samedi 4 février 2017

Il n'y a pas que Fillon...2/2

2. Le financement des campagnes
MARINE LE PEN PAS INQUIÉTÉE POUR L’HEURE
·         De quoi s’agit-il ?
Le Front national est soupçonné d’avoir mis en place un système de financement frauduleux pour toutes ses campagnes électorales depuis l’arrivée de Marine Le Pen à sa présidence : cantonales 2011, présidentielle et législatives 2012, municipales, européennes et sénatoriales 2014, départementales et régionales 2015.
Si les personnes et les structures suspectées varient d’une élection sur l’autre, le mécanisme serait toujours le même :
·         Pour imprimer leurs tracts ou construire leurs sites web de campagne, les candidats frontistes font appel à des prestataires proches du FN (Riwal et Les Presses de France, les sociétés de Frédéric Chatillon et Axel Loustau, deux proches de Marine Le Pen).
·         Ces prestations seraient largement surfacturées aux candidats – ce qui permettrait à ces prestataires d’empocher de fortes marges (et d’en détourner une partie vers des paradis fiscaux).
·         Cela ne coûte rien aux candidats, puisque l’Etat rembourse les frais de campagne à condition de réaliser un score convenable.
Outre l’escroquerie, ces montages supposés pourraient poser trois problèmes supplémentaires :
·         Le FN aurait imposé à ses candidats de faire appel à ces prestataires en contrepartie de leur investiture, ce qui est interdit par le code électoral.
·         Le micro-parti Jeanne, utilisé comme intermédiaire dans certains cas, aurait empoché de fortes sommes en consentant des prêts très onéreux aux candidats frontistes pour financer leur campagne avant le remboursement par l’Etat.
·         Des conventions de prêt auraient été antidatées pour être éligibles au remboursement public.
·         Où en est l’affaire ?
Une première enquête judiciaire, ouverte en 2013, portait sur les campagnes présidentielle et législative de 2012. Elle a donné lieu, en octobre 2016, au renvoi en correctionnelle du FN, du parti Jeanne, de la société Riwal, de deux dirigeants du FN (le trésorier Wallerand de Saint-Just et l’un de ses vice-présidents Jean-François Jalkh) et de cinq proches de Marine Le Pen (Frédéric Chatillon, Axel Loustau, Olivier Duguet, Sighild Blanc, Nicolas Crochet). Tous devront répondre à la barre de chefs d’accusation allant de l’escroquerie au recel d’abus de biens sociaux, en passant par le faux et usage de faux.
Marine Le Pen n’a pas été inquiétée : entendue comme témoin assistée, elle a réussi à convaincre les enquêteurs qu’elle n’avait pas participé à l’organisation des législatives.
La deuxième enquête, ouverte sur la base de la cellule anti-blanchiment Tracfin, vise les quatre élections suivantes (municipales, européennes, sénatoriales et départementales). L’information judiciaire ouverte en octobre 2016 doit permettre de faire la lumière sur d’éventuelles irrégularités impliquant les mêmes prestataires du FN (Chatillon, Loustau, Duguet et Blanc).
Enfin, une troisième enquête, encore à l’étape préliminaire, a été ouverte en décembre 2016 sur la campagne pour les élections régionales. La justice s’intéresse encore une fois aux sociétés d’Axel Loustau.
·         La défense de Marine Le Pen
Elle tient en trois points :
·         Il s’agit d’un acharnement politique instruit par une justice hostile au FN.
·         Elle ne s’est jamais occupée personnellement de l’organisation des campagnes.
·         La Commission des comptes de campagne (CNCCFP) a toujours validé les comptes des campagnes du FN.
C’est oublier que c’est la CNCCFP qui a alerté la première la justice sur les soupçons pesant sur le financement des législatives, en 2013. N’ayant pas elle-même les moyens de mener ce genre d’enquête, il est classique que des enquêteurs judiciaires prennent le relais.
Mme Le Pen n’a en tout cas pas coupé les ponts avec Axel Loustau, qu’elle a chargé de gérer les finances de sa campagne présidentielle en 2017.


