jeudi 8 mai 2014

Presse, Politiques, rémunérations...

 

Libération

Isabelle HANNE

En désaccord avec la direction du journal, sept rédacteurs en chef viennent de quitter leurs fonctions.

Dans les couloirs feutrés du Monde, boulevard Blanqui à Paris, on n’en revient pas: selon nos informations, sept rédacteurs en chef sur onze viennent de donner leur démission à la directrice, Natalie Nougayrède.
«Depuis plusieurs mois, nous avons envoyé de nombreux messages d’alerte pour signaler des dysfonctionnements majeurs, ainsi qu’une absence de confiance et de communication avec la direction de la rédaction nous empêchant de remplir nos rôles à la rédaction en chef, écrivent les sept démissionnaires, dont Cécile Prieur, François Bougon, et Nabil Wakim, dans un mail adressé à Natalie Nougayrède et à Louis Dreyfus, président du directoire. Nous avons tenté d’y apporter des solutions, sans succès. Nous faisons aujourd’hui le constat que nous ne sommes plus en mesure d’assurer les tâches qui nous ont été confiées, et c’est pourquoi nous démissionnons de nos postes respectifs.»

AA : La fin du Monde ? Je ne pense pas et l'affaire devrait se régler rapidement. Des crises se sont déjà produites au Monde, dans le passé. Mais je ne suis pas sûr que la directrice n'en fasse pas les frais d'ici quelque temps...


Mélenchon appelle ses militants à "surveiller" les journalistes du Monde et de Libé

Par , publié le

Jean-Luc Mélenchon affirme, sur la foi d'un des candidats Front de gauche aux européennes, qu'un journaliste du Monde s'est fait passer pour un reporter de Libération. Et invite ses troupes "à filmer les journalistes" de ces quotidiens. 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/melenchon-appelle-ses-militants-a-surveiller-les-journalistes-du-monde-et-de-libe_1535827.html#dPzM7ipVyMl7FGsW.99
Jean-Luc Mélenchon affirme, sur la foi d'un des candidats Front de gauche aux européennes, qu'un journaliste du Monde s'est fait passer pour un reporter de Libération. Et invite ses troupes "à filmer les journalistes" de ces quotidiens.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/melenchon-appelle-ses-militants-a-surveiller-les-journalistes-du-monde-et-de-libe_1535827.html#dPzM7ipVyMl7FGsW.99
 Francetv info 06/05/2014

"Je suis une députée fidèle à mes convictions." Un mois après son départ du gouvernement, l'ancienne ministre écologiste, Cécile Duflot, a fait son entrée à l'Assemblée, mardi 6 mai, et était l'invitée du journal de 20 heures de France 2. L'occasion pour elle de justifier une nouvelle fois son choix de ne pas faire partie du gouvernement de Manuel Valls. Si elle a quitté le gouvernement, c'est parce qu'elle a décidé de "ne pas accepter que la leçon politique que nous devions tirer du résultat des municipales soit celle de s'en-têter dans des propositions politiques qui n'ont pas trouvé un accord des Français".
Cécile Duflot a également précisé qu'elle aurait voté contre le plan d'économies du nouveau Premier ministre, Manuel Valls. Pour elle, les orientations prises par François Hollande et par le gouvernement "ne servent pas à créer de l'emploi". Et l'ex-ministre du Logement de dénoncer le contenu du pacte de responsabilité en faveur des entreprises : "Nous avons un devoir d'investissement et de créer davantage d'emplois en remplissant les carnets de commandes, plutôt qu'en faisant des chèques à des entreprises. (...) Je pense qu'on peut faire autrement."

AA : C. Duflot a appliqué la jurisprudence Chevènement : quand on est ministre et que l'on n'est pas d'accord, on la ferme ou on démissionne (en l'occurrence, C. Duflot a refusé d'entrer au nouveau gouvernement, mais cela revient au même).
Avez-vous remarqué que l'on abandonne de plus en plus le sigle "EELV" et que l'on en revient au nom "Les Verts" ? Faut dire que depuis que Dany Cohn-Bendit a pris quelques distances avec le parti...

