mardi 7 octobre 2014

Merci les amis !

Relevé ce qui suit sur Facebook, ce jour :



- Médiapart 6/10


Jennifer Teege a découvert à presque 40 ans qu’elle était la petite-fille du « boucher d’Hitler », immortalisé dans le film de Spielberg « La liste de Schindler ». Elle raconte dans « Amon, mon grand-père m’aurait tuée » comment la révélation de ce secret a bouleversé sa vie.

Son grand-père, Amon Göth, était le commandant du camp de concentration de Plaszow, près de Cracovie, rendu célèbre par le film « La liste de Schindler ». Responsable de la mort de milliers de personnes, Amon Göth a été pendu en 1946. Sa compagne, Ruth Irene, la grand-mère de Jennifer, s’est suicidée en 1983.
Leur fille, Monika, a mis au monde en 1970 la petite Jennifer, née de sa relation avec un Nigérian (d’où son métissage). A quatre mois, encore bébé, Jennifer est confiée à un orphelinat puis sera adoptée à 7 ans par une famille juive. « J’ai vu de temps en temps ma mère jusqu’à 21 ans mais elle ne m’en avait jamais parlé. » La honte, sans doute.
Pas à pas, le choc que lui a causé la révélation de ce passé se transforme en une réflexion sur la mémoire, sur les conséquences dévastatrices des horreurs nazies sur les descendants des victimes mais aussi ceux des bourreaux.
A 43 ans aujourd’hui, Jennifer Teege travaille dans la publicité à Hambourg.



- Une équipe de scientifiques a réussi apparemment à traduire ce qui semble être un langage propre au dauphin. Sans surprise, cela confirme que, depuis le début, le dauphin se moque de nous, nous ridiculise, et nous insulte de manière outrancière.

Vulgaires et grossiers
On savait les dauphins parfois enclins à certaines pratiques douteuses, on sait désormais qu’ils sont surtout vulgaires, grossiers et mal éduqués. « Quand j’ai commencé à traduire ce que le dauphin me disait, j’ai eu un choc » raconte Cindy Orson, qui a dirigé le laboratoire qui s’est chargé de traduire ce langage dauphin. « J’ai commencé à traduire une première partie du langage et j’ai réalisé que cet enculé de dauphin était en train d’insulter ma mère, avec des mots très très choquants » affirme-t-elle. Elle a alors réitéré l’expérience avec d’autres dauphins, certains en liberté et d’autres en captivité, chaque fois avec le même résultat. « Les paroles sont très outrancières, on a l’impression d’avoir affaire à des ados mal élevés qui se croient tout permis »ajoute un spécialiste.
En outre, une analyse approfondie des bandes indique que le dauphin tient régulièrement des propos sexistes, racistes et antisémites. « Ils font ça tout le temps. Il n’y a pas un moment où ils n’en parlent pas entre eux, pour eux c’est normal. » explique la jeune femme qui précise que les dauphins n’ont strictement aucune pudeur, aucun tabou, aucune limite dans leur vulgarité. « Si vous saviez ce qu’ils disent sur les handicapés ou les autistes qu’on leur présente… On dit souvent que les dauphins veulent les aider, mais vous seriez très choqués et en colère » assure la scientifique.
L’expérience a d’ailleurs dû être stoppée après qu’un des dauphins étudiés s’en est pris à l’un des chercheurs. Le mammifère marin a ainsi professé de nombreuses et violentes insultes à caractère antisémite et négationniste, mettant en doute la validité de la théorie officielle des attentats du 11-septembre. Le scientifique ulcéré s’est alors jeté dans le bassin du dauphin pour en découdre et aurait manqué de se noyer.
Le Gorafi

- Humour du jour
« Un évêque et un rabbin sont assis à côté de l’autre au dîner.
On sert un plat de rôti de porc. Le rabbin refuse d’en prendre. L’évêque, d’un air malicieux :
- Vous n’en mangez pas monsieur le rabbin ?
- Non, monseigneur, ma religion me l’interdit.
- Comme c’est dommage ! Vous ne savez pas ce que vous perdez !
Le rabbin, à l’issue du dîner :
- Monseigneur, veuillez présenter mes hommages à votre femme.
- Mais je ne suis pas marié, ma religion me l’interdit.
- Comme c’est dommage ! Vous ne savez pas ce que vous perdez ! »

3 commentaires:

  1. Pour les dauphins, cela ne m'étonne pas. Trop polis pour être honnêtes. Tout lisses.Comme mon banquier et ses chaussures pointus. Comme des bouddhistes. J'aime les aspérités et les tempêtes. Les rochers noirs et les vents. Les mots forts et les dires hauts.
    L'habit ne fait pas le moine. Je suis un peu déçue quand même pour les dauphins. Skippy de mon enfance, quand j'y croyais encore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Skippy est maintenant vendu en boîte.

      Supprimer
  2. Oh oui 12H58, le dauphin c' était Flipper. Skippy, c' était le kangourou! Il y avait aussi la lionne qui louchait dans "Daktari".Belle et Sébastien. Le bestiaire enchanté de l'enfance.
    C'est bon le kangourou?

    RépondreSupprimer