3. Le patrimoine sous-évalué de Marine et Jean-Marie Le Pen

MARINE LE PEN SUSPECTÉE
·         De quoi s’agit-il ?
Dans leurs déclarations de patrimoine de députés européens, remises en 2014, Marine Le Pen et son père Jean-Marie auraient minoré la valeur de plusieurs biens immobiliers. Ils auraient notamment sous-estimé de deux tiers la valeur de leurs parts dans la SCI détenant le célèbre manoir familial de Montretout, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). Cela représenterait plus de un million d’euros pour Jean-Marie Le Pen et plusieurs centaines de milliers d’euros pour sa fille.
·         Où en est l’affaire ?
Saisie par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), qui s’occupe de vérifier les déclarations de patrimoine, le parquet national financier a ouvert en janvier 2016 une enquête préliminaire visant les Le Pen.
S’il était prouvé qu’elle a omis de déclarer « une partie substantielle de son patrimoine » ou qu’elle en a fourni « une évaluation mensongère », la présidente du FN risquerait trois ans de prison, 45 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité.
Son père risque plus gros, car il aurait aussi omis de déclarer un compte en Suisse et des lingots d’or repérés par la cellule anti-blanchiment Tracfin. Il fait également l’objet d’une plainte du fisc pour fraude fiscale aggravée.
La HATVP le soupçonne enfin d’avoir utilisé l’argent de son micro-parti Cotelec pour financer l’achat de la villa de La Bonbonnière, à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), en 2013. Une opération du relèverait du détournement de fonds public et pourrait retomber sur Marine Le Pen, qui a participé à l’opération immobilière grâce à un prêt de son père et siégait au conseil d’administration de Cotelec.
·         La défense de Marine Le Pen
Comme à son habitude, Marine Le Pen a dénoncé « une volonté de nuire désormais systématique et outrancière » de la HATVP et de la justice.
Sur le fond, la dirigeante du FN a estimé que « l’évaluation de parts minoritaires de SCI » du manoir Montretout effectuée par la HATVP « est totalement contradictoire et gravement surévaluée avec celle opérée, depuis de nombreuses années, par l’administration fiscale » – ce que le parquet financier pourra rapidement vérifier.
Quelques jours plus tard, le trésorier du FN Wallerand de Saint-Just avait indiqué à Mediapart que la bonne foi de Marine Le Pen était « totale », car elle avait « repris ce que déclarait son père » sur le manoir.


Maxime Vaudano

14 commentaires:

  1. La défense de la le pen? Du pur balkany... elle saaaaaavait paaaassss ou alors c'est un comlooooooooot ou alors c'est la faute à pôpaaaaaaaaaaa! Pitoyable ces voleurs antirépublicains, trumpinettes frenchy pris la main dans le pot à confiture républicaine!

    dominique BILDE, fneuse tricheuse au parlement européen,qui faisait "gnagnagna, on me coupe la parole, il n'y a pas de liberté d'expression" ( une fneuse qui parle de liberté d'expression c'est à mourir de rire) condamnée à rembourser ce qu'elle a volé sur nos impôts, cette dominique BILDE ne serait-elle pas la môoooooman de bildou la tablette d'Hénin?
    Et oui, c'est familial! En Italie, on appelle ça une mafia.

    Le fn, participe au système et le soutient plus que tout autre parti! CQFD! Imposture feneuse! Informez vous avant de voter pour ça!

    RépondreSupprimer
  2. Ne pas oublier les soi- disant rencontres de la marion dite marine avec les gens , les vrais gens du "peup", devant les caméras... "gens" du fn, triés, avec des questions et des réponses préparées et écrites, à relire...
    Ne pas oublier les vieilles dames ou vieux messieurs, en état de faiblesse et inscrits sans leur accord sur les listes...
    Ne pas oublier que la marion dite marine a été élue la plus grande menteuse en politique pour ses délires sur les réfugiés!
    BEURK!

    RépondreSupprimer
  3. Tous devant nos écrans pour voir le film "Chez nous". Le réalisateur déclarait que les cadres et militants FN sont des caricatures et que les personnages de son film étaient bien plus mesurés que dans la réalité!