@rrêt sur images 6/5/2014
 
Djihad, voile, polygamie, délinquance et "quartiers sensibles". Ce mardi 6 mai, une auditrice de Jean-Jacques Bourdin a interpellé François Hollande, invité de la matinale de BFM, sur la radicalisation des banlieues. Une question directe, posée par une certaine Rachida Benhamed, présentée à l'antenne comme une "employée de bureau" habitant Meaux. Et où se trouve son bureau ? Pas très loin de celui de Jean-François Copé, le maire de la ville. C'est ce que Lemonde.fr a relevé. Benhamed est en fait une sympathisante UMP, élue récemment sur la liste du maire de Meaux. Joint par @si, Bourdin assure que son équipe ne le savait pas. Ce que nous a confirmé Benhamed.

AA : A qui peut-on faire confiance ? Qui nous dit qu'une des personnes ayant interpelé le président n'est pas M. Le Pen ou F. Bayrou, l'un et l'autre déguisés et masquant leur voix ?


BFMTV 6/5/2014 
 
Pierre Gattaz tente de mettre les points sur les "i". Ce mardi 6 mai Le Canard enchaîné rapporte que le patron des patrons, qui dirige l'entreprise de composants électroniques Radiall, a perçu pour ce faire une rémunération en hausse de 29% en 2013.
Une information qui a provoqué l'ire du président de la République, François Hollande qui, sur BFMTV-RMC ce même jour, a appelé Pierre Gattaz à la responsabilité. "On ne peut pas demander la baisse du Smic et en même temps considérer qu'il n'y a pas de salaire maximum", a lancé le chef de l'Etat, faisant référence à la modération salariale prôné par le président du Medef ainsi qu'à ses positions sur le salaire minimum pour les jeunes.
Ce même mardi, Pierre Gattaz a donc réagi sur son blog, hébergé sur la plateforme Tumblr. "A peine un journal satirique publie-t-il une information incomplète et biaisée, que voilà la classe politique qui s’en saisit, souvent à contresens", déplore-t-il dans un billet.
Il rappelle tout d'abord que Radiall se porte bien. Puis il évoque plus directement sa rémunération. "Mon salaire a été augmenté de plus de 3% au 1er janvier 2013 et a atteint donc 318.000 euros en 2013".
Il ajoute percevoir "un bonus indexé sur la croissance du résultat opérationnel courant" qui atteint, dans son cas, 102.000 euros en 2013, "contre 14.000 euros en 2012, 58.400 en 2011, et 0 euro sur les trois années 2008, 2009, 2010, soit une moyenne de 30.000 euros par an sur six ans", développe-t-il. Au total, il arrive ainsi à un chiffre de 420.000 euros pour 2013.
Il s'explique ensuite sur la politique de modération salariale qu'il a vanté le 29 avril. "J’avais précisé qu’elle devait se comprendre en fonction de la situation de l’entreprise", affirme-t-il. Or, son entreprise Radiall est "en forte croissance et rentable".
"Appliquer la modération salariale revient donc à limiter (relativement) l’augmentation des salaires, mais à privilégier des outils comme la participation, l’intéressement et les bonus", conclut-il.

AA : 35 000 euros par mois vis-à-vis de ses salariés, c'est indécent. Cela dit, j'attends toujours que ceux qui critiquent les rémunérations de dirigeants d'entreprises en fassent autant avec ce que perçoivent les joueurs de Ligue 1 pour lesquels 420 000 euros annuels est un salaire de misère  (Gourcuff à Lyon : 6,6 millions, mais Ribéry au Bayern de Munich : 12,6 millions euros en 2013)... Et je ne parle pas des artistes du spectacle ! Mais là on ne dit rien... Il est vrai que si un politique remettait en cause les cachets mirobolants de Mylène Farmer (4,7 millions d'euros en 2013 !) ou Dany Boon (3,6 millions en 2013), il susciterait un tollé général !
On a fait des révolutions pour moins que cela !
Pourquoi de "faux noms"? Parce que Jean-Luc Mélenchon reprend sur son blog une histoire racontée par Gabriel Amard, tête de liste Front de gauche aux européennes, dans la circonscription Est. Ce dernier affirme qu'un journaliste du Monde s'est fait passer pour un reporter de Libération pour ensuiter signer un article dans le quotidien du soir, intitulé "A Belfort, les salariés d'Alstom sont sous le choc".
Une phrase -une parmi des centaines- a visiblement heurté Gabriel Amard: "Le camping-car des militants du Front de gauche stationne au milieu de la rue des Trois-Chênes à Belfort, indifférent à la gêne causée." Elle ouvre un article, qui ne concerne pas sa campagne mais le rachat d'Alstom

