jeudi 17 avril 2014

"Pour monter au cocotier, il faut avoir le c...propre"



Communiqué (14 avril) du FN :
"L’Union européenne a parlé, Manuel Valls a répété : le gouvernement doit réduire ses dépenses de 50 milliards d’euros sur trois ans. Une partie de ces coupes doivent être réalisées dans les dépenses sociales et un rapport de la Cour des comptes fuité dans le JDD détaille notamment une mesure qui permettrait d’économiser 800 millions d’euros par an.
On aurait pu imaginer que ces économies se fassent en luttant contre la fraude massive, aussi bien du côté des particuliers que des entreprises, ou en supprimant enfin le remboursement à 100% des dépenses de santé des clandestins, via l’AME. On aurait pu penser que la Cour se serait intéressée aux allocations versées des années durant aux demandeurs d’asile, aux remboursements accordés aux bénéficiaires de la CMU-C, qui n’ont rien à envier aux mutuelles haut de gamme, ou encore aux « aides à l’équipement » versées par les CAF aux allocataires pour qu’ils s’achètent une nouvelle télévision..."

Cette litanie sur les étrangers est insupportable alors que les fraudes les plus importantes sont le fait d'élus, à commencer par ceux du FN et pas n'importe lesquels. Vous voulez des exemples  En voici 3 :

1- Le premier est celui du "micro-parti" du FN, créé pour "pomper" l'argent de l’État, c'est-à-dire, des contribuables, en se faisant rembourser des dépenses de campagne, bien sûr surévaluées... puisque correspondant à des prestation réalisées par une société-amie. Voir cette information du Monde du 15 avril :
" Une information judiciaire contre X a été ouverte le 3 avril pour « escroquerie en bande organisée », « faux et usage de faux », concernant Jeanne, le microparti de Marine Le Pen, selon le parquet de Paris. Elle fait suite à une enquête préliminaire déclenchée en 2013 par le signalement de la Commission des comptes campagne, qui avait été révélé par le site d'information Mediapart. Dans cette enquête étaient notamment visés les prêts accordés à des candidats du Front national lors des cantonales de 2011 et des législatives de 2012.
Selon nos informations, des perquisitions ont eu lieu le 7 avril visant la galaxie Riwal, l'entreprise de Frédéric Chatillon, qui s'occupe de l'ensemble du matériel de campagne du Front national.
Le microparti, créé à la fin de 2010, a prêté « environ 600 000 euros » à l'association de financement de la campagne présidentielle de Mme Le Pen, nous déclarait en juillet 2012 Jean-Michel Dubois, son mandataire financier."

2- Avant qu'il ne soit élu maire, S. Briois, était le bénéficiaire du versement par M. Le Pen, de l'écrêtement imposé à la députée européenne et conseillère régionale (dont l'absentéisme fait l'objet d'articles récurrents de la presse, non seulement française, mais également européenne). On n'a jamais su si S. Briois, secrétaire général du FN, était également indemnisé au titre de cette dernière fonction. Bien sûr, dans d'autres partis, on trouve des cas similaires et le FN ne se fait pas faute de le faire remarquer... Mais, comme le dit un adjoint héninois FN, le singe, avant de monter en haut de l'arbre, doit avoir le "cul propre". Maire d'Hénin, conseiller régional, conseiller communautaire (je ne pense pas qu'il sera élu vice-président...), secrétaire général de son parti, bénéficiaire du trop-plein d'indemnités de sa présidente... Dans son communiqué cité au début de ce post, plutôt que de s'en prendre aux étrangers, le FN ferait mieux de penser aux cumulards politiques dont de plus en plus de ses élus font partie.

