe mais aussi le Cambodge. Il est docteur en science politique2, diplômé des universités belge et française. Militant politique, il est membre du Parti de gauche.
 http://www.jennar.fr

L'article est pertinent. J'ai supprimé les passages partisans (sur le parti de gauche)
11 mai 2014
Il en est qui font campagne pour l’abstention lors du scrutin européen du 25 mai. Examinons leurs raisons.
Certains disent : « pourquoi voter pour un Parlement européen (P.E.) qui n’a aucun pouvoir ?»  Ce n’est pas exact ; ils devraient s’informer et lire les traités actuellement en vigueur. Ils devraient lire cet excellent petit livre « Le Parlement européen, pour faire quoi ? » dont les auteurs qui ne peuvent être qualifiés d’européistes (B. Cassen, H.Michel, L. Weber). On n’argumente pas en travestissant la réalité. Reprenons leurs principales critiques :

- le P.E. n’a pas le pouvoir de proposer. C’est vrai. Mais qu’en est-il de ce pouvoir dans les parlements nationaux ? Quelle est la part réelle de l’initiative parlementaire dans le travail législatif national ? Dérisoire. Depuis le début de l’actuelle législature (depuis le 20 juin 2012), 125 des 157 lois adoptés étaient d’origine gouvernementale, soit près de 80% des textes votés.

- le P.E . n’est que co-législateur puisque tous les textes législatifs qu’il adopte doivent avoir l’agrément du Conseil des Ministres et de la Commission. C’est vrai. Mais encore une fois qu’en est-il au Parlement français ? Les textes adoptés ne doivent-ils pas, dans les faits, avoir l’accord du gouvernement ?
Par contre, ce qu’on passe trop souvent sous silence, c’est que le Parlement européen dispose du pouvoir de rejeter les textes proposés. Mais la majorité droite-pseudo gauche de ce Parlement préfère les approuver. Il est extrêmement rare qu’un texte législatif soit rejeté: au cours des trois dernières législatures (en quinze ans donc), seule la directive sur la libéralisation des services portuaires a été rejetée suite à l’intense mobilisation des dockers. Dans tous les autres cas, la majorité droite-PS a accepté les textes proposés.
Il ne fait aucun doute qu’au regard de l’idéal démocratique qui demeure à appliquer en France, le PE pourrait disposer de pouvoirs plus larges. Mais nous savons que ce sont les gouvernements des Etats qui limitent ces pouvoirs. C’est d’abord aux gouvernements successifs de la France qu’il faut s’en prendre si on veut changer d’Europe.

- Ils affirment que « ce PE soutient les politiques néo-libérales proposées par la Commission européenne et adoptées par les 28 gouvernements réunis en Conseil des Ministres. » C’est vrai. Et cela prouve que le PE a du pouvoir. Puisqu’il pourrait ne pas les soutenir. Mais à qui la faute si les choix sont de droite ? Pas à l’institution qu’est le PE ! Mais bien aux partis politiques de droite et de la pseudo-gauche qui votent ensemble l’écrasante majorité des textes. Comme l’écrivent très justement les auteurs de cet excellent petit livre intitulé « Le Parlement européen, pour faire quoi ? » c’est à l’alliance des chrétiens-démocrates et des sociaux-démocrates qu’il faut attribuer le caractère néo-libéral des textes adoptés. Et les auteurs de conclure « si le Parlement veut, il peut ». Cette orientation dépend donc avant tout du vote des électeurs.

- Enfin, ils proclament « il faut s’abstenir pour manifester notre rejet de cette Union européenne qui nie la démocratie et la justice sociale parce qu’elle nie la souveraineté des peuples ». Je suis d’accord sur le constat, mais je ne considère pas que ce soit la bonne méthode pour changer d’Europe, ni même pour changer l’UE. En effet, lors du précédent scrutin européen, en 2009, il y a eu, votes blancs et nuls compris, 62, 12% d’abstentions en France. En quoi cela a-t-il changé les choix politiques de l’UMP puis du PS ? En quoi cela a-t-il empêché la majorité PS – EELV de ratifier tel quel le pacte budgétaire Merkel-Sarkozy ? En quoi cela a-t-il modifié les orientations de l’UE ? Quelle révolution cela aurait été si seulement la moitié de ces abstentionnistes en 2009 avait soutenu l’une ou l’autre des listes de la gauche de gauche !