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/melenchon-appelle-ses-militants-a-surveiller-les-journalistes-du-monde-et-de-libe_1535827.html#dPzM7ipVyMl7FGsW.99
Pourquoi de "faux noms"? Parce que Jean-Luc Mélenchon reprend sur son blog une histoire racontée par Gabriel Amard, tête de liste Front de gauche aux européennes, dans la circonscription Est. Ce dernier affirme qu'un journaliste du Monde s'est fait passer pour un reporter de Libération pour ensuiter signer un article dans le quotidien du soir, intitulé "A Belfort, les salariés d'Alstom sont sous le choc".
Une phrase -une parmi des centaines- a visiblement heurté Gabriel Amard: "Le camping-car des militants du Front de gauche stationne au milieu de la rue des Trois-Chênes à Belfort, indifférent à la gêne causée." Elle ouvre un article, qui ne concerne pas sa campagne mais le rachat d'Alstom

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/melenchon-appelle-ses-militants-a-surveiller-les-journalistes-du-monde-et-de-libe_1535827.html#dPzM7ipVyMl7FGsW.99

70 commentaires:

  1. On la ferme ou on démissionne ? Ah, les écolos ont... démissionés. Et ils y ont mis le temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le temps que ça leur monte au cerveau.ils ont le cerveau lent et dans ce parti ,le gaz ne monte pas à tous les étages.

      Supprimer
  2. J'ai l'impression qu'on glisse de «l'éducation nationale» vers la «garderie nationale».
    Il faut penser aux parents qui travaillent (ce que les professeurs ne font pas visiblement), que vont-ils faire de leurs enfants si l'école est fermée?
    Bref, aucune considération sur le retard pris dans l'acquisition des savoirs ou de «compétences» mais une préoccupation bien plus prosaïque.
    L'école subit de plus en plus la société de consommation . Elle demeure, essaie de demeurer, une enclave de paix...
    Je ne sais pas ce qui est à l'origine de la décision du conseil des maîtres ( le conseil d'école ne se réunit pas pour une question secondaire, il a bien d'autres questions à résoudre..). D'ailleurs, est ce l'essentiel dans une année scolaire?
    Ne sommes nous que des nounous à option pédagogique?
    J'ai lu avec effarement les commentaires d'hier concernant l'affreux scandale que semble constituer la suppression de la kermesse. Rien n'interdit aux parents de l'organiser. Rien.
    J'y ai lu le mépris, beaucoup de mépris. Navrant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mary, j'essaye d'être objectif dans ce débat et les éléments importants me semblent les suivants :
      - on n'a pas pris soin de réunir un conseil d'école (avec les parents) pour annuler des activités pour lesquelles parents et enfants s'étaient investis (comme partout, bien sûr), seul, un conseil d'enseignants uniquement a pris les décisions; dommage car cela aurait permis de décider en commun et d'éviter de faire appel à la mairie qui a en a profité pour jouer les sauveurs et prendre en charge les activités ! Bravo !
      - toutes les écoles organisent ce genre d'activités et aucun enseignant ne se défile pour cause de bénévolat;
      - la directrice a pris un congé maladie au lendemain de sa défaite. Je n'insisterai pas;
      - Ce n'est pas la kermesse uniquement qui a été supprimée, mais également la représentation de la chorale, le gala de danse du 18 juin, les sorties scolaires... Ce qui fait beaucoup, surtout sans en donner les raisons dans le courrier adressé aux parents suite à la réunion du conseil des maîtres. Beaucoup de désinvolture, donc !

      En conclusion : je comprends la colère des parents... Résultat : ils ont été reçus par le maire avec la décision évoquée plus haut...

