mercredi 23 novembre 2016

Il faut faire payer les opposants afin qu'ils se taisent...

J'avais écrit, en 2012, l'article ci-dessous ("Je ne me tairai pas") alors que je venais une nouvelle fois d'être l'objet d'une plainte en diffamation.
Le sujet est toujours d'actualité puisque le FN vient de me citer 2 fois en diffamation, en janvier, à Paris. Cela concerne 2 articles que j'ai écrits, :
- l'un,  http://alpernalain.blogspot.fr/2016/09/la-honte-de-la-france-suite.html, comparait les méthodes utilisées à Hénin-Beaumont, avec celles mises en place au début du régime nazi (cet article est à lire avec celui écrit la veille).
- l'autre, http://alpernalain.blogspot.fr/2016/09/en-toute-discretion-msieurs-dames.html, se demandait si l'éventuel achat d'un véhicule de standing par la mairie était en rapport avec la situation financière difficile de la ville d'Hénin-Beaumont...

J'ai donné le fin mot de l'histoire dans un post à l'issue du conseil municipal du 7/10 dernier au cours duquel le maire avait fait voter la prise en charge de ses frais de justice par la ville ("protection fonctionnelle") pour ces 2 plaintes en diffamation à mon encontre :
"" Il va falloir payer, Alain Alpern" m'apostropha, à la sortie du conseil de ce jour, B. Bilde, hilare et goguenard, mimant de ses doigts le bruissement de billets. Ce que l'on supposait depuis longtemps était, ainsi, confirmé par l'ex-directeur de campagne de M Le Pen : le FN multiplie les actions en justice contre ses opposants pour les rendre exsangues financièrement. De toute façon, ce sont les contribuables qui paieront, que les élus FN gagnent ou perdent !"

Tout était dit !



Mercredi 19 décembre 2012

Je ne me tairai pas

Le conseil municipal d'Hénin-Beaumont aura lieu ce soir. Dans le document remis aux élus figure une partie reprenant les décisions prises par le maire et entrant dans ses pouvoirs sans accord préalable du conseil municipal. Le FN (!), sur son blog, a fait connaître certaines d'entre elles, me concernant directement: A savoir:
Le 6 novembre dernier, le maire a autorisé, séparément, sa fille, Florence, Philippe Thibault, DGS, et Laurence Constantin, secrétaire du DGS, à me poursuivre en diffamation, les frais étant payés par la ville et donc, par les contribuables héninois.

Plusieurs remarques:

- J'étais au courant de la plainte du DGS, pour différents commentaires (dont un de moi-même) faisant état de sa collaboration avec Dalongeville et sa connaissance de certaines affaires troubles de l'ex-maire.
- Pour les 2 autres, je n'en ai, pour l'instant, pas connaissance et on peut supposer que si la ville fait jouer la protection juridique de son personnel, c'est parce que les prétendues diffamations n'entrent pas dans le cadre de la vie privée des plaignants...A voir...
- Cela fait 6 dossiers dans lesquels on me poursuit pour diffamation (les 3 précités, plus 2 plaintes de Corbisez et une de JP Chruszez). Certains y voient la main du PS soucieux de se venger, notamment des accusations que j'ai initiées contre Kucheida (qui aurait déclaré devant témoins qu'il "aurait ma peau"). Je ne sais pas si cela est vrai, mais certains éléments sont troublants. De là à penser que l'on veuille me faire taire, notamment du fait de ce blog...Et le meilleur moyen d'y arriver, pense-t-on, c'est de s'attaquer à mon portefeuille, car même si je suis relaxé, dans toutes ces affaires (ce que j'espère), les honoraires d'avocats doivent être réglés (en sus de 3  autres affaires avec le FN!).
- On peut, notamment, s'étonner de l'acharnement à mon encontre comme si le seul adversaire de ces gens-là, c'était moi, le FN étant épargné, ce qui pose, quand même question! Dans différents articles du blog du FN, dont celui d'hier, le maire est traité de "pseudo-maire", ce qui est pour le moins diffamatoire (atteinte à l'honneur), son élection étant tout à fait légitime...Aucune réaction du maire pourtant mis en cause!
- Ces méthodes rappellent étrangement celles de Dalongeville qui avaient intenté une quinzaine d'actions judiciaires contre le FN (qu'il a toutes perdues) uniquement pour affaiblir ce parti sur le plan financier!
- Je rappelle, pour mémoire, que depuis 2007, j'ai, à travers ce blog, dénoncé Dalongeville, Kucheida et le système PS, le FN...J'ai soutenu, en son temps, l'Alliance Républicaine, contre Dalongeville. Mais aujourd'hui, de la même façon que pour les autres, je dénonce les dérives et les erreurs de la majorité actuelle.

