jeudi 30 octobre 2014

Un peu de tout...

- "Pissaladière à la sauce Marine. La liste des griefs de Jean-Marie Le Pen envers sa fille va encore s'allonger. Après le nom du parti, que Marine souhaite changer en s'opposant à son géniteur, la nouvelle pomme de discorde s'appelle Nice.
Sur la baie des Anges, depuis toujours chasse gardée de Le Pen père, où le FN fait régulièrement d'excellents scores -21,11% aux municipales, 32% aux européennes- , les sept conseillers municipaux frontistes se déchirent à belles dents. Depuis plusieurs mois, comme le relate "Nice-Matin" (28/10), six d'entre eux s'attaquent à leur chef de file, Marie-Christine Arnautu, une intime de Jean-Marie, accusée de ne pas s'impliquer dans la gestion des dossiers locaux et de rester désespérément parisienne...
A l'instigation de Marine Le Pen, Steeve Briois, secrétaire général du Parti, a envoyé une missive saignante aux mutins, le 16 octobre. Les qualifiants d'"élus indignes", Briois leur rappelle qu'ils seront traduits devant la commission des conflits et qu'ils n'auront pas le droit de se présenter aux cantonales sous l'étiquette FN.
Mais la garde rapprochée de Marine, Philippot en tête, espère bien, après avoir fait ce ménage, pousser Arnautu vers la sortie et placer des marinistes à Nice.
Le paternel appréciera".
Le Canard enchaîné du 29 octobre 2014

Ainsi le maire-conseiller régional-député européen-secrétaire général-conseiller communautaire (!) se retrouve comme exécuteur des basses œuvres de son parti : il va dézinguer les "mutins" puis se retourner contre l'amie "intime" du vieux patriarche, pour lui "faire la peau" ! Quand on pense que la "Député français au Parlement européen, Conseiller municipal et communautaire de Nice, Vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales" (relevé tel quel sur son site) est une collègue de S. Briois à Bruxelles, la bataille rangée pourrait se dérouler au Parlement européen !




- "Le pape François a affirmé avant-hier aux membres de l'Académie pontificale des sciences que le Big Bang ne contredit pas « l'intervention créatrice de Dieu, au contraire, il la requiert ». De même, l'évolution n'est pas incompatible avec l'idée de Dieu car « elle requiert la création d'êtres capables d'évoluer ».
Si ses propos pourront étonner, voire choquer outre-Atlantique chez les protestants évangéliques, ils ne sont pas nouveaux chez les catholiques qui se sont employés pendant le XXe siècle à réconcilier la science et la religion. Avant lui, Pie XII, puis Jean Paul II avaient tenu des propos similaires sur l'évolution tandis que Benoît XVI avait également fait allusion au Big Bang en expliquant que Dieu se cachait derrière la création de l'Univers, et non le chaos" (Le Monde).

Je vais finir par me demander si ce Pape n'a pas entamé une révolution dans cette Eglise conservatrice: il y a quelques jours, il soumettait à un synode épiscopal des idées sur lesquelles réfléchir : accueil des homosexuels, retour des divorcés au sein de l'Eglise... Même s'il "s'est fait renvoyer dans ses buts", il a remis la question à l'ordre du jour lors d'un synode en 2015 !

- La "ferme des mille vaches", "Notre-Dame-des-Landes", "le barrage de Sivens"... Toujours le même scénario : des autorités qui ne tiennent pas compte de l'avis des opposants, notamment, lorsqu'il s'agit d'environnement. Pour Sivens, le rapport demandé est sans équivoque : l'ouvrage est disproportionné par rapport aux besoins et il est trop cher. Et comme une litanie revient la même question : "pourquoi les décideurs (le conseil général du Tarn, dans le cas présent) imposent-ils des projets anti-écologiques ?" Et derrière, la même ombre : celle des lobbys (ici une quarantaine d'agriculteurs...) qui imposent leurs lois pour on ne sait quelle contrepartie. Leur cédera-t-on comme on l'a déjà fait pour les Bonnets rouges qui n'ont eu à sortir que quelques engins agricoles et ameuter les routiers pour renvoyer l'éco-taxe au cimetière des occasions perdues ?
Au début de ce siècle, c'étaient les OGM et les trains de déchets nucléaires qui faisaient l'objet de manifestations contre des dangers qui étaient imposés, à ses citoyens, par l'Etat, sous pression de la FNSEA et d'Areva. L'Etat avait fini par reculer dans les 2 cas, après avoir employé la force et recouru à la justice pour faire peur (j'en sais quelque chose...)... Il n'avait déjà pas compris que l'on ne peut, aujourd'hui, faire fi de la parole citoyenne...