      Enfin, on a pu voir une nouvelle fois les haines non assouvies, de part et d'autre, avec ma conclusion plusieurs fois répétée : mettons au rencart tous ces politiciens qui en 15 ans ont réussi à donner la ville au FN. Place aux jeunes et dehors tous ceux qui ont déjà été élus. J'avais déjà écrit cela il y a un an environ, ce qui m'avait valu des remarques de certains jeunes qui avaient été élus précédemment...

      Pauvre Hénin-Beaumont !

      Supprimer
    2. Enfin un commentaire de bon sens que celui de Mary.
      Les parents vivent l'école comme des consommateurs, oubliant que l'essentiel d'une année scolaire est bien l'enseignement.

      Supprimer
    3. je n ai plus d enfants a charge mais deja l ecole avait changé par rapport a celle que j avais connue grosse erreur MAI 68ou il etait interdit d interdire ; de mon temps on apprenait par coeur on copiait par colonne alignee les mots du BLED pour la preparation de la dictee journaliere a notre arrivee en classe le matin ,silence absolu lorsque le maitre parlait etc etc maintenant on voit le resultat et j en passe;;;;;;; bref mais la pour le coup de pantigny c est purement politique et cela me degoute et vu que cette madame la directrice est aussi l amie de madame la directrice de Michelet;;;attendons de voir

      Supprimer
    4. Des directrices qui font passer leurs convictions politiques (et indemnités perdues) avant le bien des enfants constituent une honte ultime pour Hénin.

      Supprimer
    5. A 17h36 : attendons de voir quoi ?

      Supprimer
    6. qui est la directrice de Michelet ?

      Supprimer
    7. quelles indemnités perdues ??????

      Supprimer
    8. de l annulation de kermesse etc etc solidarite entre enseignants gauchos

      Supprimer
    9. faut -il répondre à des propos aussi lamentables 8h23 et 17h36 , En tout cas actualisez vos sources ça vous évitera de dire n'importe quoi !!

      Une PE gaucho !

      Supprimer
  3. Les parents n'ont aucun investissement dans la chorale ou dans le spectacle de danses.
    Seules les enseignantes prennent ça en charge.
    les années précédentes, vous auriez du voir comment ces manifestations ont été critiquées.
    Les parents ne sont jamais contents. Ils veulent le pouvoir sur l'école et c'est tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eh oui,c'est vrai les parents sont tous des cons et les enseignants sont tous des génies ,comme C.C.

      Supprimer
    2. c.c. est une allumeuse de dynamite politique.elle adore foutre la merde partout ou elle a posé ses godasses : P.S., A.R.,le mort politique ferrari et son nouvel élan qu'il a trahi 2 fois avec 2 équipes différentes et même la bouffonerie david noel-binaisse-marine tondelier .hin bin yé bon.

      Supprimer
  4. les con-plices de noel -binaisse ,se bougent un tout petit peu le cul sur hénin-beaumont,(alias les verdâtres).quand leurs têtes de gondoles étaient au gouvernement,ces 4 à 5 membres locaux fermaient leurs becs.ce jour,ils se permettent de souiller la statue d' élie gruyelle.
    N'y aurait il pas une prochaine élection,genre européenne.nous prendraient ils pas pour des cons,une fois de plus.
    auront ils le courage un jour,tout comme le moribond P.C.,nationalement ,régionalement,departementalement et localement,de faire une liste autonome,afin de jauger leur score ridicule et insignifiant sur H.B.T..jouer les roues de secours crevées ,ça suffit.jouer la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf ne fait plus rire personne en ville.
    .mr alpern ,vous qui êtes un ancien vert de valeur,j'espère que je ne serais pas censuré.