- Quant à affirmer qu’en délégitimant le Parlement européen par un boycott massif de l’élection « les décisions européennes n’auront plus aucune portée en France », c’est oublier que les décisions européennes sont pour l’essentiel prises avec l’accord des 28 États, c’est-à-dire des 28 gouvernements et que ce sont donc aussi des décisions qui engagent le gouvernement français et qui s’appliquent en France.
De plus, cette année, alors que se négocie le grand marché transatlantique (GMT), nous allons élire les députés européens qui auront à le ratifier, si la négociation aboutit. Puisque, désormais, le Parlement européen a le pouvoir d’adopter ou de rejeter de tels traités. Il a usé de ce nouveau pouvoir le 4 juillet 2012 en refusant l’ACTA, un traité au contenu liberticide négocié par l’UE dans le plus grand secret. Affirmer, comme les partisans du boycott le prétendent que « le résultat du scrutin n’aura aucun impact » sur l’avenir du GMT, c’est tout simplement se faire les complices des partisans du GMT.
Il nous est donc possible de choisir des candidats qui sont radicalement et sincèrement opposés à ce projet funeste pour les peuples d’Europe. Et de faire de cette élection un référendum pour ou contre le GMT.
Je veux ajouter ceci. A côté de ceux qui s’abstiennent, il y a ceux qui ne s’abstiennent pas : les électeurs du FN. Et ce parti, on l’a vu aux récentes municipales, profite des abstentions pour gagner plus de sièges qu’il en obtiendrait s’il y avait moins d’abstentions. S’abstenir aux européennes, cela équivaudra à donner plus encore de députés européens au FN. Et ce choix discréditera la France et n’aura aucune influence sur la nécessité de faire rupture avec les orientations politiques de l’UE et les institutions qui les portent. Parce que ce sera un choix d’extrême-droite.

S’abstenir est une grave erreur. Une faute politique majeure. Il faut au contraire se mobiliser massivement pour ceux qui ont combattu le traité constitutionnel européen en 2005 au nom des valeurs de gauche et qui sont restés fidèles à ce choix, pour ceux qui au Parlement européen n’ont jamais mêlé leurs voix à la sainte alliance de la droite et des sociaux-démocrates, pour ceux qui rejettent le capitalisme rose comme le capitalisme vert.

37 commentaires:

  1. "Passer notre haine à la machine, laisser tourner, pour voir si les couleurs d'origine peuvent revenir..."

    "LE SCAN - Jacques Gérard, conseiller municipal FN s'en est pris verbalement à un autre élu, délégué à la Jeunesse de la commune de Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne) lors des cérémonies du 8 mai. Il aurait démissionné de son mandat.

    «Il n'a pas le droit de porter l'écharpe! Il n'a pas fait la guerre!» La cérémonie du 8 mai a eu un goût amère dans la commune de Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne). Le conseiller municipal FN Jacques Gérard s'est attaqué verbalement à Madani Khaloua, conseiller municipal de la majorité de gauche, délégué à la Jeunesse.

    Le Lab d'Europe 1, qui cite Le Pays Briard , rapporte que les propos ont provoqué l'indignation de l'assistance. Mais l'élu frontiste a poursuivi son outrage: «Des comme toi, j'en ai tué plein pendant la guerre!», a-t-il lancé.

    Le maire de cette commune de 8.000 habitrants s'est alors interposé pour demander au conseiller municipal de se taire ou de quitter la cérémonie. Monsieur Khaloua a porté plainte "

    N'envoyons pas les '' mononEUROnistes" à Bruxelles. Ils y sont déjà et ne font rien. En nombre, ce serait une catastrophe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tuer un ennemi pendant la guerre,où est l'outrage ? il y a des gens qui ont reçu des médailles pour de tels faits.

      Supprimer
    2. Ah, parce qu'on est encore en guerre? Ah parce que ce conseiller est un ennemi?

      Supprimer
    3. Très chère Mary,
      Vous avez de la chance d'avoir le temps de scruter les aléas de la politique comme vous le faites.

      Supprimer
    4. Dans le fait que le monsier visé verbalement n'est pas un combattant sur un champs de bataille.

      Tom Jericho.

      Supprimer
    5. Très cher 14H39,
      Vous aussi semble t-il ! Le temps? Je le prends... Je ne regarde jamais la télévision par exemple. Si vous saviez le temps que cela libère. Essayez.
      Le maitre mot, peut être l'efficacité dans mon travail.
      Une solution: mes amis sur Facebook qui trient aussi les infos utiles et intéressantes ( ex: le réseau anti rumeurs FN)... je n'ai donc pas à faire ce travail de recherche.
      Mes lectures aussi... partout, dans le bus qui me conduit au travail, dans le train également.
      Voilà, mon scrutateur préféré... je ne répondrai même pas à vos sous entendus.
      Bonne après- midi!

