lundi 1 avril 2013

Des hommes et femmes politiques exemplaires...


Le Préfet a obligé les communautés d'Agglo de Béthune-Bruay (Artois Comm) et de "Noeux et environs" (CCNE) (6 communes !) à fusionner : le nombre de délégués communautaires va passer d'environ 150 (137 dans le première, nombre inconnu pour la seconde !) à 128 et le nombre de vice-Présidents de 34 (!) à 15. Ces décisions de diminution de postes ont été prises par les élus eux-mêmes !
L'Agglo du Douaisis (CAD) va voter, prochainement, pour une diminution du nombre de ses délégués de 82 à 60 et du nombre de ses vice-présidents de 21 à 15.
Les élus du Cateau-Cambrésis ont décidé de leur coté de réduire leurs indemnités "pour accroître leur politique sociale".
Par contre, rien ne bouge, pour le moment, dans les Agglos de la CALL, Lens-Liévin (27 vice-présidents pour 36 communes) et de la CAHC, Hénin-Carvin (14 VP pour... 14 communes). Rien ne change non plus pour les indemnités versées aux élus des Agglos, ni pour celles des élus municipaux.
Je suis pour que les élus soient indemnisés. Par contre, je pense que, en ces temps de crise où les populations se serrent la ceinture, où l'état va sabrer dans les dotations aux communes, il faudrait que les élus montrent l'exemple, comme dans les collectivités ci-dessus, à leurs concitoyens (ce serait d'ailleurs un geste apprécié à un an des municipales...). Voici, à titre d'exemple ce qui pourrait être fait (temporairement, en attendant des jours meilleurs ?) :
- dans les communes, les élus devraient voter une diminution conséquente de leurs indemnités (de 25 à 30 %), totale pour les parlementaires/ élus locaux indemnisés,  moins 50 % pour le conseiller général ou régional/ élu municipal indemnisé ou des 2/3 pour des fonctions exécutives au conseil régional ou général.
- dans les intercommunalités, même principe, avec une règle supplémentaire : une réduction de 50% des indemnités des présidents et vice-présidents, par ailleurs maires de leur commune ou conseiller général ou régional. Un Président ou VP, par ailleurs parlementaire, ne recevra plus rien au titre de ses fonctions à l'Agglo.

Ainsi, un président d'Agglo (émargeant à 3000 euros), maire (par exemple: 1500 euros) et conseiller général (2500 euros). Avec l'exemple d'abattement proposé, il recevrait 1500 euros en tant que Président et 750 euros comme maire. Soit au total,  4750 euros (il conserve, bien sûr, son indemnité de conseiller) au lieu de 7000 euros, soit près d'1/3 en moins.
Autre exemple, un député (6500 euros), maire (2000 euros) et vice-président d'une Agglo (1500 euros) : en tant que maire et vice-président, il ne percevra plus rien, mais continuera à recevoir ses indemnités de député. Soit 6500 euros au lieu de 10 000 euros (moins 35%).

Il faut, d'autre part, diminuer le nombre de vice-présidences (par exemple : ne conserver qu'autant de VP que la moitié du nombre des communes adhérentes à l'Agglo, soit 7 vice-présidents pour Hénin-Carvin), en innovant peut-être avec des vice-présidences tournantes : ainsi à la CAHC, chaque commune aurait droit à une vice-présidence pour 3 ans.
Tout cela est à affiner, bien sûr, mais le principe est là : il faut alléger le montant des indemnités versées localement. Je sais bien que cela pèse peu dans les budgets, mais il s'agit là de symbole et d'exemplarité...

Je le répète, je ne fais pas là oeuvre de démagogie. Je propose que, face à la grogne de la population contre les élus, leur cumul et leurs privilèges, les mandataires du peuple prouvent qu'ils ont un sens civique. Que non seulement ils ne courent pas après des revenus, mais qu'également, ils démontrent qu'ils comprennent les difficultés financières de leurs mandants et sont prêts aux sacrifices pour le bien commun... Je suis certain que l'unanimité se dégagera parmi eux ! 