    RépondreSupprimer
  5. Qui l'ignore encore ? Le métier d'enseignant est stressant: difficultés de discipline, pressions psychologiques des parents, de la hiérarchie, mésententes entre collègues, rémunération médiocre...Le "plus beau métier du monde" serait-il devenu un métier à risques, comme les faits divers d'enseignants agressés tentent de nous en convaincre ?
    Il est sûr que les élèves d'aujourd'hui ne sont pas ceux d'hier...et que l'autorité des professeurs dans l'enseignement Primaire et Secondaire s'est fortement dégradée depuis la fin des années 1990. Cette perte d'autorité semble émaner de l'invasion des parents à l'école qui ne viennent que pour se plaindre en général (pas toujours). Les parents viennent exprimer à l'école ce qu'ils ne peuvent exprimer dans les autres sphères de la société. Lorsque des problèmes apparaissent dans une famille, elle focalise toute son agressivité sur une personne extérieure pour apaiser les tensions, lorsque la crise économique mine la société on investit sur le scolaire ( à juste titre)Le bouc émissaire, l'instit, le prof, entre autres. Et souvent le professeur représente la victime idéale.Au XXIe siècle, l'enseignant semble être devenu le bouc-émissaire de la société, puisque, plutôt que de le féliciter d'arriver à boucler son programme et de faire réussir quelques élèves en difficulté chaque année, on préfère critiquer sa pédagogie et le titiller sur des détails...

    Je ne pense pas que l'annulation des activités péri-éducatives soient volontaires et politiciennes. Peut être un ras le bol, un énorme ras le bol.
    Je donne aussi en matière de bénévolat et depuis longtemps mais j'ai quelquefois la sensation de rentrer dans la salle des cons et de me faire tondre la laine sur le dos...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARY ,vous avez entièrement raison .j'appartiens à une génération née au siècle dernier, dans laquelle mon père m'a dit ,et il l'a fait " si ton instituteur te donne une punition ,je la double.s' il te donne une claque,je la double. aujourd'hui quand un enseignant fait la même chose,le malheureux prend un pain en pleine figure ou les grands frères l'attendent à la sortie..à cette époque, les 3 personnages les plus importants d'un village étaient le curé,l'instit,et le maire.d'ailleurs l'instit était souvent le maire.la destruction de la cellule familiale provoquée par le divorce, ou les familles mono-parentales ou reconstituées reportent leurs échecs d'éducation sur le corps enseignant.solution de facilité qui permet aux familles de se disculper lâchement.c'est ensemble, que pourra évoluer la société qui se barre en couille depuis très longtemps..
      signé : tiens te revoilà.

      Supprimer
    2. Mary, vous nous avez habitué à une hauteur de vue, pas à la défense d'un corporatisme

      Supprimer
    3. 15H36 : OK, en gros sur le fond...
      Quelques remarques de détail (sans rancune ?):
      -".j'appartiens à une génération née au siècle dernier" : comme tous ceux qui écrient ici les commentaires...
      - "les 3 personnages les plus importants d'un village étaient le curé,l'instit,et le maire" : c'est très très vieux cela ! Tout au moins pour le curé...L'amicale laïque ayant souvent pris le dessus...
      - "l'instit était souvent le maire". Non, c'était interdit et ça l'est toujours. Par contre l'instit avait une fonction plus importante que le maire puisqu'il était souvent le secrétaire de mairie... et, effectivement, connaissant tout le monde dans la commune, la retraite venue, il devenait souvent le maire...

      Supprimer
    4. Qui l' ignore ? beaucoup l' ignore car vous avez pas mal de vacances pour vous déstresser! pauvre corporation de pleurnichards

      Supprimer
    5. En sommes, 3 nouveaux mensonges.

      Supprimer
    6. mr alpern,votre remarque est pertinente
      - concernant l'instit devenant maire ( ou élu,voir député ),bien sûr après sa retraite .quoique aujourd'hui beaucoup d'enseignants se sont lancés dans la politique en quittant allègrement l'enseignement -ex :alexandre,percheron,facon,j'en passe et des meilleurs
      -j'aurais du effectivement êtreplus précis car je suis né au siècle dernier ,mais aussi avant 1950,comme vous me semble-t-il !

      Supprimer
    7. "l'instit était souvent le maire". Non, c'était interdit et ça l'est toujours.
      n'importe quoi ! le maire de Drocourt est un instit qui exerce dans sa commune....

      Supprimer
    8. Je pense que vous avez raison: l'art. 32 de la loi du 5 avril 1884, combiné avec l'art. 57 de la loi du 30 octobre 1896 qui prévoyaient que "les instituteurs ne peuvent être élus conseillers municipaux dans la commune où ils exercent", a été abrogée.
      Mea culpa...

