mercredi 8 février 2017

C'est pas bien, François, de nous raconter des bobards ! (2)

Courte conférence de presse durant laquelle F. Fillon nous a présenté sa "vérité". Malgré son ton sentencieux, il n'a pas réussi à imposer ses arguments et pourtant il ne supporte aucune répartie. Et, donc, ses propos n'ont pas suffi à résorber le trouble que posent toutes les révélations de ces derniers jours... Quelques exemples :

1) Sur le montant du salaire de son épouse : « Ma femme a donc occupé ce poste pendant quinze ans et ceci pour un montant moyen de rémunération mensuelle de 3 677 euros net. Salaire parfaitement justifié pour une personne diplômée de droit et de lettres. »
2 précisions sur le sujet :
- en 2007, selon le Canard, elle a perçu  (de janvier à août) : 7829 euros net, plus, donc, que l'indemnité d'un député !
- la moyenne des salaires perçus par les assistants de l'Assemblée nationale est de 2035 euros net... Favoritisme ou ?

2) « On brandit un montant d’un million d’euros pour faire sensation alors que les sommes sont en euros bruts. »
Ben oui, la différence entre le brut et le net, certes non perçue par Madame Fillon, est payée par le contribuable. On doit donc le signaler au citoyen, ce contribuable qui paye (a payé Madame Fillon) et a alimenté.les revenus du couple...

3) Pénélope F a-t-elle vraiment travaillé pour son mari ? Cela devrait être aisé à démontrer, notamment par les nombreux échanges qu’elle avait avec des collaborateurs, des cabinets, des élus et des citoyens, sans parler des notes à son mari... Selon Le Monde, les Fillon n'auraient fourni que peu de choses aux enquêteurs !

4) Sur le travail de Marie et Charles (oublions le fait qu'ils n'étaient pas encore avocats, à l'époque, comme l'avait pourtant affirmé leur père), il a précisé lundi : « J’ai employé mes enfants, Marie et Charles, qui ont travaillé pendant quinze mois en 2005 et 2006 pour Marie, et six mois en 2007 pour Charles, comme collaborateurs parlementaires, pour un salaire mensuel net de 3 000 euros en moyenne pour chacun. Rien n’était dissimulé. Tous les contrats de travail dont je parle sont strictement légaux. ». Ils ont touché, alors qu'ils étaient étudiants, 83 735 euros à eux deux, soit 3 070 euros net. Soit largement plus que la moyenne des assistants à l'Assemblée (2035 euros). On notera également que Charles a perçu 3425 euros net alors que sa sœur s'est "contentée" de 2926 euros. Machisme ordinaire ?
" D’après les informations du Mondele candidat de la droite a expliqué aux enquêteurs que son fils avait « travaillé au programme du candidat à l’élection présidentielle sur des sujets institutionnels » – soit pour la campagne de Nicolas Sarkozy, donc, en étant rémunéré par l’Assemblée nationale. S’ils étaient avérés, ces faits pourraient être pénalement répréhensibles de détournement de fonds publics et financement illicite de campagne électorale. Sarko a encore crevé un peu plus le plafond des dépenses électorales. Mais on n'est plus à cela près (26 651 euros brut  : une paille !). Encore une belle "erreur" sanctionnable ! 


5) « Le parquet financier s’est saisi en vingt-quatre heures, alors qu’il n’était sans doute pas compétent pour se saisir de cette affaire. »  Quelle imprudence (impudence ?) de la part  de FF !
Or, le parquet national financier (PNF) a notamment vocation, comme le précise une circulaire ministérielle, à se saisir « des affaires susceptibles de provoquer un retentissement national ou international de grande ampleur ».
En l’occurrence, commente Le Monde, "l’enquête préliminaire a été ouverte pour « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits », ce qui relève bien des missions du PNF, et le statut de M. Fillon, candidat à la présidentielle, laisse peu de doute sur le « retentissement national » de l’affaire.".