3- On se souvient de la polémique lancée par Médiapart sur le fait que Louis Aliot (compagnon de MLP) était assistant parlementaire à mi-temps, payé 5000 euros par mois... voir http://www.20minutes.fr/politique/1189851-20130718-marine-pen-accusee-conflit-dinterets-parlement-europeen. Plainte en diffamation déposée par MLP.
N'empêche, Louis Aliot était bien attaché parlementaire de la députée européenne. On sait d'autre part qu'il fut vice-président chargé du projet du FN de 2011 à 2012. Qu'il fut candidat aux législatives en 2012, aux municipales de Perpignan en 2014, et qu'il est, depuis 2010, conseiller régional en Languedoc Roussillon. Depuis quelques jours, il est conseiller municipal à Perpignan.
Ah, j'oubliais ! En 2010, il s'est installé comme avocat à Perpignan (http://lavocaliot.blogspot.fr/).
Vous croyez qu'il exerce véritablement le job d' attaché parlementaire pour lequel il est rétribué par l'Europe ? De qui se moque-t-on ?


33 commentaires:

  1. Selon le dernier rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques, les différentes formes d'évasion et de fraude fiscale s'élèveraient de 60 à 80 milliards d'euros. Ce qui équivaudrait à un manque à gagner de "16,76% à 22,3% des recettes fiscales brutes" en 2012, précise le document... C'est la faute des étrangers!
    Hier, les 150 ouvriers d'une annexe de la Seita France de Carquefou ( près de Nantes où une maman d' élève travaillait depuis 15 ans) ont appris, par la presse, qu'ils étaient licenciés. Les bons de commande étaient pleins et l'entreprise dégageait de gros bénéfices. Pas assez semble t-il pour les actionnai... pardon les étrangers. Et oui, c'est de leur faute...
    Le smic est trop élevé...selon Gattaz. C'est un scandale que les r mistes vivent dans une telle opulence, un frein à l'emploi Les jeunes pourraient être employés en dessous du Smic. Mais.c'est la faute aux bénéficiaires de l'AME et de la CMU-c, bien évidemment.
    Les cumulards FN cumulent sans vergogne, c'est la faute à l'UMPS et aux étrangers, c'est évident.
    Le parti d'extrême droite est le parti qui bat le record de nombre de condamnés dans ses rangs ( 15 pour cent)... Ce n'est pas de leur faute mais celle des étrangers et de l'UMPS associés aux ligues judéo-maçonniques-islamistes-droits de l'hommistes-bobos-artistes-fumeurs de joints-guitaristes de rue-profs bisounours-métis-musulmans-prêtres ouvriers-rappeurs-dreadlocks-écologistes-homosexuels-ceux qui n'apprécient pas les mémères qui habillent leurs toutous l'hiver qui chient partout ( les chiens pas les mémères)-écologistes-amateurs de musiques du monde- amateurs de couscous-amateurs de kebab-amateurs des autres- lecteurs, lectrices- ceux qui ne disent pas:"je suis pas raciste, mais..."-féministes - pro-avortement- anti "tous pourris" et surtout ceux qui réclament que la loi soit respectée en matière d'aménagement d'aires d'accueil pour les gens du voyage-ceux qui donnent une pièce aux personnes qui mendient, même si ce n'est pas satisfaisant - utopistes-ceux qui ne cherchent pas de boucs émissaires...


    RépondreSupprimer
  2. Lors d'une conférence à Namur le 15 mai 2013, François Asselineau fait un portrait critique du Dalaï Lama et discrédite le chef spirituel des Tibétains au sujet de ses relations douteuses avec d'anciens nazis et ses liens étroits avec les américains....

    Oups... des imposteurs partout. Sans les attributs de leur pauvre pouvoir, ils ne sont plus rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle entend des voix ? Non, seulement la sienne.

      Supprimer
    2. C'est Jeanne qui les entendait!

      Supprimer
    3. Ahhh... c'est mary-jeanne... on comprend mieux.

      Supprimer
    4. Mary, il aurait fallu peut-être expliquer qui est l'affreux F. Asselineau pour éviter ces commentaires...que je ne qualifierai pas. Vous me direz, les blogueurs concernés auraient pu s'informer... mais c'est peut-être un peu trop demander

      Supprimer
    5. Les cumulards FN (sic) ,comme ci c était du seul apanage du FN ??Malheureusement il n' y a pas qu' eux qui cumulent sans vergogne Mary!