      Supprimer
    9. lire dans mon commentaire de 23h14 : "abrogé"

      Supprimer
  6. Salaire médiocre ! Quel est le montant du salaire horaire par rapport au nombre d'heures annuelles travaillées ? Oui, mais ... Allez voir si le métier d'aide-soignante auprès des personnes âgées est beaucoup plus gratifiant, elle qui travaille 35 heures /semaine, toute l'année les mains dans la m....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réactions normales » en temps de crise. Les difficultés des uns ont pour origines les « privilèges des autres ». Cela est bien entretenu par certains courants politiques de droite et par une certaine presse.
      « Diviser pour mieux régner » disait Machiavel. Rien de tel, pour faire oublier les vrais responsables de la crise et justifier les plans d’austérité aboutissant dans certains pays à la privatisation de l’éducation, de la santé et autres secteurs clés de l’économie.
      Certains diront : « bien fait pour ces fonctionnaires “, ce qu’ils oublient c’est que ce n’est pas forcément bon pour eux....
      PS; les instits sont recrutés à Bac+5.

      Supprimer
    2. Aujourd'hui plus de 90% des lycéens ont le bac. Le bac n'est plus une référence. +5 quoi ? des stages et des remplacements rémunérés.

      Supprimer
    3. Le bac est aujourd'hui donné. Il faut vraiment être une cruche pour ne pas l'avoir.

      Supprimer
    4. Vous l'avez 23H09?

      Supprimer
    5. Apparemment vous non 11:39.

      Supprimer
    6. Si, mais il ne vaut plus rien n'est ce pas, comme le votre!

      Supprimer
    7. Une fourmi dans une colonie ne se remarque pas.

      Supprimer
  7. Ma fille , faute de trouver un autre emploi exerce en école privée depuis 5 ans la fonction de professeur des écoles .Elle n'est pas titulaire et je répète souhaiterais exercer un autre métier , et plus les remplacements s'accumulent , plus elle le souhaite .En milieu privé , les parents privilégient , du moins le croient ils , une rigueur , ,une discipline mais en même temps , leur principal soucis c'est de voir leurs enfants gardés par les bonniches que sont les enseignants quand ils reviennent un peu (et souvent ) en retard du travail .Tantôt une réunion importante , un bouchon sur l'autoroute et il faut donc que l'enseignant reste une heure à attendre avec l'enfant .C'est fréquent . Puis les classes maternelles , là c'est le pompon, dés l'age de deux ans , c'est de la garderie ou crèche avec des enfants bien souvent pas propres , dès leur arrivée le matin quelquefois . Les parents n'ont pas eu le temps , il faut arriver à l'heure au boulot . Dans le privé , l'enseignant doit bien souvent gérer ces problèmes seule car il n'y a pas d'assistante , et gare alors aux enfants que l'on délaisse pendant ce temps .Les activités extra scolaires , les réunions viennent alors vous achever . Les parents ne sont pas toujours bien agréables , mais en général et en majorité dans le privé , ils sont compréhensifs et raisonnables . Mais tout ça pour 1500 euros et avec cinq années après le bac , désespérant mais il faut bien travailler .Alors je comprend le ras le bol de certains , surtout lorsque des parents viennent vous critiquer alors qu'eux même ne se responsabilisent sur l'éducation de leur progéniture .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben tiens, tous des cassos c'est parents. Les vacanciers perpétuels eux sont des Dieux.

      Supprimer
    2. Victor HUGO disait jadis « Ouvrir une école, c’est fermer une prison »
      Jean JAURES quant à lui aimait à dire : « On n’enseigne pas ce que l’on sait ou ce que l’on croit savoir : on enseigne et on ne peut enseigner que ce que l’on est ».
      Et aujourd’hui, je suis une prof triste et surtout en colère… Oui aux réformes qui associent les professeurs, non au mépris. Mais que les choses soient dîtes.
      Les profs travaillent et ne sont pas des fainéants (je fais effectivement une partie de mes préparations à la maison, le soir et le we et je dépasse largement les 35 H).
      Les profs sont mal payés dans notre pays (payés dix mois étalés sur 12, après 27 ans de carrière, privilégiée, je devrais avoir honte de mes 2400 euros, prime ZEP comprises, 2300 euros donc).
      Les profs sont méprisés et stigmatisés, je ne sais pas clairement pourquoi: jalousie du statut de fonctionnaire ( il y en a d'autres pourtant, les gendarmes, les militaires...), Le Medef doit se réjouir de voir que des français contestent le droit à une certaine sérénité dans le travail.Les français réclament l'insécurité et des CDD pour tous! Diviser pour mieux régner, la ficelle est pourtant grosse.
      Qu’on redonne un minimum de considération et d’estime à notre métier, sans quoi, on va enterrer les illusions, les vocations et l’Ecole avec.
      Et pour ceux qui se permettent des paroles de mépris ( les tiennent ils aussi devant leurs enfants scolarisés?), je les invite à passer le concours ( obligation de niveau Bac +5, sciences, maths, littérature... pour s'y présenter), la profession recrute, il y a de la place et on manque de volontaires... Un an de préparation au concours ( non rémunéré) puis le concours et ensuite les vacances perpétuelles devant des classes surchargées. Bienvenue.