Je réitère ici un engagement maintes fois exprimé: je ne me tairai pas et je continuerai à faire connaître tout ce qui est contraire à l'intérêt général et à la démocratie, et quels qu'en soient les auteurs! En bref: à informer mes concitoyens...

26 commentaires:

  1. Bon courage ! Et j'espère que les fhaineux seront déboutés.

    RépondreSupprimer
  2. parle nous de Binaisse, y a rien dans les journaux ? as t-il été mis en examen ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune nouvelle... On peut donc supposer, pour l'instant, qu'il n'a pas été mis en examen...

      Supprimer
    2. Ou supposer le contraire, comme peut l indiquer le silence de ses soutiens qui étaient plus loquasses il y a quelques posts

      Supprimer
    3. Ses soutiens, eux savent la fermer quand il le faut... le fn c'est la loghorhée verbale. Toujours touché par la gastro.

      Supprimer
    4. Qui est donc ce 05h44 qui n'a que de la haine dans ses écrits?

      Supprimer
    5. 13h58 une diplômée supérieure en haine pathologique

      Supprimer
  3. Si on reparlait de la clôture du Stade Héninois et de la recette du parc automobile de la commune (DST)???
    Monsieur Le 1er Magistrat vous avez des problèmes de santé,vous devenez sénile,scénique et amnésique.Ne doit on pas suspendre de ses fonctions un élu qui ne peut plus assumer ses fonctions.

    RépondreSupprimer
  4. Des gauchos qui vont voter pour le meilleur d'entre nous, dixit le gars du bruit et des odeurs. Pour celui qui est la honte de la politique aux dires du président du tribunal qui l à condamné. Un type qui insinue que son adversaire du moment reçoit l onction de l extrême droite et , le cas échéant, appellera à voter pour lui. Décidemment, cette année ne nous aura rien ''épargné''. Et que penser de la prochaine, avec comme choix le prince de la Sarthe plus à droite et moins social que la princesse de Montretout.

    RépondreSupprimer
  5. Du baume au coeur pour vous Alain, tout cela va finir par leur revenir en pleine face comme un boomerang!Même entre eux ils s'entretuent... comme des hyènes.

    "Liste des démissions intervenues parmi les élus FN, du Conseiller Municipal au Député Européen, depuis mars 2014 ! ...

    un excellent travail de Mathieu Lépine ==> https://matthieulepine.wordpress.com/…/le-fn-premier-parti…/ "

    ... il convient d'y ajouter deux démissions de Conseillers Municipaux en mai 2014 à Villers-Cotterets (Aisne) ==> http://www.lunion.fr/…/demissions-chez-franck-briffaut-ia0b… "

    RépondreSupprimer
  6. Encore du baume et vive les étudiants de Sciences Po Paris. L'extrême droite n'a rien à faire en France et encore moins à enseigner! Dehors le florian, aux cris de tout le monde déteste le FN!

    LCI /MANIFESTATION - Plusieurs dizaines d'étudiants de Sciences Po ont empêché ce mardi soir la tenue, dans l'enceinte de l'école à Paris, d'une conférence à laquelle était invité le numéro 2 du FN Florian Philippot.

    23 nov 00:15

    Florian Philippot était l'invité ce mardi soir du "Grand Oral" de Sciences Po, un rendez-vous politique animé par trois associations étudiantes. Mais une quarantaine d'élèves en ont décidé autrement en organisant un sit-in dans le hall principal et devant un amphithéatre. Scandant "Tout le monde déteste le FN !", ils ont réussi à faire flancher la direction qui a finalement annulé la visite du vice-président du Front national."

    Bravo encore!

    RépondreSupprimer
  7. Encore du baume. Partout où ils sont passées: pressions, menaces, procès,limitations des droits ( ultralibéralisme, le fn soutient le grand capital et pas du tout le "peup") tensions et séparations. Mais voilà, un jour, le personnel et la ville réagissent parce qu'ils n'en peuvent plus! Bientôt à Hénin. Tenez bon ! Un jour proche, comme dans les années 90, ils seront jetés dehors et sans ménagement!
    Soutien à René Gobert également!