      Supprimer
    6. On ne fait pas la morale aux autres dans ce cas même si l'on attrape pas les mouches avec du vinaigre...

      Supprimer
    7. Ce qui est savoureux c'est que 7H44 et 12H07 se moquent d'eux mêmes en croyant se moquer de moi...
      Ce sont des propos rapportés, que je moquais bien sûr, d'un personnage proche de l'extrême droite!!!

      Supprimer
    8. Vous oubliez une chose, ces 2 là ne sont peut-être pas de l'extrême droite. Votre vision étriquée vous va à ravir.

      Supprimer
    9. Mais anonyme, je n'ai rien dit de tel sur ces deux personnes, je m'amusais et je l'ai fait sciemment...je vous retourne le compliment, votre humour étriqué également.

      Supprimer
    10. Oh la pirouette ! Quelqu'un a dit girouette ?

      Supprimer
    11. Rires! Allez, soyez beau joueur. C'était une blagounette et il n'y a pas mort d'hommes... Rires.

      Supprimer
  3. Briois deuxième derrière le pen donc futur député européen au détriment d'Hénin Beaumont, le fric d'abord pour ce modeste petit fils de mineur par ailleurs aussi mandataire financier de "jeanne" dans les statuts.
    Au fait des villes fhaine ont baissé les indemnités d'élus, qu'en est il d'Hénin Beaumont???

    RépondreSupprimer
  4. Le pire,c'est que même battu par binaisse,il aurait été quand même en deuxième position derrière lepen.la différence c,est que peut-être il aurait été moins souvent à Hénin et un peu plus à Bruxelles.( pas sur ,s'il fait comme sa patronne )

    RépondreSupprimer
  5. Les responsables et les coupables de cet état de chose,ce sont qui.en France,c'est l'U.M.P.S. et leurs complices.qui profitent depuis si longtemps de ce système.pourquoi les autres n'y aurait ils pas le droit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, voyons...
      Vous n'avez pas honte de dire des choses pareilles ?

      Supprimer
    2. Chouette la mentalité FN. Ce n'était pas front haut, mains propres... ?

      Supprimer
    3. Non, c'est bas du front.

      Supprimer
    4. Cela suscitait moi de réactions quand cela concernait les copains UMPS non?

      Supprimer
    5. Le FN trompe et fait la morale... en plus!

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  7. et ,alors, cela vs géne q' un fils d ouvrier devient député

    RépondreSupprimer

  8. Et que pensez vous de l'équipe de bras cassés qui va relevé la France Mr Alpern

    Examinons les 18 biographies de ces combattants (le Président de la République, le Premier ministre et ses 16 ministres).
    Avant de sacrifier leur carrière privée au nom de l’intérêt général, combien d’années les membres de l’état-major de la lutte contre le chômage ont-ils passé dans les tranchées de l’économie réelle ?

    François Hollande, 60 ans, dans la vie active depuis l’âge de 26 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Manuel Valls, 52 ans, dans la vie active depuis l’âge de 21 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Laurent Fabius, 68 ans, dans la vie active depuis l’âge de 28 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Ségolène Royal, 61 ans, dans la vie active depuis l’âge de 27 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Benoit Hamon, 47 ans, dans la vie active depuis l’âge de 24 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Christiane Taubira, 62 ans, dans la vie active depuis l’âge de 26 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Michel Sapin, 61 ans, dans la vie active depuis l’âge de 28 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Arnaud Montebourg, 51 ans, dans la vie active depuis l’âge de 28 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Marisol Touraine, 55 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    François Rebsamen, 62 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Jean-Yves Le Drian, 66 ans, dans la vie active depuis l’âge de 24 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Bernard Cazeneuve, 50 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans. Sa fiche Wikipedia et quelques articles de presse font état d’un début de carrière à la Banque Populaire, mais cet épisode n’apparaît pas sur la biographie officielle du nouveau ministre de l’Intérieur (par ailleurs très détaillée). Une tache sur son CV que l’homme politique a du mal à assumer vis-à-vis de ses collègues qui n’ont jamais mangé de ce pain-là ? Dans le doute, considérons que Bernard Cazeneuve a bel et bien vécu une courte expérience hors de la sphère publique. Nombre d’années passées en entreprise : 3.
    Najat Vallaud-Belkacem, 36 ans, dans la vie active depuis l’âge de 23 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Marylise Lebranchu, 66 ans, dans la vie active depuis l’âge de 26 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Aurélie Filippetti, 40 ans, dans la vie active depuis l’âge de 24 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Stéphane Le Foll, 54 ans, dans la vie active depuis l’âge de 23 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    Sylvia Pinel, 36 ans, dans la vie active depuis l’âge de 25 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.
    George Pau-Langevin, 65 ans, dans la vie active depuis l’âge de 23 ans. Nombre d’années passées en entreprise : 0.