- Cette histoire révélée par le Canard Enchaîné, ce mardi, concernant l'appartement de M. Le Paon, secrétaire général de la CGT ne me dit rien qui vaille. Résumons : on reproche à la CGT d'avoir pris en charge, pour 130 000 euros,  des travaux dans le logement de 120 m2 loué par son son dirigeant qui, pour emménager sur Paris, avait quitté son Calvados. Certes, le montant parait excessif, mais qui s'est inquiété de savoir pourquoi le loyer (2000 euros) était si peu élevé (il s'agit de Paris...) : peut-être le syndicat a-t-il négocié le montant du loyer contre une prise en charge de la réfection de l'appartement... Qui s'est inquiété de savoir si M. Le Paon avait besoin d'un grand appartement parce qu'il avait plusieurs enfants... Qui s'est inquiété de savoir si il n'y avait pas, derrière ces révélations, manipulation d'opposants au secrétaire, laissant "fuiter" le devis auprès du journaliste du Canard, sans que l'on connaisse l'environnement de ce dossier ? De plus, il s'agit d'un devis et non d'une facture...Tout cela sent très mauvais et je me demande si l'hebdo satirique ne s'est pas fourvoyé... suivi bien sûr par l'ensemble des médias !




27 commentaires:

  1. Ou MLP condamne les mutins ou bien elle pousse Arnautu vers la sortie. L'info me semble contradictoire...

    Sur le Pape : Je ne vois pas comment on peut dire " Je vais finir par me demander si ce Pape n'a pas entamé une révolution dans cette Eglise conservatrice " alors que l'article précise expressément que " ses propos (...) ne sont pas nouveaux etc... " La position de l'Eglise ne change pas, et seuls ceux qui ne la voit qu'avec les yeux de l'intolérance peuvent s'étonner.

    Enfin, MERCI ! pour votre défense de Le Paon. On est dans un pays où, au pretexte que quelqu'un vit dans une HLM tout le monde devrait vivre dans une HLM. C'est le secrétaire général du plus grand et ancien syndicat , et c'est un appartement de fonction. Si le ressentiment et la jalousie vont jusque dans les instances de représentation ouvrière, on fait quoi à Gattaz, on le pend en place publique ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 6H12 :
      - Elle condamne ET elle pousse la dame Arnautu vers la sortie...
      - alors que pour l'Islam et le Judaïsme, c'est clair (aucun rapport entre science et religion), cela ne l'est pas forcément pour le Catholicisme où coexistent des voix discordantes (créationnisme par exemple)...
      - Je ne défends pas Le Paon, mais je pourfends ceux qui s'emparent de sujets insuffisamment étayés pour en faire des scoops... Nuance !

      Supprimer
    2. Vous vous trompez : le créationnisme, c'est chez les protestants évangéliques, pas chez les catholiques. JLT

      Supprimer
    3. A JLT. Voyez un bon résumé sur Wikipedia in "Position de l'Église catholique sur la théorie de l'évolution ".
      Certes, c'est une position beaucoup moins dogmatique que chez les Protestants (USA surtout) qui appliquent le créationnisme dans l'enseignement.
      L'Eglise évolue et cherche un compromis entre la science et ce qu'elle a toujours professé. Et comme je le signalais dans un autre commentaire, l'évolution est très lente.
      Je n'ai pas d'élément précis mais je pense que le créationnisme a encore beaucoup d'adeptes auprès des traditionalistes (Mgr Lefebvre) . Un sondage IPSOS de 2011 estimaient que 9% des Français étaient créationnistes !