      Supprimer
    3. Ah les joies du copier coller.

      Supprimer
  8. dn ridicule avec son pins d "élu les verts n ont pas attendu la fin de la cérémonie devait prendre sans doute son tgv de beaumont MT ou juste pour se faire voir binaisse asbsent sa femme sous la remplaçante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut apprendre à écrire. Toi pas compris la France, bouana ?

      Supprimer
  9. Ah les instits, pardon, les professeurs, on va bientôt pleurer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les maîtres...

      Supprimer
    2. Tiens, la mauvaise foi est de sortie. À lire les réactions, tout le monde est "prof" ou l'a été, sait que, a vu de ses yeux vu, a déjà corrigé des copies, connait quelqu'un qui, etc... Et surtout, se fait le comptable du travail des autres avec l'argument choc. L'enseignement, je sais ce que c'est: j'ai déjà été à l'école. C'est un peu comme si l'on disait. La médecine, je connais, j'ai déjà consulté pour un rhume.

      Supprimer
  10. Et qui nous dit que le blog est bien tenu par Alain Alpern humm??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore un complot, oui. Il parait même, mais chuttttt, que le martien de la zone 51 serait venu dans le Pas-de-Calais, qu'il a pris forme humaine, a fait un peu de politique et s'est finalement mis à publier des textes sur Internet. Mais chutttt 18:55. C'est un secret... Pov' con va.

      Supprimer
  11. Salaire de 1600 net à 10000euros net source RMC ce matin Pour quel volume d'heure? ah oui plus de 45 par semaine , dont 30 à la maison soit disant à éffectuer des corrections??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 10 000 euros ! vous parlez peut-être d'un prof agrégé, 30 ans de carrière, bénéficiant d'un maximum d' heures supplémentaires plus différentes indemnités... enseignant dans un ou deux autres établissements. J'en ai connu un, mais ils ne doivent pas être légions...
      Mais on voit que vous ne connaissez pas cette profession, il est vrai mal payée (comparaisons avec certains pays d'Europe) et pas appréciée à sa juste valeur...

      Supprimer
    2. C'est la chance d'enseigner qui ne l'est pas.

      Supprimer
    3. si vous comparez avec certains pays d'Europe , beaucoup d'autres professions sont elles aussi moins payées .

      Supprimer
  12. CC la looseuse qui a systématiquement choisi le mauvais camp depuis 2001, un nez fin, une valeur sure. Et pas langue de p.... pour deux sous en plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et c'est quoi le rapport avec la façon dont elle exerce son métier?

      Supprimer
    2. une indéniable porosité

      Supprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  14. enseignant est un métier qui présente des difficultés comme tous les métiers aujourd'hui. Ils ne sont ni des martyrs ni des privilégiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde aimerait avoir autant de congés. Les pauvres.

      Supprimer
    2. Mais 07H52, il faut passer le concours au lieu d'envier ainsi. La maison recrute; n'attendez pas, c'est le moment, renseignez vous.

      Supprimer
    3. et d'heures à la maison !