    La Marseillaise
    "Le malaise et la colère sur le parvis de la mairie de Béziers

    Écrit par Annie Menras mardi 22 novembre

    Il fallait du courage hier pour se présenter sur le parvis de la mairie de Béziers. Entre 150 et 200 agents municipaux se sont rassemblés lundi soir devant la mairie. Ils demandent notamment le maintien d'une prime de fin d'activité.L'annonce de sa suppression a mis le feu aux poudres mais le malaise est beaucoup plus profond parmi le personnel fatigué des incessantes réorganisations.

    Vers 18h, mine de rien, Robert Ménard, visage impassible, est passé , sans un mot au personnel rassemblé sur le parvis. Cette action pourtant il avait essayé de la tuer dans l'oeuf quand son adjoint Michel Hérail avait demandé jeudi aux syndicats « de s'asseoir à la table des négociations pour empêcher qu'il ait lieu » .

    Lundi soir, personne n'a cherché à éviter le regard du maire, personne non plus n'a demandé que les photographes floutent le visage des présents. Il en faut pourtant du courage pour protester à la mairie de Béziers. « Vous avez refusé de céder à une pression énorme exercée à la fois par l'employeur et ses représentants relayés par leur syndicat patronal », a d'ailleurs déclaré juché sur un muret Yvan Vialettes (CGT).

    Le malaise était trop grand pour que cette manifestation du mécontentement soit différée. Hormis FO d'ailleurs, qui a quitté le mouvement en route, tous les syndicats sont dans l'action.

    Ce qui a mis le feu aux poudres c'est la volonté du maire de supprimer, au 1er septembre 2017, une prime de départ en retraite. Trois mois de salaire qui représentent beaucoup pour 80% du personnel qui est en catégorie C, et finit sa carrière à 1 800 euros par mois. Beaucoup plus encore pour ceux qui travaillent moins de 28 heures et touchent tout juste 1 000 euros chaque mois. Ils seraient plus de 300.

    Ce n'est pas la première prime qui disparaît. Celle appelée « de présentéisme » a vécu. « On devait nous la renouveler sous une autre forme, on n'a rien vu venir », précise Pierre Bayona (Fédération autonome de la Fonction publique territoriale). « Trop, c'est trop », confie-t-il.

    C'est ce qu'on dit partout sur le parvis. Du service des achats, à celui de la voirie, du Centre communal d'action sociale aux services techniques et administratifs, partout on dénonce « la surcharge de travail, le manque de stabilité au niveau des responsables » et surtout on exprime l'amertume de l'image donnée du personnel municipal. « C'est pour ça qu'on manifeste en dehors de nos heures de travail. On ne pourra pas dire qu'on est fainéants », lance un agent. Un autre parle de « labyrinthe » dans les organigrammes..."

    FN soutien du grand patronat! Pire que Sarko et Fillon réunis.

    RépondreSupprimer
  8. Et encore du baume Alain! Faites du bruit, mobilisez la presse!
    La belle et talentueuse avocate Raquel Garrido va gagner contre la haineuse. Tout ce qu'ils veulent, celle là et sa clique, c'est faire taire les républicains et ramasser du fric!
    Lettre de Madame Garrido:

    "Attaquée par Marine Le Pen : Lettre à mes soutiens

    Madame, Monsieur,

    Depuis juin 2012, je suis poursuivie en Justice par M Le Pen.
    C'est dans ce cadre que vous avez manifesté votre soutien. Soyez assuré de ma plus sincère gratitude.

    Le 23 novembre 2016, à 15h, une nouvelle étape de cet acharnement judiciaire aura lieu.

    Récapitulons les étapes antérieures :

    Juin 2012,M Le Pen fait distribuer un tract illégal à quelques jours des élections législatives. Ce faux-tract, qui est un montage de l'image et des paroles de J-L Mélenchon, vise ouvertement à développer une hystérie anti-immigrés dans la circonscription.

    * M Le Pen avoue être l'auteure du faux tract dans des déclarations sans équivoque sur Canal + et France 3.

    Devant l'inertie des autorités compétentes, J-L Mélenchon cite directement M Le Pen devant le Tribunal correctionnel de Béthune. C'est mon Confrère ELorvellec et moi-même qui rédigeons la citation. Elle indique que M Le Pen a violé l'article 226-8 du code pénal et l'article L97 du code électoral.