6) selon les révélations du Monde, FF a rémunéré ses deux enfants successivement au Sénat alors qu’ils effectuaient des missions éloignées du travail classique des assistants parlementaires : Marie Fillon aurait rédigé un livre politique à la fin de 2006 (La France peut supporter la vérité), et Charles Fillon aurait travaillé à une partie du programme du candidat Sarkozy en 2007.
Pour se défendre, M. Fillon explique que ses enfants avaient « constitué des bases documentaires », et que de toute façon, un élu n’a pas à justifier du contenu du travail de ses collaborateurs". C'est vrai qu'il n'y a aucune jurisprudence en la matière... Mais "le code électoral interdit (à l'assistant parlementaire) par exemple de participer à une campagne électorale pendant ses heures de travail, comme le rappelle la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. Or, c’est précisément ce qui pourrait être reproché à Charles Fillon" (Le Monde).
De plus, il est trop facile de dire que seul le député est juge du travail de l'assistant. L'électeur n'a pas voté pour un député qui utilise l'argent public pour des objectifs personnels. Heureusement que la presse fait son travail pour que l'électeur sache ce que fait son représentant !

7) « Lorsque j’étais premier ministre, je n’ai cessé de resserrer les règles de transparence et de déontologie appliquées aux membres du gouvernement. 
J’ai encadré l’utilisation des avions de l’Etat. J’ai renforcé les règles sur les appartements de fonction des ministres. (…) J’ai sanctionné des ministres pour des dépenses indues. » dixit Fillon lundi pour bien montrer qu'il a toujours était "irréprochable' !

Comme l’avait révélé France Soir en février 2011 – soit près de quatre ans après l’arrivée de M. Fillon à Matignon –, « pour rentrer chez lui le week-end, le premier ministre a délaissé le Super Puma pour des avions gouvernementaux, le Falcon 900, puis le Falcon 7X ».
« Autorisé, mais légèrement absurde », commentait le quotidien, c’est un trajet que le premier ministre aurait pu faire en train, puisque la gare TGV de Sablé-sur-Sarthe (entre Angers et Le Mans) est à une heure vingt de la gare Montparnasse. France Soir calculait le coût, en privatisant toute une voiture d’un train pour des raisons de sécurité, à 5 800 euros aller-retour. En avion, le premier ministre atterrissait à l’aéroport d’Angers-Marcé, à 45 kilomètres de sa résidence, le manoir de Beaucé, à Solesmes, le tout pour un coût de 27 000 euros, aller-retour pour un total de deux heures de vol. 
Erreur non avouée ! 


Enfin, 
- on peut regretter que, lors de cette conférence de presse, François Fillon n’ait pas été interrogé sur les sommes perçues par son épouse en tant que collaboratrice de La Revue des deux mondes, un emploi lui aussi soupçonné d’être en partie fictif.
- M. Fillon n’a pas non plus été très précis sur les clients et les contrats de sa société 2F Conseil, qui lui a rapporté plus de 750 000 euros entre juin 2012 et décembre 2015. « J’ai donné des conférences dans de nombreux pays et j’ai conseillé des entreprises, a-t-il simplement expliqué. Parmi elles, il y a l’assureur AXA, la société Fimalac et la banque Oddo. »
"Or, la société Fimalac est la holding de Marc Ladreit de Lacharrière, qui est également le propriétaire de… La Revue des deux mondes". Comme le révèle Le Monde, "les magistrats du parquet national financier s’interrogent sur le lien entre ces emplois et la remise de la grand-croix de la Légion d’honneur à M. Ladreit de Lacharrière en 2010, alors que François Fillon était premier ministre".

Non, non ce ne sont pas simplement des "erreurs" que F. Fillon a confessées et pour lesquelles il a présenté ses excuses aux Français... Je ne sais pas si ceux-ci les accepteront... Peut-être une minorité et, à ce moment- là, F. Fillon saura que seuls ses amis ont été dupes de sa soi-disant probité ! 