      Supprimer
    6. Le moindre événement guignolesque est prétexte à une tribune anti -fn .
      Bientôt les européennes est les bobos se réveillent!
      en effet ou est l' outrage il à peut être été décoré pour cela?

      Supprimer
    7. Il ne s'agit pas d'outrage, mais de racisme, c'est-à-dire d'un délit punissable par la loi.
      Vous savez ce que le mot "racisme" signifie ? Et vous trouvez cela "guignolesque" ? Je croyais que votre présidente vous avez dit de faire attention à vos propos...Chassez le naturel...

      Supprimer
    8. Ben oui quoi, l'anti racisme c'est un truc de bobo...C'est nouveau ça. C'est les Dupont Lajoie qui ont raison maintenant! Ben non, le racisme est un délit. Punissable et tant mieux. Pitoyable Dupont Lajoie...

      Supprimer
    9. Mary, faire faire le travail par les autres ? Ben, pas étonné du niveau limité alors. A moins qu'ils contribuent à ne pas trop le limiter.

      Supprimer
    10. On est en droit de se demander qui est limité, n'est-ce pas 18H36 ?

      Supprimer
    11. Je n'ai pas compris ce que vous vouliez dire 18H36. Essayer de vous exprimer dans un français compréhensible. Mes amis auraient un niveau limité? Mes amis m'enrichissent de leurs connaissances, sans aucun doute et j'en suis heureuse!.J'apprends tous les jours Est ce que, malgré une syntaxe approximative, c'est ce que je peux comprendre dans la dernière phrase?
      Merci beaucoup.

      Supprimer
  2. Et pendant ce temps là
    La la la
    On joue à la pétanque
    Et pendant ce temps là
    La la la
    A l’abri des calanques
    On se fait des bisous dans le cou
    On se fait des câlins
    On est bien
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/05/13/01016-20140513ARTFIG00242-taubira-nomme-ses-proches-a-la-tete-de-grands-tribunaux.php?pagination=4

    Et jamais on verra un lapin
    Devenir un canard
    Comme jamais on verra un coffre-fort
    Suivre un corbillard

    RépondreSupprimer
  3. Et pendant ce temps là
    la la la

    Fuck france and fuck deschamps! What a shit manager!
    France, nation of racists dixit Anara Atanes la compagne de Samir Nasri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais bon elle est pas FN non ?

      Supprimer
  4. Premier marché ce mercredi aprés-midi sur le parking du collège Jean-Macé !
    Info ou intox ????

    RépondreSupprimer
  5. faux l abstention ne favorise pas le fn regardez le journal métro qui démontre le contraire

    RépondreSupprimer
  6. Ne vous inquiétez pas Mr alpern nous sommes mobilisés pour les européennes ,moi et toute ma famille voteront FN . Merci pour vos conseils!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 13h17 " ma famille et moi " , je dis ça , je dis rien mais c"est à ce niveau culturel que je défini la capacité de démocratie et l'esprit intellectuel !

      Supprimer
    2. moi aussi cela me conforte le ps loin derrière avec 15 sourcent je pense que le gouvernement va valser le fn gagnant le peuple gagnant vive le populisme

      Supprimer
    3. Je rappelle que ce sont des élections européennes et pas françaises. Mais envoyer au Parlement européen des députés FN qui n'y travaillent pas, cela ne sert à rien et ce n'est pas ainsi que l'on pourra changer l'Europe...

      Supprimer
    4. 13H56 : 13H17 et sa famille sont conscients de l'inutilité de voter FN. Ils ont dû en discuter en famille... Voilà ce que j'appelle un bon esprit familial...

      Supprimer
  7. Ne vous inquiétez pas Mr Alpern, nous sommes mobilisés pour les européennes ,moi et toute ma famille ne voteront pas FN . Merci de nous éclairer par vos conseils!

    RépondreSupprimer
  8. NE VOUS INQUI2TEZ PS MR ALPERN IL ON BIEN ACHETER LES INSIGNES DU GRAND RACHE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rèche, pour se râper le cerveau, l'aplatir encore plus.

      Supprimer
  9. n" importe quoi le grand rache tu piccoles ou tu te drogues attention à la marche???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rèche millénaire. Tu râpe les cerveaux, et ils repoussent que dans mille ans.