      Supprimer
    4. 9% des Français seraient créationnistes ? C'est peut-être vrai.
      Mais pourquoi voulez-vous que ces Français soient catholiques ?mMOinsde 8% des Français sont des catholiques pratiquants ( c à d se rendant à un office autre que "obligatoire", du genre mariage, obsèques, ) au moins une fois par mois .
      Parmi ces 9%, tout me laisse penser qu'il s'agit en grosse majorité des protestants évangéliQUES, dont vous ne parlez jamais ( ils ne sont pas votre cœur de cible :-) ) . Je vous répète qu'entre 3 et 4 millions de Français sont des protestants, etqu'au moins la moitié d'entre eux sont des protestants évangéliQUES .
      - L'"Eglise" ( je suppose que, dans votre esprit, il s'agit de l'Eglise catholique ) est très loin d'avoir toujours professé ce que vous dites . Vous connaissez probablement Augustin d'Hippone ( saint Augustin ). Il vivait au 5ème siècle, décédé vers 430 ( je n'ai plus la date exacte en tête ) lors du siège de sa ville par les Vandales . Ce brave évêque, qu'on considère généralement comme une "pointure", un intellectuel haut de gamme, disait que " lorsque l'Ecriture ( le Nouveau Testament et le Premier Testament ) et les fait vérifiables sont en contradiction, c'est parce que l'on comprend mal l'Ecriture "
      Vers 1300, donc 8 siècles plus tard, Thomas d'Aquin disait quasiment la même chose.
      Et, comme vous le rappeliez, plusieurs papes catholiques ont récemment tenu des discours du même genre : Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI ;

      Je le répète : le christianisme ne se limite pas au seul catholicisme ! Peut-être-ce parce que courant du christianisme a été longtemps majoritaire chez les chrétiens de France que l'on s'acharne tant sur eux ?

      Et, pour terminer, je précise que, lorsque je chiffre ces pourcentages qui ne sont pas de Wikipédia, ils proviennent d'une série de sondage de 2010-2011, éffectués à la demande des journaux " Le Monde", "la Vie", "le Monde des religions", qui ajoutaient en outre ( de mémoire ) que environ 45% à 48% des Français SE DISENT catholiques , ce qui ne veut pas dire qu'ils le sont, car il faut bien évidemment faire la distinction, bien plus qu'une simple nuance, entre catholiques culTUEL et catholiques culTUREls. Comme je l'ai dit plus haut, on considère qu'une personne est catholique culTUELs lorsqu'elle assiste au minimum à 1 office ( non "obligatoire", du genre "mariage" ) 1 fois par mois....c à d 4% à 8%des Français.
      jlt

      Supprimer
  2. Brisois fait dans son parti ce que d'autres font au sein de leur mouvement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça toujours été comme ça. Vous pensiez qu'un parti extrémiste n'en ferait pas autant ? Dans un parti, c'est marche ou crève. Y a que les dociles qui y sont acceptés.

      Supprimer
  3. et pendant cela la beaucoup de personnes sont sur liste s attende pour avoie un avoir un appart ds un hlm Mr paon l obtient de suite encore un pass droit???

    RépondreSupprimer
  4. Vous n’avez pas compris à quoi a servi cette rénovation.
    Il s’agissait en fait d’une étude commandée par la la CGT dans le but de réaliser un rapport sur la dureté du travail dans le bâtiment en vu de l’instauration du compte pénibilité.
    Et si il a été finalement renoncé à la construction d’un home-cinéma et d’une cave à vin c’est parce qu’il devenait psychologiquement dangereux pour les observateurs de la CGT d’être complice de l’exploitation de salariés en plus de choc premier d’avoir du voir des gens travailler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout s'éclaire ! Merci de cette explication...

      Supprimer
    2. Faut envoyer ça à DN pour sa prochaine intervention au conseil. Succès garanti cette fois-ci.