Un peu d'humour pour terminer. L'Humanité du 3/2 rappelait que dans son livre "Faire" (2015), F. Fillon estimait qu'il fallait diminuer le nombre de parlementaires "pour qu'ils aient des collaborateurs, des bureaux et des moyens pour accomplir leur mission". Il ajoutait qu'en Allemagne, les parlementaires travaillaient avec un nombre de collaborateurs "bien plus grand que chez nous" ! Fifi avait, probablement, en tête l'idée de caser d'autres membres de sa famille (je rappelle qu'il a 5 enfants !)...

8 commentaires:

  1. Et 5% de plus pour le fn, bravo ff.

    RépondreSupprimer
  2. Retarder la publication de commentaires est aussi une manipulation. A bon entendeur.

    RépondreSupprimer
  3. Rappelons à 13H58, qui ne semble pas encore être au courant, que le fn en la personne de sa présidente a fait exactement la même chose que fillon! Et il faudrait se taire? Bravo! Pffff! Faisons comme en Roumanie, demandons que ces voleurs soient virés! Et denonçons plus haut et plus fort l'imposture fn!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de voleurs à gauche? Certains tremblent. Car, quand on y pense (encore faut-il penser et permettre que l'on ose poser la question), de tels assistants parlementaires, des copains et autres membres de famille, il pourrait y en avoir AUSSI chez les verts ou les socialistes. Non? Je dis ça, j'dis rien hein.

      Supprimer
    2. Erreur totale 15h20.

      Supprimer
  4. le pen dite marine soutient les policiers d'Aulnay donc les actes de barbarie, les viols et les tortures. Mais qui s'en étonnerait? Ses premiers jouets auraient-ils été la matraque et... la gégène? Elle soutient aussi Assad, ses prisons à Damas où on tuait ( on tue peut être encore) par pendaison, après douces tortures,des islamistes certes, mais tout opposant politique au régime fasciste. C'était mal fichu, pas au point, et les jeunes pendus, plus légers, restaient agoniser longtemps. Quelquefois les bourreaux venaient leur casser les cervicales. Des "hommes" malgré tout ces tortionnaires.( entre 5000 et 13 000 victimes, 50 par semaine...)
    En France, on enfonce une matraque dans l'anus d'un jeune homme, on le frappe et on l'insulte sous prétexte qu'il a résisté aux injonctions. Proposons qu'Ayoub et autre frappadingues d'extrême droite, connus pour leurs coups de force répétés contre la police aient le "droit", la prochaine fois au même traitement que celui subi par Théo! OK les fafs?

    RépondreSupprimer
  5. Non au FN
    La droite du fric, la gauche du fric... disait la le pen! L'extrême droite?·

    "Mais que les fils et filles de... se rassurent. Il existe des petits stratagèmes permettant à un enfant de députés de travailler comme assistant au Parlement européen. Il suffit en effet qu'un parlementaire demande à l'un de ses collègues d'embaucher un membre de sa famille et le tour est joué.

    C'est exactement ce qu'a fait Jean-Marie Le Pen avec l'aide de son ami Bruno Gollnisch, comme le raconte Le Canard Enchaîné ce mercredi 8 février. En 2009 – date à laquelle il a été interdit aux députés européens d'embaucher un membre de leur famille comme assistant, donc – Jean-Marie Le Pen a demandé à Bruno Gollnisch de recruter sa fille Yann Le Pen, la mère de Marion Maréchal-Le Pen, comme assistante parlementaire. Ce que Bruno Gollnisch a fait, comme le confirme au Lab un proche de Yann Le Pen.

    Yann Le Pen a travaillé six mois fin 2009 puis durant la mandature suivante, de 2009 à 2014, "à l'exception de quelques mois", indique Le Canard. La fille de Jean-Marie Le Pen a été payée pour cet emploi : 7.000 euros brut par mois...."

    le pen, au nom du peuple!!! Ahahahahahahahahahahaha!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et alors le gloglo des 15 heures!

      Supprimer