      Supprimer
  10. Tartuffe qui ponte du doigt ceux qui vont s'abstenir car ça va faire le jeu du FN. Le même qui se vantait de voter blanc aux municipales.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons 20H06, vous ne comprenez pas la différence entre le vote blanc et l'abstention ? Alors je vous explique avec des mots plus à votre portée sans doute :
      S'abstenir, c'est ne pas se rendre au bureau de vote.
      Voter blanc, c'est se présenter au bureau de vote et ne pas choisir entre les candidats, mais voter.
      Si vous ne comprenez toujours pas, dommage pour vous car je ne peux faire plus simple et ne peux plus rien pour vous...
      Je devrais également vous expliquer le sens de "se vanter" mais j'ai bien peur que si vous ne comprenez pas ce qui précède, vous ne soyez à même de saisir l'explication.

      Supprimer
    2. Je comprends très bien la différence entre vote blanc et nul. Mais je comprends aussi fort bien la différence entre mauvaise et bonne foi. Comme je comprends aussi la ressemblance entre celui qui se vante et fait du vent.

      Supprimer
    3. Pour que votre commentaire soit compréhensible, vous auriez dû écrire ceci :
      "Je comprends très bien la différence entre vote blanc et VOTE nul. Mais je comprends aussi fort bien la différence entre mauvaise et bonne foi. Comme je comprends aussi la ressemblance entre celui qui se vante et CELUI QUI fait du vent."
      Au fait, si vous voulez parler d'HB, je ne connais personne qui se soit vanté de voter "blanc". Tout au plus ai-je connaissance de gens qui, tout comme moi, ont déclaré qu'ils votaient "blanc" (ils se reconnaitront parmi mes amis), comme d'autres ont déclaré voter FN ou Binaisse ou Legrand, mais sans s'en vanter, ni les uns, ni les autres, même s'ils avaient, croyaient-ils, de bonnes raisons, de choisir un vote plutôt qu'un autre. C'est d'ailleurs de la pure démocratie...

      Supprimer
  11. Entre ceux qui ne travaillent pas et le reste qui travaillent mal, le choix est tres difficile

    RépondreSupprimer
  12. ne vote pas pour c" est gaucho

    RépondreSupprimer
  13. La seule attitude permettant de préserver l’avenir, pour les élections européennes, c’est l’abstention. Ceci au moins pour trois raisons :
    1) La référence des philosophes des Lumières, dont Jean-Jacques Rousseau : Dans le « Contrat social », Rousseau a parfaitement démontré que la soi-disante « démocratie représentative » est le contraire de la démocratie : esclave avant le vote, l’électeur est « libre » au moment du vote, puis il retombe en esclavage au profit de l’élu. « Libre » dans le sens de choix entre plusieurs « écuries » qui lui sont imposées. En France, aujourd’hui, il s’agit de choisir entre trois fractions représentant le système : le néo-libéralisme, le social-libéralisme, et la frange barbare, agressive et raciste.
    Bien sûr, les médias notamment, nous font croire que c’est le seul système possible : mais d’autres systèmes peuvent être envisagés (tirage au sort, permettant aux classes pauvres d’être enfin représentées, mandat impératif, etc.). Il est important de penser par soi-même !
    Lorsque l’électeur s’est exprimé, il est prisonnier de son choix, pour une durée déterminée, jusqu’au prochain suffrage. Cela permet souvent d’être élu sur un programme démagogique, que l’on ne réalise jamais.