    La preuve! Bildou n'a toujours pas compris!Une caricature celui là, grossir le trait serait encore plus surjoué! Petit comprenant l'agité du terril ( il n'est pas de "chez nous" mais de l'est de la France, comme sa môman qui rembourse à Bruxelles les sommes détournées) ou alors la calomnie pour masquer l'inaction totale? Quand sera t-il constructif et efficace pour améliorer le quotidien d'Hénin? Rien en presque trois ans! Des commerces qui ferment, pas de nouveaux emplois, une ville isolée et qui recule.

    Je transmets les propos de M Tondelier:

    "Marine Tondelier
    2 février, 10:45 ·

    Dans le journal (de propagande) municipal du maire d'Hénin-Beaumont du mois de février, la polémique continue en mode populiste autour du film "Chez Nous", sous forme de "note du directeur de publication [Bruno Bilde]" qui s'autorise d'ailleurs de plus en plus régulièrement à commenter les tribunes de l'opposition comme si cette pratique était normale..."

    C'est sur que "la tablette" est constructif lui! PDR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceux qui n'iront pas seront fusillés.

      Supprimer
  4. Encore une ou deux affaires de ce genre, Présomption d'innocence aidant, elle passe à 30%.Et je n'ose imaginer des condamnations pour qu'elle soit en capacité d'être élue. Elle a du prendre des leçon chez Jacques Chirac. Ses adversaires l ont bien compris, eux qui s'évertuent tous à avoir affaire avec la justice.

    RépondreSupprimer
  5. Concernant la justice , celle justement la concernant , je pense que la messe est dite . Ce commentaire très bien écrit et structuré me fait comprendre , définitivement ,car j'avais un peu d'espoir , que Madame lepen ne pourra jamais être inculpé car comme aux jeux d'échecs , une structure de tours , de cavaliers et autres a été mise en place . Bien de ces gens pourraient être inculpés , condamnés , même le parti . Mais les multiples barricades installées entre eux et elle la rende inaccessible juridiquement . C'est un fonctionnement de secte , de plus en famille et nous , contribuables payons et c'est presque aussi pourri que légal ! Il y aura t'il une faille dans ce stratagème permettant de faire tomber ce système avant qu'une telle secte ou mafia ne s'installe au pouvoir ? Pourtant certains pourraient faire un effort , certains médias , certains hommes politiques ou magistrats osant aller au bout d'une investigation ?

    RépondreSupprimer
  6. Il n'y a pas de programme à gauche. Normal, il n'y à pas de gauche. LOL. Que des pseudo gaucho sui n'ont que "le fn blablabla, la droite blablabla..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 17 h 42 ; il n'y a pas de gauche ? oh que si justement mais très divisée sur les différents programmes et donc démocrate Par contre , oui , bien trop d'égo pour ne pas saisir une victoire lui tendant les bras tant sont décriées les horreurs et tricheries du FN , et le Pénélopegate ! Sur France Inter ce matin , on apprit que le fn avait établi un record quant au nombres d'affaires illégales et de surcroit en pourcentage du nombre de leurs élus !

      Supprimer
    2. Il n'y a pas d'encéphale à 17H42, ça c'est certain!

      Supprimer
    3. C'est vrai, 19:08. Dans votre tête, ça c'est certain!

      Supprimer
  7. (alors continue à voter fn et tu auras le trou de balle bien élargi comme ceux qui dirigent notre ville!)

    l'homophobie est un délit, pas une opinion. Après les trisomiques, on s'attaque à l'homosexualité, de mieux en mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec le fn, tu la sens la grosse quenelle? Cela aurait été plus judicieux...

      Supprimer
    2. Moi mon programme c'est non au fn. Ah. Super. On va aller loin avec ça.

      Supprimer
  8. La le pen ne passera jamais! Elle est grillée. Un parti plus malhonnête que tous les autres réunis! En même pas dix ans, elle a intégré le "système" au delà de l'imaginable. Elle est le système. On attend du Canard un lepengate. Il y a matière à!!! Et nous, nous continuerons à lui cisailler les pattes! Non au FN.

    RépondreSupprimer