    * Je rapporte à l'AFP le contenu de la citation directe et je déclare "Nous sommes sûrs de nous quant au fait que c'est une délinquante".

    * Marine Le Pen porte plainte contre moi pour diffamation. C'est la première fois que le FN attaque un avocat pour le simple fait d'exercer son métier.

    Avril 2014

    * Après deux années de manoeuvres dilatoires, Marine Le Pen est condamnée à 10 000 € d'amendes dans l'affaire des faux tracts.

    Mai 2015

    * En Appel, M Le Pen change sa version des faits et nie être la commanditaire du tract délictueux. Elle est relaxée par la Cour d'Appel de Douai. Cela ne veut pas dire que la distribution de faux-tracts est légale, mais que la preuve n'est plus rapportée de sa responsabilité personnelle . Les aveux télévisés sont tout bonnement ignorés, au profit des déclarations de personnages du FN qui étaient présents sur les lieu de la diffusion du faux-tract.

    Il est à noter que le début d'enquête en flagrant délit n'a jamais été communiquée à l'audience. Le représentant du Parquet a indiqué que le dossier de procédure avait été "égaré". Cette désinvolture de l'Etat face aux délits du Front National est d'une gravité extrême. En effet, si les institutions avaient fait leur travail, M Le Pen pourrait être INELIGIBLE aujourd'hui.
    Mai 2016

    * Le Tribunal de Grande Instance de Paris me relaxe. Lorsque j'ai dit que M Le Pen était une délinquante, j'étais de bonne foi et je faisais mon travail d'avocate.

    M Le Pen fait appel.



    23 novembre 2016

    * Procès en appel devant la chambre 7, pôle 2, de la Cour d'Appel de Paris, à 15h.

    La bataille n'est donc pas terminée.

    RépondreSupprimer
  9. Suite de la lettre de Madame Maître Garrido contre le pen ( la fille de Montre-tout, sauf sa fortune au fisc).

    Je me permets de solliciter à nouveau votre attention, afin de faire circuler encore la pétition et afin que s'exprime de la façon la plus visible qui soit le refus des démocrates que nous sommes face à des méthodes aussi ouvertement anti-démocratiques. La dangerosité du Front National réside dans ces comportements très concrets. Je vous invite à continuer de les dénoncer, notamment par les réseaux sociaux.

    Demain à l'audience je pourrai compter sur la solidarité de nombreux avocats du Syndicat des Avocats de France, qui seront derrière moi, pour défendre notre liberté d'expression professionnelle.

    Les membres de France insoumise, le mouvement de soutien à Jean-Luc Mélenchon, seront également présents à l'audience avec moi.

    Si vous êtes disponible, votre présence au Palais de Justice serait un geste de solidarité remarquable.

    Enfin, je souhaite remercier mon avocat devant la Cour d'Appel, le Bâtonnier C Charrière-Bournazel, ainsi que mon client J-Luc Mélenchon, qui a été toujours été derrière moi dans l'adversité.

    Veuillez recevoir, Madame, Monsieur, mes salutations les plus respectueuses et l'expression de ma profonde gratitude pour votre soutien.

    Raquel Garrido"

    Avec vous Madame! Vous allez gagner!C'est fait. Vous avez eu le soutien de milliers d'internautes. Ne lâchez rien de votre combat contre ce parti de la haine et des. à.. procès payés souvent par les contribuables du "peup".A Paris comme Hénin... Combien cela va t-il nous coûter, c'est incessant? Faute de projet... descendons devant la mairie, comme à Béziers et à Hayanges. Ras le bol!

    RépondreSupprimer
  10. En effet, il faut avoir le c... propre!