    Saisissons-nous d’une calculatrice afin de faire les comptes : 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 3 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 + 0 = 3. Sur les 531 années d’activité professionnelle cumulées par notre nouveau gouvernement de combat contre le chômage, seulement trois se sont déroulées sur cette terra incognita appelée entreprise.

    NO COMMENT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A comparer aux branquignols , plus pitoyables que comiques , sans formation aucune que l'extrême droite a ramassé dans divers lieux pour pouvoir présenter des listes .Ces personnes précitées , ont presque tous une formation nécessaire à un pays pour pouvoir assumer des tâches économiques,dipplomatiques et politiques .L' ENA est une formation de hauts fonctionnaires , qui se retrouvent tantôt à droite , à gauche ,au centre , etc .. Comme la formation de chirurgiens , celle ci est nécessaire même si , il pourrait y avoir une concurrence pour ces écoles .Il y a aussi polytechnique et d'autres dans d'autres domaines . il serait dangereux de voir le premier farfelu venu , arrivé au pouvoir comme Hitler ou Mussolini s'il n'existait pas ces "tampons " . Certes bien sur , il existe et heureusement, des gens sortis de l'on ne sait ou , doté d'une capacité formidable , mais ils sont rares et de toutes façons respectent les règles de base . Pas l'extrême droite .

      Supprimer
    2. Des tampons ? Mdr. Surtout quand on connait la totale virginité des politiques cités plus haut en matière de pénétration du monde du travail. Bon, ok, ils aiment à se faire sonder, mais de la à dire qu'ils sortent de nul part... ;)

      Tom Jericho.

      Supprimer
    3. 13H34 : je ne suis pas sûr que le monde de l'entreprise soit un passage obligé... Le monde du travail : oui !

      Supprimer
    4. Alain Alpern 16.31,
      Un passage obligé pour être conscient des enjeux économiques nationaux, non bien sûr absolument parlant.
      Mais il me semble - en tenant pour avérés les propos de 13.34 - que tant d'ignorance pratique du monde de l'entreprise ne va pas dans le bon sens.
      Etre un "professionnel de la politique" n'est pas en soi un gage permettant d'attester ses qualités pour gérer un portefeuille, a fortiori un Etat nous sommes d'accord cependant