35 commentaires:

  1. les conneries du jour,tirées du livre «  le dictionnaire de laurent baffie « .à ne pas confondre avec les binaissades quotidiennes.
    Escargot : limace qui a accédé à la propriété
    escroc:personne qui commence toutes ses phrases par «  fais-moi confiance,"

    RépondreSupprimer
  2. mr david noel.
    expliquez nous pourquoi :
    alors qu'au niveau national,le front de gauche et le P.C.,fustige,incendie,honnie,vilipende,le P.S. ,vous allez oser passer des accords électoraux et municipaux ,en 2014.avec selon toute vraisemblance le M.R.C. de georges bouquillon,bras armé de J.M.A..qui fut le plus grand soutien de dalongeville.il le soutint jusqu'au bout,y compris quand il fut embastillé à longuenesse.il le fit élire en 2001 avec l'appui du 1é adjoint et en 2008.pour les vieux communistes qui dorénavant votent F.N.,vous êtes devenu illisible.vous n'allez quand même pas nous refaire le coup de l'opposition interne de 2008.autant d'intelligence ,mise à la disposition d'un P.S. ripoux 62 et de ses complices, quel gâchis !!!.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous savez la réponse. Le PC n'est plus qu'un parti d'élus locaux. Il ne représente rien au niveau national, et les militants doivent faire des alliances avec le PS. Bref, il faut bien manger...

      Supprimer
  3. Lu sur la voix du nord aujourd'hui sur le parcours du coeur,c'est bien la preuve que seule l'usep est habilitée à organiser cette mission de service publique en partenariat et qu'on n' avait pas l'utilité de "déléguer" cette mission à l'ODS qui coutait 122 000 euros de subvention pendant 3 années.

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas validé plusieurs commentaires de ce matin, parce que je ne souhaite pas faire de la pub à ce qu'ils dénoncent. Ce n'est pas important et personne (ou presque) n'est au courant et ne s'en rendra compte ! Croyez-moi c'est bien la meilleure des réponses à vos préoccupations justifiées.

    RépondreSupprimer
  5. Et si on fusionnait la CALL et la CAHC pour en faire une seule entité politique et technique ? Moins d'élus, moins de doublons, un service public optimisé et sans doute élargi par une réorganisation des services (et donc plus de services publics à moyens humains et financiers constants), une meilleure visibilité pour les citoyens et une véritable "force de frappe" tant économique (capacité d'investissements) que politique (50 communes et 380 000 habitants) .... Quitte à faire des économies et à montrer l'exemple à la population.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette idée est ancienne, mais en dehors des faux problèmes techniques qui en empêchent la réalisation, il y a des problèmes de pouvoir : qui sera président ? Comment cnvaincre de nombreux vice-présidents actuels qu'ils ne le seront plus...Alors, réduire les indemnités en outre, quelle plaisanterie !

      Supprimer
    2. "Comment convaincre de nombreux vice-présidents actuels qu'ils ne le seront plus...Alors, réduire les indemnités en outre, quelle plaisanterie !"
      Je trouve qu'il y a une contradiction entre ce commentaire et votre article plus haut. Peut-être ai-je mal lu ? Vous proposez, tout en sachant qu'ils ne le feront pas. Pas étonnant du reste avec ces ... . Alors qu'elle utilité cette proposition, si ce n'est que de pouvoir rappeler qu'ils s'accrochent à leurs indemnités comme une moule à son rocher.

      Par ailleurs, l'idée de fusionner ne date pas d'hier, c'est vrai. A l'orée des années 2000, déjà. Mais une lutte pour la place et pour ses copains s'est vite engagée, au-delà des discours de bonne intention, comme toujours, entre les Présidents des 2 agglos.
      Mieux vaut sa petite seigneurie où l'on est le maître, que de se fondre dans un royaume plus grand et n'y être qu'un serviteur du Roy.

      Tom Jericho.

      Supprimer
    3. Jze propose, parce qu'on ne sait jamais...Et puis je suis tenace !

      Supprimer
  6. Votre proposition est pleine de bon sens, Alain.
    Mais croyez vous qu'elle soit du goût des profiteurs du système qui diront toujours: "faites vous élire d'abord", pour le reste, c'est à nous, "élus", de faire...et quand on connaît le sens de "confraternité", on comprend mieux les orientations locales d'un Parti communiste, lequel rejoint les autres partis (grands ou petits) quand il s'agit de leurs revenus ou de leurs indemnités.
    Pour ceux qui occupent un poste rémunérateur et qui risquent de le perdre, comment feront-ils pour rembourser leur maison, construite exclusivement grâce aux indemnités d'élus ? Vous vous rendez compte qu'il seront obligés d'être comme les autres salariés !
    On peut toujours faire croire, le 1er Avril...

    RépondreSupprimer
  7. à 9:
    Nous sommes d'accord. Approfondissez la notion de délégation. Vous y verrez que l'on ne peut déléguer que ce que l'on a.
    "La plus belle femme ne peut donner que ce qu'elle a"

    RépondreSupprimer
  8. Se serait intéressant de voir ça pour redonner un peu de crédibilité aux élus . Malheureusement quand on voit la loi sur le cumul des mandats et les difficultés à la mettre en place . Diminuer leurs indemnités c est de l utopie . Certains élus préféré diminuer drastiquement les subventions .

