jeudi 9 janvier 2014

Vive la potée !


J'aime la cuisine lyonnaise : le lard chaud, les grattons, le paquet de couenne,  le Jésus et la rosette, les rillettes et pâtés de campagne, le tablier de sapeur et évidemment la quenelle  (composée obligatoirement de semoule de blé dur ou de farine, de beurre, d’œufs, de lait et/ou d’eau et d’assaisonnements). Mais je ne sais pourquoi, l'indigestion me guette aujourd'hui à "penser quenelle".
Bref, pour détourner les regards de ce plat merveilleux (la quenelle), j'ai décidé de mettre en avant la potée...

La potée a un triple avantage :
- elle est facile à cuisiner : puisqu'elle est un mélange de viande ou de charcuterie, de légumes et de pommes de terre cuit dans le bouillon, absorbé par les ingrédients. Le plat est traditionnellement cuit à feu doux pendant plusieurs heures dans une cocotte par exemple. Il est souvent servi en plat unique.
- elle est un plat décliné dans toutes les régions de France et prouve la diversité des traditions françaises : la potée auvergnate (chou et porc), la potée berrichonne (haricots rouges cuits dans du vin rouge et jambonneau, la potée bourguignonne (viande de porc salée), la potée champenoise, une recette (viande de porc, chou et pomme de terre), la potée comtoise (viandes fumées et salaisons), la potée limousine, la potée lorraine, etc.
- elle est européenne : belge (potaye gaumaise, salade liégeoise, hochepot gantois), allemande (chou, porc, lard salé et saucisses), irlandaise (Irish Stew), italienne (potée milanaise), etc...

Après l’écœurement de la quenelle, mise à toutes les sauces, je propose donc de monter un mouvement irréversible de la potée. Brièvement, et avant que nous puissions envahir les sites Internet et médiatiques en général, pour diffuser notre idéal, voici quelques indications qui permettront à tous les futurs adeptes de vibrer à l'unisson :
- le geste de reconnaissance est tout simple : le bras droit tendu et levé avec l'index dirigé vers le ciel, le bras gauche tendu et baissé vers le bas, l'index pointant le sol. Facile donc et accessible à tous;
- la symbolique est assez évidente : tout ce qui est en haut est en bas et vice-versa. Équilibre binaire donc, dans l'unité du corps et de l'esprit;
- la signification de la potée est claire : c'est l'union de l'homme et de la nature, célébrée dans l'égalité, la liberté et la fraternité. En somme, tous frères (et sœurs, bien sûr), nous nous aimons et cherchons malgré toutes les difficultés rencontrées à faire avancer le monde sans attenter à la liberté de l'Autre.
L'unité symbolique du geste de la potée signifie que nous sommes dans un même système, aussi imparfait soit-il, et qu'il convient de faire fonctionner sans anathème, en rejetant tout nihilisme.

Ce mouvement vers le haut et vers le bas se situe à l'opposé de ceux qui prônent l'exclusion et la haine, en utilisant la démagogie et la cupidité.
Nous proposons que tous ceux qui sentent grandir en eux une volonté d'apaisement et de sérénité fasse le geste de la potée partout où ils leur semblent que notre société est en danger. Rassemblez-vous devant les mairies, dans les stades, devant les monuments aux morts immortalisant ceux qui se sont sacrifiés pour nous. Partout partagez votre envie de progrès et d'union entre les hommes en vous faisant photographier dans une potée d'espoir, dénuée de toute haine.   

Vive la potée

15 commentaires:

  1. Ce matin,certains doivent pédaler dans la choucroute.....Et vous, vous devenez autiste comme Binaisse......Merci,DIieudonné!!!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Touches pas à ma potée.

    RépondreSupprimer
  3. C'est l'aïoli pour Kucheida, qu' est-ce que Grassart, ancien directeur des services techniques de la ville d'HBT, à voir là dedans. Vous ne pouvez pas appronfondir vos talents culinéaires pour ne pas avoir un arrière goût dans la bouche et cuisiner un peu plus l'information (dieudonné c'est du " rassacage") après tout vous avez trouvé le dîner de Kucheida chez Veyrat payé avec la carte bleue de la soginorpa, mais là vous nous laissez sur notre faim.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et bientôt du pain noir à Oignies

      Supprimer
  4. faite attention AA, la police de la pensées socialiste va vous fermez votre blog, quelque soit la posture vous le risquez bien.
    notez bien sur votre agenda, aujourd’hui nouvel Édit de Nantes....la messe sera dite sur la scène du Zénith de Nantes,

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  6. l'ancien directeur des services techniques d'Hénin-Beaumont mis en examen dans l'affaire Kucheida a fait bâtir à Liévin. A t'il bénéficié d'avantages pour son terrain et avec qu'elle entreprise a t'il négocié!!! réfléchissement !!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne nous faites plus attendre !!! Avec quelle entreprise? A t'il bénéficié d'avantages?

      Supprimer
  7. Il doit y avoir à boire et à manger dans les explications de Kuchéida. Peut-être de la saucisse polonaise.

    RépondreSupprimer
  8. Connaissez -vous le "kig ha farz" Alain ?
    Je sais c'est connoté breiz...

    RépondreSupprimer
  9. Gérard Dalongeville, va gagner face aux Front National, No comment !!! Seul rempart aux FN et qui a servi de pantin au PS Local..............

    RépondreSupprimer
  10. Jean Ferrat - Ma France

    "De plaines en forêts de vallons en collines
    Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
    De ce que j'ai vécu à ce que j'imagine
    Je n'en finirai pas d'écrire ta chanson
    Ma France

    Au grand soleil d'été qui courbe la Provence
    Des genêts de Bretagne aux bruyères d'Ardèche
    Quelque chose dans l'air a cette transparence
    Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
    Ma France

    Cet air de liberté au-delà des frontières
    Aux peuples étrangers qui donnait le vertige
    Et dont vous usurpez aujourd'hui le prestige
    Elle répond toujours du nom de Robespierre
    Ma France

    Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
    Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
    Celle qui construisit de ses mains vos usines
    Celle dont monsieur Thiers a dit : "qu'on la fusille"
    Ma France

    Picasso tient le monde au bout de sa palette
    Des lèvres d'Éluard s'envolent des colombes
    Ils n'en finissent pas tes artistes prophètes
    De dire qu'il est temps que le malheur succombe
    Ma France

    Leurs voix se multiplient à n'en plus faire qu'une
    Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
    En remplissant l'histoire et ses fosses communes
    Que je chante à jamais celle des travailleurs
    Ma France

    Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
    Pour la lutte obstiné de ce temps quotidien
    Du journal que l'on vend le matin d'un dimanche
    A l'affiche qu'on colle au mur du lendemain
    Ma France

    Qu'elle monte des mines descende des collines
    Celle qui chante en moi la belle la rebelle
    Elle tient l'avenir, serré dans ses mains fines
    Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
    Ma France"

    RépondreSupprimer