      Supprimer
  9. " Cela n’empê­che pas Asselineau, qui est pour­tant assez peu com­pé­tent en la matière si on écoute un tant soit peu ce qu’il en dit, de donner des « cours d’his­toire » déve­lop­pent le mythe de la « France éternelle », vieille antienne de l’extrême droite, au cours des­quels il déve­loppe une his­to­rio­gra­phie pro­fon­dé­ment réac­tion­naire : mise en avant de « nos ancê­tres les Gaulois » comme des« pre­miers Français » et des pre­miers « résis­tants » à l’inva­sion étrangère (sui­vant une his­to­rio­gra­phie très « 3e République »), ou bien une his­toire des 19e et 20e siècle axée sur la valo­ri­sa­tion de la nation-fran­çaise-que-tous-les-peu­ples-du-monde-envient, dans laquelle n’appa­raît ni l’affaire Dreyfus, ni le Front Populaire, ni la guerre d’Algérie (au contraire, la colo­ni­sa­tion a bien entendu eu des "aspects posi­tifs) ni Mai-68. Des oublis idéo­lo­gi­que­ment signi­fi­ca­tifs, puisqu’ils ont tous trait à l’his­toire de la gauche et du mou­ve­ment ouvrier. Et quand il n’oublie pas d’en parler, Asselineau réé­crit cette his­toire : ainsi, il ne parle de la Commune de Paris quand tant que mou­ve­ment patriote de résis­tance à l’inva­sion étrangère. Tout ceci pour en arri­ver à la conclu­sion que le nouvel ennemi venu de l’étranger qu’il fau­drait abat­tre serait l’« empire » euro­péen.

    Cette vision trans­pa­raît aussi à la lec­ture de la charte de l’UPR, qui pré­tend réta­blir la « sou­ve­rai­neté » natio­nale et « redon­ner à la France sa vraie per­son­na­lité », tout en ne disant rien sur le rôle fon­da­men­tal des Etats-nations dans la cons­truc­tion euro­péenne et la com­pli­cité de leur gou­ver­ne­ments dans la mise en place des poli­ti­ques ultra­li­bé­ra­les et des­truc­tri­ces de ser­vice publics certes déci­dées au niveau euro­péen, mais qui vont par­fai­te­ment dans le sens des poli­ti­ques vou­lues par les gou­ver­ne­ments de chaque état, et ce depuis de lon­gues années. D’ailleurs, l’UPR ne dit rien non plus sur le fait que rien de garan­tit a priori que même si l’UE n’était pas là, les mêmes poli­ti­ques n’auraient pas cours. Pourquoi ce silence ? Serait-ce parce qu’Asselineau a conseillé plu­sieurs gou­ver­ne­ments fran­çais au moment où ils détrui­saient les droits sociaux et les ser­vi­ces publics qu’il pré­tend aujourd’hui défen­dre ?

    Des sym­pa­thies droi­tiè­res très mar­quées

    Juppé cas­seur de retrai­tes et de sécu de 1995-1996, avant de rejoin­dre en 1999 le RPF de Philippe de Villiers et Charles Pasqua. Entre 2000 et 2004, il occupe des postes impor­tants de conseillers aux côtés de Pasqua, alors pré­si­dent du Conseil géné­ral des Hauts-de-Seine. Il finit par être mis sur la touche par Sarkozy en raison de ses prises de posi­tion en faveur du pro­tec­tion­nisme, ce qui lui permet depuis de se pré­va­loir d’un brevet d’anti-sar­ko­zysme censé lui donner une res­pec­ta­bi­lité pro­gres­siste. Les inter­ven­tions média­ti­ques d’Asselineau, ainsi que le choix de cer­tains lieux pour­tant répu­tés d’extrême droite pour donner des confé­ren­ces, achè­vent de le clas­ser dans le champ poli­ti­que : notre énarque a ainsi donné le 7 jan­vier 2010 une confé­rence chez les sora­liens mar­seillais de la Cobema [5] mais aussi chez Serge Ayoub (dit « Batskin », le leader des bone­heads pari­siens) le 8 avril sui­vant, soi-disant « à l’insu de son plein gré » (bien que la confé­rence ait duré quatre heures et ce soit dérou­lée dans une ambiance très cor­diale sinon sym­pa­thi­que, aux dires de plu­sieurs témoins). Il est aussi inter­venu sur la radio cons­pi­ra­tion­niste pari­sienne Ici et Maintenant à, l’invi­ta­tion de l’ani­ma­teur d’extrême droite Pierre Jovanovic, ou encore sur Radio Courtoisie et Radio Notre-Dame.

    Asselineau dégage ! "

    Voilà , Alain, c'est fait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut relire lentement, trois fois... Vous y arriverez!

      Supprimer