    RépondreSupprimer
  9. Les débats budgétaires qui ont lieu actuellement au sein des conseils municipaux sont passionnants. Deux exemples tirés de la VDN d'hier (Edition du Mélantois) : A Seclin (je cite le journaliste, page 20) "Avant d'en venir aux chiffres, un constat : la ville de Seclin est une "veinarde". Là où la plupart de ses voisins se serrent la ceinture, elle peut, cette année encore, compter sur de confortables rentrées liées aux dynamismes de ses zones industrielles et commerciales (par le biais notamment de l'attribution de compensation de la taxe professionnelle qui atteint 7,2 M€".
    A Wattignies, la commune voisine (page 22, Un conseiller municipal qui évoque la répartition de l'ancienne taxe professionnelle) : " les communes les plus riches prospèrent sans égard pour les communes les plus pauvres. Sommes-nous condamnés à l'indigence financière qui ne fait que s'aggraver ? Wattignies n'a pas de zone industrielle ou commerciale mais offre des logements et équipements aux familles qui travaillent dans ces zones."
    Quitte à faire un geste fort en direction de la population, une véritable réforme fiscale s'impose aux sein des collectivités locales et au delà une réforme du "millefeuille" administratif est de plus en plus d'actualité ... Des économies peuvent être évidemment faites dans le secteur public mais au delà on voit bien qu'en repensant en profondeur l'organisation territoriale de notre pays, on peut optimiser les services publics en concentrant la dépense là où il y a le plus de besoins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wattignies est dans le même cas que Noyelles-Godault !

      Supprimer
    2. Seclin, plutôt, est dans le même cas que Noyelles-Godault, ... Wattignies est au contraire une cité résidentielle, d'où l'argument de l'élu en CM

      Supprimer
  10. A 10H05, non publié : nous sommes le 1er avril...

    RépondreSupprimer
  11. démissions imminentes des 12 de la majorité municipale

    RépondreSupprimer
  12. Réponses
    1. humour selon alteres and co

      Supprimer
  13. Je trouve étrange, et pour tout dire anti-démocratique qu'un préfet oblige une fusion entre deux communautés. Il n'est pas élu, il ne devrait pas obliger à des décisions qui devraient émaner du peuple. Conseiller, proposer, pourquoi pas, mais obliger, voilà qui est grave.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'estb la loi qui oblige et le Préfet est chargé d'appliquer après consultation d'une commission départementale.
      Cette loi sakozyste avait été votée presque unanimenent pour que cesse l'émiettement des intercommunalités qui coûte cher et sert souvent de prétexte pour arrondir les indemnités des élus communaux...
      Un jour je vous raconterai le scandale de cette structure, la CCNE (Communauté de communes de Noeux et environ), en plein coeur d'Artois Comm et regroupant 6 petites communes, servant des indemnités à ses 5 vice-présidents, créée uniquement pour que M Villedary, maire de Noeux et conseiller général, reste president de quelque chose...Je ne vous parle pas du siège qui a été construit spécialement alors que l'on savait que cette communauté serait un jour dissoute ! D'ailleurs M. Villedary, malade depuis quelques années, s'accroche : il vient d'annoncer qu'il se représenterait en 2014, à la mairie.
      Je vous ferai part également de mes nombreuses altercations publiques avec cet autocrate que peu ont osé attaquer de front. J'ai oublié de dire que ce monsieur est PS (du 62, bien sûr).

      Supprimer
    2. Bien au contraire: il est là pour faire appliquer la loi. On regrette suffisamment la faiblesse du contrôle de légalité dans ce département.
      Or, le préfet est le représentant de l'Etat et du gouvernement dans le département. Il n'est pas élu et heureusement! il n'est donc pas prisonnier de son électorat ou de son clan; et si jamais il marque une préférence, son temps d'action est forcément compté eu égard à la durée de son poste.
      En sa qualité, il doit assurer le contrôle de légalité et la mise en oeuvre des lois et réglements.
      C'est la loi qui a fixé le nombre des élus; ces derniers ne pourront s'y soustraire, car si le préfet ne veille pas, ce sera alors au comptable du trésor qui -s'il vient à verser des indemnités à des élus qui ne peuvent en avoir- sera responsable de ses propres deniers !
      C'est d'ailleurs dommage qu'il n'en soit pas de même pour l'ordonnateur: l'ancien trésorier principal d'Hénin Beaumont aurait sûrement moins souffert.
      Enfin, d'une manière plus générale, supprimez le représentant de l'Etat dans les départements et vous verrez ce qu'il advient des marchés publics et d'une manière générale de l'égalité de traitement des citoyens.
      Dans une décentralisation mal équilibrée les 30 années passées -surtout dans notre département- devrait vous éclairer.