    "Bons à rien, prêts à tout, parasites... Le patrimoine des Le Pen aurait été sous-estimé de 60% environ, a précisé à "l'Obs" une source proche du dossier. Et selon l'AFP, la fraude atteint plus d'1 million d'euros pour Jean-Marie Le Pen et plusieurs centaines de milliers d'euros pour Marine Le Pen. De plus, les déclarations de patrimoine des deux eurodéputés Front national sont quasiment vides. Marine Le Pen écrit ainsi : Activités professionnelles à la date de l'élection : néant. Activités professionnelles exercées au cours des cinq dernières années : néant. Participations financières directes dans le capital d'une société à la date de l'élection : néant. Activités professionnelles exercées par le conjoint, en l'occurrence son concubin Louis Aliot, lui aussi eurodéputé et conseiller régional FN : néant… On a l'impression d'être à Grasse.
    Jean-Marie Le Pen, lui, prend soin de préciser qu'il dirige Cotelec, un organisme de prêt aux candidats du FN, par ailleurs bien connu de la justice. C'est Cotelec qui a perçu en 2014 un crédit de 2 millions d'euros d'une société chypriote, alimentée par des fonds russes, selon Mediapart. En revanche, on ne trouve pas trace sur la déclaration de Marine Le Pen de Jeanne, son micro-parti. Une enquête de "l'Obs" a révélé l'an dernier que Jeanne fait l'objet d'une enquête judiciaire pour des détournements d'un montant pouvant atteindre 6 millions d'euros. Depuis, sept personnes ont été mises en examen."

    Ce sont eux, les "parasites" du "système". Et ça va relever les compteurs chaque mois à Bruxelles en la critiquant... Imposture!

    RépondreSupprimer
  11. Excellente initiative et un rappel basique de la loi pour les bas du front: le racisme et l'homophobie ne sont pas des opinions mais des délits...les responsables de certaines pages de la honte et de l'indignité feraient bien de réfléchir!Aux associations anti homophobie et anti racisme doivent porter plainte contre toutes ces "personnes" afin qu'elles soient sévèrement punies. Dans la manif pour "tous", idem! L'homosexuel subit le même traitement que "l'étranger". Deux formes d'un même racisme.

    "Un blog de la rédaction - Le Monde
    Un « mur de la honte » pour les commentaires homophobes

    « L’Union-L’Ardennais » a diffusé, en ligne et sur papier, des commentaires haineux de ses lecteurs, parfois avec les vrais noms et photos, en espérant que « cela poussera les gens à réfléchir avant de commenter ».

    En ouvrant l’édition papier de L’Union du 23 novembre, édition de Châlons-en-Champagne, on trouve un article plutôt rare : une sélection de commentaires homophobes postés par des lecteurs en bas d’un article, publiés en pleine page, avec les profils Facebook des auteurs.

    Comment en est-on arrivé là ? Des affiches de prévention du VIH, parmi les 8 000 diffusées dans 130 villes par le ministère de la santé, ont été taguées et dégradées à Châlons-en-Champagne. L’agence locale du journal L’Union a décidé de publier, dans l’édition du 22 novembre, un article intitulé « Cinq raisons d’avoir honte après le vandalisme des affiches contre le VIH à Châlons ».

    « Elles sont très bien ces affiches, ça montre que l’homosexualité est un truc de pédés. » « Bande de dégénérés. » « De la pub pour la pédérastie ! Pourquoi pas pour la pédophilie ? »

    C’est le genre de commentaires que L’Union a eu la surprise de découvrir dans la boîte de commentaires en bas de son article, ainsi que sur sa page Facebook et son compte Twitter.
    « C’est trop facile de tout se permettre derrière son écran

    « On s’est dit qu’on ne pouvait pas laisser passer ça », explique, au Monde, la chef d’édition de l’agence de Châlons, Géraldine Baehr. Elle est à l’origine de l’idée de publier un « florilège » des pires commentaires, en pleine page de la version papier et sur le site internet du journal, assorti de ce triste constat : « En 2016, l’homosexualité dérange toujours : voici notre mur de la honte. »

    La rédaction assume d’avoir parfois publié les photographies et les noms de ses lecteurs :

    « Les gens s’expriment sur notre page Facebook, c’est une parole publique. C’est trop facile de tout se permettre derrière son écran. »

    Mettre ainsi en avant ces réactions n’est pas destiné à accuser tel ou tel lecteur, mais plutôt à déclencher une prise de conscience. « On espère que cela poussera les gens à réfléchir avant de commenter », précise Mme Baehr. Le rédacteur en chef de L’Union-L’Ardennais, Didier Louis, renchérit :

    « On a transgressé une pratique journalistique en publiant des noms et des photos, mais on en prend la responsabilité. On a choisi de mettre des noms et des visages sur un propos. »

    RépondreSupprimer
  12. Suite de l'excellente initiative de ce journal. Dans un pays, ce sont même des panneaux publicitaires avec les visages indignes de ces racistes et homophobes qui s'étalaient dans la rue. Surtout, portez plainte!