      Supprimer
    4. On comprend pourquoi le métier d'enseignant est si difficile à vivre : non seulement les élèves ont changé et les parents sont de plus en plus laxistes dans l'éducation de leurs enfants, mais la façon dont on regarde les profs est révoltante : des fainéants affirment certains commentaires ! C'est ce regard qui est effrayant et tant qu'on n'aura pas changé les mentalités, l'enseignement français, malgré les réformes, restera aussi déficient. Et pourtant, le secret d'une société plus heureuse commence bien par l'école et la famille. Et je tremble à l'idée, évoquée par Mary, selon laquelle le mépris affiché, ici, par certains vis-à-vis des profs, soit également exprimé devant leurs enfants !

      Supprimer
    5. Aujourd'hui, beaucoup de monde sait écrire son nom sans faire de faute et les "profs" sont maintenant au même niveau d'étude et même peut-être en dessous qu'une partie non négligeable de parents.
      L'aura de l'instituteur en blouse grise c'est terminé.

      Supprimer
    6. L'aura ? Il s'agit de respect. C'est trop demandé? C'est anormal?

      Supprimer
    7. Vous à qui la société entière peut ainsi demander des comptes à tout moment .
      Vous qu’on livre à toutes les pressions aisément imaginables et qu’on place dans la situation de devoir vous justifier, de vous défendre sans cesse, car vous êtes devenu le fonctionnaire, bouc-émissaire par excellence, livré régulièrement en pâture à l’opinion publique.
      Vous qui ne comprenez pas l’engouement aveugle, incompréhensible de vos jeunes collègues pour l’informatique, le numérique, censés séduire “nos nouveaux publics” et stimuler leur envie d’apprendre, alors qu’ils se lassent du gadget pédagogique comme ils se lassent si vite de tout dans un monde consumériste où le seul principe qui vaille est le “tout, tout de suite”, dans un tourbillon de désirs sans cesse renouvelés et toujours insatisfaits.
      Vous qui subissez des réformes incessantes et capricieuses, qui devez faire avaler des programmes insensés et mal conçus ( ed à la sécurité, dentaire, B2I...).
      Vous qui en perdez le sommeil ; vous qui ne pouvez travailler avec ce couteau sous la gorge, vous qui tentez de reconstruire chaque soir une image acceptable de vous-même au travail avant de vous en remettre au somnifère ou à l’anxiolytique qui vous permettra, enfin, de dormir, car vous ne pouvez imaginer tenir vos classes demain sans ces heures de sommeil.
      Vous qui travaillez en apnée entre ces périodes de vacances que tous vous envient et vous reprochent, ultimes bouées qui vous permettent de vous reconstituer avant de découvrir, à chaque rentrée, que la situation se détériore irrémédiablement et que vous êtes, vous, professeur, jeune ou vieux, en première ligne chaque jour, de moins en moins sûr de tenir, si une volonté politique ne rappelle pas, très vite à chacun (parent, élève, professeur) la place qui devrait être la sienne dans une institution
      laïque et républicaine essentielle, si elle ne vous rend pas de toute urgence votre dignité, votre autorité, votre place centrale dans la société et des conditions de travail et de salaire décentes.

      Vous, parents, élèves, professeurs, qui espérez qu’on tirera une leçon de la mort d'une enseignante , il y a peu…
      Quelle leçon ? Telle est la question !



      Supprimer
  15. Faire campagne sur les marchés & ailleurs pendant les heures de cours était-il légal ?
    Peu importe maintenant qu'une enseignante a compris qu'elle ne sera JAMAIS devant le public lors des CM mais parmi ce public qu'elle méprise tant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui a fait campagne pendant ses heures de cours ?

      Supprimer
    2. 17H54 : de qui parlez-vous ?

      Supprimer
  16. Cette fois, vous êtes bon pour le tribunal, elle a déposé une plainte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pendant son congé ?

      Supprimer
    2. Effectivement, il y a matière à porter plainte pour diffamation... Tous ces anonymes courageux devraient se méfier avant de salir ainsi une personne.
      Quelle enseignante, de surcroit directrice se permettrait sur son temps de travail, de tracter?
      Ce serait de l'inconscience.
      Je crois donc que tous ces anonymes courageux sont de pauvres corbeaux et de pauvres, bien tristes ET petites personnes... Vous savez ceux qui en temps de guerre...

      Supprimer
  17. Marrez vous, faites les fiers, rira bien qui rira le dernier....

    RépondreSupprimer