      Supprimer
  5. Nouvelles du front ( parce que je pense pas que mary nous en face écho) .

    À Hénin-Beaumont, Benoît Hamon reconnaît des qualités au maire FN Steeve Briois

    L'ancien ministre est venu apporter son soutien à la section héninoise du PS, en grande difficulté face au Front National, en vue des prochaines élections régionales et cantonales.


    «Je m'attendais à trouver des gens plus déprimés que ça», a constaté Benoît Hamon en visite à Hénin-Beaumont mercredi soir. Comme le rapporte La Voix du Nord ,l'ancien ministre de l'Éducation, fondateur du courant PS «Un monde d'avance», est venu, au côté du député Philippe Kemel, tenter de galvaniser les socialistes héninois en vue des élections régionales et cantonales. La section locale est effectivement en grande difficulté face au Front National, après les affaires de corruption qui ont visé l'ancien maire Gérard Dalongeville.

    «Vous n'avez pas hérité du plus maladroit des maires FN», a concédé le député des Yvelines avant de modérer son appréciation: «Il est ce qu'il est et ça va finir par se voir qu'il est FN». L'ex-ministre a prophétisé un futur «péché d'orgueil du Front national», qui arrivera fatalement selon lui et permettra de renverser la tendance au sein de l'opinion locale, largement favorable au parti de Marine Le Pen.

    «Hommage du vice à la vertu»

    Cette demi-marque de considération n'a pas manqué de faire réagir vertement l'équipe de Steeve Briois. «Benoît Hamon nous délivre presque un bon point que nous recevons comme un hommage du vice à la vertu», aréagi par communiqué l'adjoint à la culture Christopher Szczurek. Il estime que la venue du frondeur marque «l'éternel mépris des caciques socialistes parisiens pour un peuple français qui se détourne d'eux».
    lu sur le figaro.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rire! Le vice à la vertu! Trop drôle... ils nous font bien rire au fn... quelquefois. Et la marmotte, elle enveloppait les paquets cadeaux?

      Supprimer
    2. vaut mieux rire que pleurer "souvent 16h02

      Supprimer
  6. Quoi qu'il en soit, cette affaire de rénovation laisse une image désastreuse, de celle à ranger dans l album des tous pourris. Si cette histore est veridique, je serais curieux de connaitre le propriétaire de l'appartement, peut être un bon gros bourge réac qui se verrait offert 130 000 e par les camarades du peuples. LENINE reveille toi.....

    RépondreSupprimer
  7. L'ordre du jour étant " un peu de tout", je pense, monsieur Alpern, que ce lien pourrait vous servir pour de futurs articles. Il s'agit d'un vieux truc que j'ai trouvé sur Wikipédia ( oui, moi aussi, j'y fais parfois des recherches :-) ), concernant le négationnisme, et qui montre que l'on peut TOUT "négationner", aussi bien les 6 alunissages, le Débarquement allié du 6 juin 1944 sur les plages de Normandie, la Shoah ( Faurisson y est mentionné ), l'existence de Napoléon Ier, l'existence d'Alain Delon ( ! ), que n'importe quoi d'autre.
    La méthode est relativement simple : il suffit d'appliquer l'analyse hyper-critique de l'Histoire ( par " historico-critique" comme le fait Paul Veyne, mais " hypercritique" comme le fait Faurisson ),il s'agit de "jouer" sur les " à peu près" dans les traductions, dans les rapprochements hasardeux d'évènements ayant eu lieu à des époques ou des lieux différents, de ne s'appuyer que sur les témoignages parfois contradictoires tout récusant les témoignages qui ne vont pas dans le sens de l'auteur, d'exagérer l'importance de telle ou telle trouvaille archéologique, de faire volontairement des anachronismes, d'occulter des écrits authentiques tout en tenant pour vrai des apocryphes...bref, de faire comme les mauvais juges : juger, non équitablement, mais uniquement " à charge"

    JLT

    www.phdn.org/negation/fous/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de cette suggestion. J'ai travaillé, en son temps, sur les méthodes utilisées par Faurisson et c'est vrai que la mauvaise foi est de rigueur...
      La version actuelle du négationnisme, c'est la théorie du complot! les sites prolifèrent et ils semblent avoir beaucoup de succès...