      Supprimer
    3. Heureusement que de temps en temps, les représentants de l'Etat sont là pour "secouer le cocotier", sinon les baronnies, les féodalités resteraient en l'état. C'est de l'argent public qu'il s'agit .... Il ne faut jamais l'oublier ... La réforme de la carte de l'intercommunalité menée en 2012 a connu un succés relatif mais a quand même apporté un peu de cohésion : outre la situation de la CCNE, on peut citer la fin des communes isolées : Pont-à-Marcq ou Hazebrouck et des avancées dans le Pévèle et Mélantois. Il faut considérer cette réforme comme une nouvelle étape significative vers des territoires pertinents de projet ...dont les intercommunalités auront atteints la taille critique pour peser et gérer avec des moyens techniques, financiers er humains.

      Supprimer
  14. Imaginez Binaisse et consorts proposant une baisse
    de 30% de leurs indemnités.Ils préfèrent ponctionner la
    culture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les élus l' ont fait dés leur investiture en 2009 , meme si on est déçu par ce qui se passe , votre imagination est à mettre au placard

      Supprimer
    2. 15H22 doit être un élu rémunéré ! Il y a toujours une bonne raison pour conserver le statu quo !

      Supprimer
  15. je viens de regarder BFMTV il annonce la démission de JM AYRAULT notre premier ministre.....j 'ai zapper sur d'autre chaines d'info en continu...c'est confirmer...par la chaine chasse et PECHE.....

    RépondreSupprimer
  16. dans les critiques contre les indemnités des élus,il faut intégré que les conseillers municipaux ne touchent rien et que le cumul des mantats et indemnité concerne une minorité d'élus.Pour les interco le problémes est de deux ordres,financier et emploi du temps.On sait que c'est à ce niveau que se prennent les grandes décisions.Comment un cumulard peut-il étudier sérieusement ses dossiers.La loi sur les cumuls devrait intégrer les exécutifs des interco et il y a des aberrations ,un maire qui est indemnisé pour sa fonction est largement rémunéré comme vice président où vice président.alors qu'il ne siege pas à deux endroits en meme temps.et quand on regarde bien nos Maires dans le bassin minier sont pour beaucoup des permanents qui n'ont plus d'activité salariale.une seule indemnité globale et raisonnable suffirait.

    RépondreSupprimer
  17. arrêtez de dire du mal du P.S. ripoux 62.vous faites le jeu du front national.pas eux.Ils sont tous honnêtes,compétents ,non cumulards,défendent le peuple de gauche.ils n'ont qu'une seule ambition : le bonheur de leurs électeurs et de leurs contribuables.ils ne font pas de magouilles,de détournements de fond public,d'enrichissement personnel.ils ne placent pas en priorité,leurs gendres,leurs fils,leurs filles,leurs maitresses,leurs amants,leurs familles,leurs élus chômeurs anciens ( e) caissier (e) de supérette,leurs femmes de ménage,leurs neveux,leurs nieces,etc,etc..
    signé : pois (s)on d'havre il.

    RépondreSupprimer
  18. tous les nombreux commentaires de ce jour confirment ce que je pense depuis longtemps.chez ces gens là ,monsieur, :ils n'ont qu'un seul but.s'en foutre plein les poches par tous les moyens,le plus possible et le plus vite possible.quelque fois que cela ne durerait pas.5 ans,ça passe tellement vite.des autres ,ils n'en ont rien à foutre.c'est la véritable motivation de toute cette mafia politique.ces responsables et ces coupables doivent être chasser sans coup férir.assainissons cette camora.et il n'y a qu'une seule solution.commençons en 2014.

    RépondreSupprimer
  19. Pour revenir au sujet qui a fait le buzz hier sur toutes les tv: l'effort des maire et adjoints du Cateau-Cambraisis décidant de renoncer à 10 % de leur indemnité: observons deux aspects:
    1)le montant des indemnités est mentionné en maximum : libre à chaque collectivité de délibérer sur les émoluments de leurs édiles dans la limite du taux maximum.
    2)Les décideurs du Cateau-Cambraisis ne sont inféodés collectivement à aucun parti; Ils démontrent donc, en creux, la nocivité des partis majoritaires dans notre région.

    RépondreSupprimer
  20. Que proposez vous pour des élus municipaux d'une commune de moins de 10000 habitants, maire, adjoint et conseiller d&élégué ?

    RépondreSupprimer