mercredi 3 avril 2013

Bloc-notes


Voilà...

Voilà un ministre, Jérôme Cahuzac, chargé, entre autres missions de la plus haute importance, de lutter contre la fraude fiscale et qui, lui-même, est un fraudeur. Il vient d'avouer qu'il avait menti et triché...
Voilà un homme qui inspirait confiance, même à ses adversaires, et qui a osé traiter tout le monde, du simple citoyen au Président de la République, avec morgue et arrogance.
Voilà un homme politique qui a sali, pour longtemps, si tant est qu'elle pouvait encore être plus noircie, l'image des hommes politiques.
Voilà un scandale qui met en cause les principes mêmes de la République, ceux de probité, d'exemplarité et de  crédibilité de nos représentants.
Voilà une affaire qui vient, non seulement après d'autres affaires indignes (Woerth/Bettencourt/Sarkozy, sondages de l'Elysée, Karachi, ...), mais également après tant de mensonges et dénégations d'élus (Kucheida, Guérini, Dalongeville...).
Voilà également une confirmation des privilèges quotidiens dont abusent les élus, à quelque niveau que ce soit : ceux qui en profitent pour placer leur famille, ceux qui s'enrichissent en profitant de leurs fonctions, ceux qui agissent seuls sans tenir compte de l'intérêt général... 
Voilà un avertissement à tous ceux qui sont au pouvoir ou qui l'ont été, à ceux qui aspirent à remplacer les précédents : la vertu est la chose la moins bien partagée du monde et l'homme n'est qu'un homme, aiguillonné par l'ivresse du pouvoir et l'argent.
Voilà une question qui se pose à nous tous : ce n'est pas par les réformes, pourtant essentielles (limitation du cumul des mandats, chamboulement administratif, baisse des indemnités) que l'on rendra l'élu meilleur. Chez chacun d'entre nous, l'exemplarité est ou n'est pas : comment la discerner à coup sûr chez ceux qui se présentent à nos suffrages?
Voilà de simples citoyens qui doivent s'interroger sur eux-mêmes. En fonction de quoi peut-on exiger des autres ce qu'on n'exige pas pour soi-même, car qui n'a jamais fauté ? Pourquoi certains d'entre nous ont-ils réélus des hommes qui avaient déjà été condamnés (Mellick, Balkany...) ou dont la probité était plus que douteuse (Kucheida, Dalongeville, Médecin, Guérini...) ?
Voilà une presse indépendante exemplaire qui a pu faire son travail d'investigation sans céder aux pressions financières et malgré les critiques de certains confrères profitant de leur statut privilégié sur la scène médiatique.
Voilà le constat : nous sommes devant nos responsabilités. Il ne servira à rien de croire tous ceux qui poussent déjà des cris d'orfraie ou qui veulent se faire plus blancs que blanc.
Voilà l'interrogation essentielle : que faire pour que l'Homme s'améliore afin que la politique soit digne de la démocratie ?



22 commentaires:

  1. dehors les escrocs3 avril 2013 à 10:32

    les affaires au niveau local comme au niveau nationale les hommes politiques ne sont plus credible

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à l'école les commentateurs , ça ne peux nuire

      Supprimer
    2. Vous oubliez la majuscule en début de phrase, et regardez bien votre virgule, donneur de leçons.

      Tom Jericho.

      Supprimer
  2. Le président de la république était au courant de cette affaire depuis plus longtemps qu'il ne le laisse entendre et chacun en tirera ses conclusions.
    Ou il n'était au courant de rien, malgré tous les moyens que disposent l'état et alors j'en tire la conclusion que nous sommes dirigés par un neuneu et cela me rempli d'effroi.

    Elections piege à c.........

    RépondreSupprimer
  3. Il a bien été président de la commission des finances sous Sarkozy au nom de l'ouverture ?
    Et oui, il a fait le jeu du "tous pourris" mais comment ne pas commencer à y croire ? Et que le FN ne se réjouisse pas, ceux sont EUX AUSSI des hommes et des femmes politiques ....
    Et si les hommes politiques et les syndicalistes restaient, comme les élus des petites communes, dans la vie "normale" ?

    RépondreSupprimer
  4. régulièrement l'express interroge les parlementaires sur l'état de leur patrimoine...
    Notre célèbre député Albert FACON n'a jamais eu la décence de leur fournir...celui est peut être bien fourni...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Facon a bien su intégrer les leçons de Fatous et a su se retirer avant que les choses ne se gâtent pour lui. Il vit de ses retraites de député, d'enseignant et d'exécutif de collectivités locales et d'intercommunalité. Ce n'est donc pas lui qui souffrira d'un manque de revenus courants pendant sa retraite... De plus, au long de sa carrière politique qui l'a amené à fréquenter des habitués de l'enrichissement abusif par les affaires en lien avec les responsabilités politiques, il a eu tout le loisir de se doter d'un capital immobilier qu'il n'aurait certainement pu constituer avec son salaire d'enseignant.
      Voilà le symbole même de ce qui est haïssable chez ces politiciens; le crime est en plus double parce qu'ils se réclament du PS qu'ils ont abusé en bons parasites; n'hésitant pas à donner des leçons aux plus humbles. De vrais salauds qui devraient être frappés d'indignité nationale.