      Supprimer
  8. Racisme, homophobie mais aussi préjugés contre les pauvres... pauvres préjugés
    Double peine

    "Au rang des préjugés les plus répandus, ce sont ceux d'ordre économique qui occupent les premières places. Pour 7 Français sur 10, « il est facile d'obtenir des aides en France ». Près de deux tiers des sondés pensent que « les minimas sociaux découragent les gens de travailler ». Faux, assure ATD Quart Monde. Diverses études (Crédoc, 2002 ; Banque de France, 2009) ont montré que les pauvres veulent travailler ou qu'ils sont prêts à travailler « sans gain financier immédiat ».

    Une autre idée est fortement ancrée dans les esprits : 65 % des Français pensent que « la lutte contre la pauvreté coûte cher aux classes moyennes ». En réalité, les sommes qu’elles donnent sont à peu près équivalentes à celles qui leur sont reversées, sous forme d’aides ou d’allocations.

    Le préjugé selon lequel « les pauvres ne paient pas d'impôts » est présente chez 71 % des sondés, alors que les plus démunis en paient sous forme de taxes, telles la TVA, la principale, ou encore celle sur le tabac. En proportion de leurs revenus, ils en paient parfois plus que les plus aisés, selon l'association. Les pauvres seraient même « fiers de payer des impôts », assure Pierre-Yves Madignier, le président d’ATD Quart Monde.

    Non seulement les personnes en situation de pauvreté ont les pires difficultés à vivre au quotidien, mais ces préjugés sont « un profond vecteur de malaise et de non-reconnaissance dans la société », explique-t-il. « Les préjugés créent des murs entre les personnes » derrière lesquels les pauvres « s'enferment parce qu'ils ont honte » et dont ils ont ensuite bien du mal à sortir."

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  10. Un peu de tout...
    En France, dans le cadre de la loi contre le gaspillage alimentaire, les associations comme la Croix-Rouge, la Banque Alimentaire, le Secours-Populaire ou les Restos du Coeur ont pu signer des conventions avec certaines enseignes de la grande distribution.
    Le problème, c’est que c’est quelque chose qui est bien loin d’être généralisé, les distributeurs étant frileux (à raison ?) sur la responsabilité qui serait la leur en cas d’intoxication.
    Néanmoins les choses avancent.
    Une magnifique initiative… Il faut continuer dans ce chemin là, car c’est le bon !

    Nous avons rédigé plusieurs courriers à la nouvelle maire de Nantes, afin que le gaspillage insensé que nous connaissons dans les cantines scolaires cesse et que les excédents soient distribués immédiatement aux familles en difficulté des quartiers des écoles, collèges et lycées concernés . La chaine du froid, le problème? Des petits camions frigos, une table, des emballages individualisés, un bénévole et un étudiant ou une étudiante rémunérée de 13H20 à 14H20. Le financement? Moins de guirlandes illuminées dans les rues, un achat d'une oeuvre picturale prestigieuse dans les salons des hôtels de ville oublié, dix minutes de feux d'artifice sacrifiés, moins de déchets à traiter, moins de fleurs dans les pots de la ville fleurie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +1 de la part de ton troll.

      Supprimer
  11. Le capitaine du pédalo à du soucis a ce faire outre sa descente à 13% de sa côte de popularité , c' est l' hémorragie des militants et biens sur des cotisations ! une ptite quête chers hénonois pour notre Ps favori?

    Le PS est-il menacé par une hémorragie militante ? Un document interne, révélé par Europe 1 jeudi 30 octobre, montre qu'au 31 juillet le parti enregistrait une forte baisse de ses recettes dues aux adhésions. Ce tableau de bord, dont le PS a confirmé l'authenticité au Monde, présente le budget prévisionnel de l'année 2014, avec 2,3 millions d’euros attendus dans la rubrique « cotisation des militants ». Après sept mois, le parti n'avait récolté que 530 369 euros, soit 60 % de moins qu'espéré à ce moment de l'année. Au-delà de l'impact sur le budget du parti, ces chiffres montrent surtout que beaucoup de militants PS n'ont pas encore repris leur carte, alors que le PS est traversé par une crise interne très forte.