    RépondreSupprimer
  14. 2) La base de la démocratie, c’est de « représenter » au moins 50 % du corps électoral (volonté générale), avec le principe « un homme/une femme, une voix ». Selon cette base élémentaire, la France est-elle une démocratie ? Prenons deux exemples : les élections municipales à Hénin-Beaumont en 2014. Le nombre d’inscrit est de 19 048. La majorité de 50 % plus une voix est de 9525 Le nombre des votants est de 12 304. Le Front National dirige la commune pour six années avec 6006 voix. Cela signifie donc que la ville est dirigée par 32 % des électeurs inscrits. Par delà les textes législatifs et réglementaires, les délibérations du conseil municipal sont légitimes, d’un point de vue démocratique (notamment celles relatives au budget et aux impôts), que si elles sont adoptées par les élus du Front National et une partie des autres élus afin de représenter au moins 9525 électeurs. Cela demande un travail de recherche de consensus.
    « Un homme, une voix » ? A Hénin-Beaumont, 6006 électeurs et 28 élus Front National, soit un élu représente 215 électeurs. 3829 électeurs et 5 élus de l’Union de la Gauche, soit un élu représente 766 électeurs. Dalongeville représente 1167 électeurs à lui tout seul. Soit, un électeur Front National dispose de 5.4 voix. Un électeur de l’Union de la gauche « pèse » 1.7 voix. Le principe « un homme, une voix » n’est valable que pour Dalongeville. Ou encore, par rapport à la majorité de 9 525, un électeur du Front National représente deux fois un électeur de l’Union de la Gauche, et un électeur du Front National représente sept fois un électeur de Dalongeville.
    Autre exemple : les élections européennes du 25 mai 2014. Si le corps électoral français représente 46 millions d’inscrits, et si l’on accepte un taux de votants total de 35 %, 24 % de ces votants se reportant sur les listes du Front National, en fin de compte, au parlement européen, le Front National représente moins de 4 millions d’électeurs, et moins de 9 % des électeurs inscrits. Quelle légitimité a un tel parlement ? Ses décisions ne pourront-elles pas être annulées ipso facto, par le peuple souverain ? Les « élus » qui acceptent de légiférer dans de telles conditions, ne devraient-ils pas être sanctionnés au regard des principes démocratiques ? Ce raisonnement peut être tenu pour toutes les élections du système UMPS-FN : présidentielles, législatives, cantonales, municipales,…Ainsi, seules les lois adoptées par 542 députés du parlement français ont une légitimité démocratique, car votées par des « élus » qui représentent effectivement plus de 50 % des français. Le système électoral français est antidémocratique et pourri, au point qu’aucun conseil d’administration d’entreprise, aucune société de propriétaires et même aucune association n’accepteraient de l’adopter. Vous pouvez contrôler ces principes avec toutes les municipalités, et dans le cadre de toutes les élections. Par exemple, quelle est la légitimité de François Hollande, qui a obtenu 22 % des inscrits au premier tour des élections présidentielles, et 39 % des inscrits au second tour, en 2012 ? A-t-il plus de légitimité que « Miss France » ou que la personnalité préférée des Français ? Et quelle légitimité aujourd’hui, après avoir appliqué pendant deux années un programme néo-libéral opposé à ses promesses électorales ? Le fait de confier une mission parlementaire à Pierre Moscovici, afin de conserver pour les députés socialistes une majorité tenue, qui risque d’être mise en cause par une élection partielle, n’est-ce pas une façon cavalière, mais bien démonstrative de montrer le peu de cas que l’on fait des principes démocratiques, et de s’asseoir sur la volonté générale du peuple ?

    RépondreSupprimer
  15. 3) Seule l’abstention massive aux élections municipales a fait réagir les élites, mais insuffisamment : il est important de réitérer ce signal de l’abstention, aux élections européennes, afin que leurs réactions soient à la hauteur des attentes de la majorité du peuple. . Les divers conseils d’élus n’ont aucune légitimité démocratique et l’étape suivante est : soit une réforme du système, pour aller vers la démocratie réelle (représenter 50 % des électeurs, « un homme, une voix », possibilité de « démissionner » un élu en cours de mandat, s’il n’applique pas son programme, etc. Voir ce qu’a appliqué la Commune de 1871), soit le peuple reprendra, comme en 1792, la souveraineté, dont il est le seul détenteur.
    Bien évidemment, les « votards » (Mélenchon, …), et autres profiteurs, vont affirmer que le système actuel est le seul système possible (pour avoir une majorité,…), tout comme les économistes vendus déclarent qu’il n’est pas possible de sortir de la mondialisation, du néo-libéralisme, etc. Si l’on approfondit la fiction : « Celui qui a une majorité, même [très] relative des voix, remporte la majorité des sièges », on constate qu’il s’agit là d’un présupposé propre aux républiques bananières. Cela permet de maintenir le système UMPS-FN. La seule manière de lutter contre le fascisme est de lutter aussi, dans toutes les élections, à tous les niveaux, pour une réelle démocratie, en fidélité avec les principes de Rousseau et des Lumières.

    RépondreSupprimer
  16. Quelques citations de Jean-Jacques Rousseau:
    Du contrat social :
    • Pages 122-123 : « La souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu’elle ne peut être aliénée ; elle consiste essentiellement dans la volonté générale, et la volonté ne se représente point : elle est la même, ou elle est autre ; il n’y a point de milieu. Les députés du peuple ne sont donc ni ne peuvent être ses représentants, ils ne sont que ses commissionnaires ; ils ne peuvent rien conclure définitivement. Toute loi que le peuple en personne n’a pas ratifiée est nulle ; ce n’est point une loi. Le peuple anglais pense être libre ; il se trompe fort, il ne l’est que durant l’élection des membres du parlement ; sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde. »
    • Page 124 : « Quoi qu’il en soit, à l’instant qu’un peuple se donne des représentants, il n’est plus libre ; il n’est plus. »

    RépondreSupprimer