      Supprimer
  5. voilà qui va encore faire le jeu du fn , voilà pourquoi germe sra pas elu en 2014

    RépondreSupprimer
  6. VIVE LA RIPOUBLIQUE VIVE LA FINANCE!!

    RépondreSupprimer
  7. MArine.Le Pen qui appelle à la dissolution du gouvernement !
    L' Ump qui demande des comptes au Président et au 1er Ministre !
    Mais quelle honte !!

    Copé qui a triché dans les élections contre Fillon!
    l'affaire Woerth avec Mamie zinzin, MAM et ses amitiés bizzaroïdes Tunisiennes ! Brice Hortefeux et ses casseroles !

    Pas mieux chez le FN !

    Sans oublier le ponpon : Mis en examen de Sarkozy et la mise en cause des petits soldats UMP contre le Juge Gentil!

    RépondreSupprimer
  8. Le FN ne peut en être content, car il traine de bonnes casseroles, il suffit de se rafraîchir la mémoire simplement.

    RépondreSupprimer
  9. le socialisme à la française : au mieux une posture, au pire une imposture

    RépondreSupprimer
  10. "Nîmes : un élu FN condamné à une amende de 4000 euros"
    -Le conseiller régional Front national du Languedoc-Roussillon Julien Sanchez a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Nîmes à 4000 euros d'amende, pour avoir laissé publier sur son mur Facebook des commentaires à connotation raciste.-
    Si seulement il n'y avait que cela, voilà, le vrai visage du FN.......
    ----- Source: RMC---------

    RépondreSupprimer
  11. François Hollande par rapport à l'affaire Cahuzac je cite:"les élus condamnés pour fraude fiscale ou corruption seront interdits de tout mandat public"!! et bien Gérard!! je crois que la vie politique se termine définitivement pour toi...

    RépondreSupprimer
  12. En politique, il ne faut pas être hypocrite et ambitieux pour bien gérer une association. Et quand ses bons militants partent, oups, c'est vite, "faire peau neuve", c'est faux.......
    Quand on ne sait pas gérer une association, on ne peut prétendre et avoir l'ambition d'être Maire ou conseiller municipal................

    RépondreSupprimer
  13. Sur tous les médias, tous en cœur : ‘’ Le danger, c’est maintenant le tous pourris ’’ ! ( Le populisme, leur nouveau mot magique), sous entendu, la faute, vient des français, qui pensent mal, parlent mal, et risque de mal voter, mais en aucun cas, de la faute de leurs hommes politiques pourris jusqu’ à l’os.

    La bombe est à fragmentation : Penel affirme que le premier ministre était au courant depuis longtemps, et accuse Moscovici, d’avoir protégé Cahuzac et son ancien adversaire politique, peut prouver , qu’il a averti l’Elysée le 15 décembre de cette année.
    Nous n’avons pas fini, de rire et de devenir ‘’ populistes’’.

    RépondreSupprimer
  14. Je n'ai rien contre le cumul des "posts", mais F. vous faites fort aujourd'hui... ;)

    Tom Jericho.

    RépondreSupprimer
  15. http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/04/03/un-proche-de-marine-le-pen-a-ouvert-le-compte-de-m-cahuzac-chez-ubs-en-1992_3153137_823448.html

    A lire tout simplement, aucune excuse possible.....

    RépondreSupprimer
  16. Merci F.
    Je publie ce texte (qui date d'il y a une heure)et que je n'avais pas lu, trop occupé à peaufiner mon texte pour demain.
    Pour répondre à Tom Jéricho, je pense que que F a été tellement choqué(e), comme beaucoup d'entre nous, qu'elle a eu besoin de s'épancher...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de soucis.

      Tom Jericho.

      Supprimer
  17. Cahuzac avait l'estime de ses adversaires parce qu'il avait les memes relations que la droite avec la haute finance.Que ce soit au niveau locale,national voire européen,c'est le monde de l'entreprise,ceux qui refusent quelques euros d'augmentation aux ouvriers qui créent des richesse,qui arrosent les élus.ceci n'excuse pas les élus corrompus,mais dans tous les scandales politiques que vous citez il y a un point commun: le détournement de sommes colossales de l'entreprise vers les élus qui ne resistent pas à la préssion de l'argent facile.

    RépondreSupprimer
  18. @14:20, vous pouvez toujours rêver, l'an dernier , l'ex 1er secrétaire, candidat à la présidence avait alors promis:"le changement, c'est maintenant! Fin du cumul des mandats...." Paroles..paroles...paroles.... Les promesses n'engagent que ceux qui pourraient encore y croire... et ils sont de moins en moins nombreux!

    RépondreSupprimer