    A la direction du parti, on minimise la portée de ces chiffres, et on appelle à attendre la fin de l'année pour tirer des conclusions définitives. « C'est un indicateur qui porte sur le premier semestre, lors duquel il n'y a pas eu un bon taux de reprise de cartes, reconnaît le trésorier du parti, Jean-François Debat. Mais on sait qu'il y a des cycles d'adhésion et il y a toujours une accélération en fin d'année. »

    Décalage

    Pour les dirigeants de Solférino, l'absence d'élection interne en 2014 explique en partie cette baisse. Il faut en effet avoir réglé sa cotisation pour pouvoir voter lors des congrès ou lors des consultations militantes. Beaucoup de socialistes attendent donc les votes pour se mettre à jour. Par ailleurs, au PS, les militants ne sont exclus qu'après deux années sans payer la cotisation. Il y a donc toujours un décalage entre le moment où les militants décident de ne pas renouveler leur adhésion et celui où leur nom est rayé des listes.


    RépondreSupprimer
  12. Patrick Besson "démonte" Zemmour de façon magistrale.
    Extrait, copié-collé du Nouvel Obs plus.

    "...Duperie littéraire aussi. On se doute bien que parmi les lecteurs de Zemmour figurent aussi bien des nostalgiques de la littérature de la droite extrême, peu enclins à célébrer "Mon général" ou l'amateur de Kandinsky. Ceux là viennent chercher chez Zemmour le vertige de la transgression et de l'interdit, "je pense mal, je lis mal, telle ma joie et mon bonheur".

    Malheureux gogos, persuadés que lire Zemmour en 2014, c'est comme lire Barrès en 1914. Ça se figure chez Drieu. Ça se croit chez Céline. Ça se rêve chez Brasillach. Ça s'imagine chez Bernanos. Mais ça n'est que chez Zemmour.
    L'extrême droite aussi, c'était mieux avant

    Zemmour dénonce le "politiquement correct" comme Bernanos dénonçait la "bien-pensance" disent-ils, ignorant que la "bien-pensance" que dénonçait Bernanos, c'était celle de la bourgeoisie catholique et monarchiste gangrenée par l'argent, autrement dit, celle de leurs ancêtres.

    Les "bien-pensants" d'aujourd'hui, vus par Bernanos, se trouvent chez ces lecteurs de Zemmour qui sont aussi parmi les électeurs de Nicolas Sarkozy et de Marine Le Pen. Mais ceux là, par ignorance et/ou bêtise, sont persuadés que les bien-pensants, c'est la gauche. C'est dire que les droites 2014, qui célèbrent Zemmour, ne savent plus ce qu'elles sont, d'où elles viennent, ce qu'elles portent d'héritage et dérivent en pleine confusion.

    On résume : des lecteurs de droite lisent Zemmour en pensant renouer avec le gaullisme et une certaine idée de la droite alors qu'il est d'extrême droite, et des lecteurs d'extrême droite lisent Zemmour en croyant renouer avec les mânes littéraires de Rebatet, Barrès, Bernanos et compagnie alors qu'il est en fait l'héritier de Montaldo.
    Là réside la vertu du petit jeu proposé par Patrick Besson : démasquer deux fois Zemmour. Polémiste d'extrême droite, oui, mais sans le style qui fait le polémiste d'extrême droite. Et à travers ce petit jeu, de démontrer le naufrage politique et littéraire des droites françaises qui lisent "Le Suicide français".

    Contemplant ce malentendu, d'un point de vue littéraire, on peut pour une fois penser comme Zemmour : l'extrême droite aussi, c'était mieux avant...."



    "L'intégrale beauf" : comment Cabu fait un bras d'honneur à la France de Zemmour (Le Plus)

    RépondreSupprimer