    Lutter contre une parole raciste décomplexée

    L’agence de Châlons et la rédaction en chef, installée à Reims , disent s’être inspirées d’autres médias ayant choisi de publier des commentaires haineux pour les dénoncer.

    France 3 Midi-Pyrénées l’avait fait, fin octobre, avec des commentaires sur Facebook après un reportage sur l’arrivée de migrants dans la région en publiant l’article « Certains de vos commentaires sur Facebook sur l’arrivée des migrants dans la région sont insupportables ».
    En Belgique, le journal De Morgen avait carrément choisi de publier, en « une » de sa version papier, certains commentaires xénophobes de lecteurs, après la mort d’un adolescent d’origine marocaine.

    Imprimer des commentaires racistes ou homophobes, faute de pouvoir les contrôler, est-il pour autant efficace ? Dans le cas du site de L’Union, la question de la modération des commentaires se pose. Le journal permet à ses lecteurs de commenter, en passant par Facebook, directement sous ses articles, ce qui signifie que la modération ne peut se faire qu’une fois le commentaire publié.

    Avant cet incident, L’Union songeait déjà à « resserrer » la modération, selon son rédacteur en chef. Mais parmi ceux publiés dans l’édition du 23 novembre, ceux qui figuraient en bas de l’article étaient restés « après modération ». « Les plus violents ne sont pas apparus sur le site », précise Géraldine Baehr, ce qui laisse présager de leur teneur.

    La rédaction, dont l’initiative a été relayée par les médias français, ne veut pas se poser en « défenseur d’une cause ». «
    Pour équilibrer le traitement, et montrer que leurs lecteurs sont également capables de tolérance, L’Union prévoit déjà un « mur de parole » dans son édition du 24 novembre. Il sera, cette fois, composé de commentaires de lecteurs qui s’inquiètent d’avoir vu les affiches vandalisées.

    Violaine Morin
    Journaliste au Monde

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/11/23/un-mur-de-la-honte-pour-les-commentaires-homophobes_5036772_4832693.html#cYhYBh6PIGMOQRyQ.99

    RépondreSupprimer
  13. Certains, les petits, les seconds couteaux, feraient bien de se méfier et arrêtez de manipuler et exciter à la haine, déshumaniser et mentir à des pauvres gens sans grands moyens ... intellectuels.
    Immunité levée pour ce haineux! Enfin!

    "Jean-François Jalkh, eurodéputé et vice-président du Front national est visé par deux plaintes pour provocation à la discrimination et à la haine raciale en tant que directeur des publications du parti d'extrême droite.

    Rappelons qu'il est également mis en examen dans l'affaire du financement du FN en qualité de secrétaire général de Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen... "

    RépondreSupprimer
  14. Il va falloir payer... les gueux, dit-il en mimant avec ses gros doigts boudinés comme ses petits pieds, le geste de billets qui se froissent... Pour l'extrême droite, d'ici ou du 15ème, ou pour à la droite extrême, on ne mélange pas les torchons et les serviettes et on ne grignote pas sur les impôts ( une partie, le reste c'est de l'actionnariat ou de l'exil, on ne voit pas l'argent dû)des riches pour les plus modestes.
    Les torchons c'est pour travailler sans sécurité et sans smic garanti ( dans les programmes de fion et la le pen) ou aller faire la chair à canon. On s'attaque même aux enfants. C'est bien, les enfants c'est "bobo-gaucho-pensée unique". Honte sur ces gens là!

    "Dans le XVe arrondissement, des enfants défavorisés privés de cantine
    Par Sylvain Mouillard — 23 novembre 2016

    La mairie, tenue par l'élu de droite Philippe Goujon, explique que ces élèves bénéficient déjà d'un repas dans le centre d'hébergement d'urgence où ils vivent. Un «doublon injustifié».

    La mairie du XVe arrondissement de Paris, tenue par Philippe Goujon (Les Républicains), semble avoir un problème avec l’accueil des populations défavorisées. L’élu s’était déjà fait remarquer au mois de juin en barrant l’accès d’un gymnase de l’arrondissement où devaient être hébergés, temporairement, des migrants évacués de leur campement parisien.

    Cette fois, la municipalité a décidé d’empêcher une vingtaine d’enfants scolarisés à l’école polyvalente des Frères Voisins de déjeuner à la cantine scolaire avec leurs camarades de classe. Motif : ces élèves bénéficient déjà d’un repas de midi dans le centre d’hébergement d’urgence où ils logent.
    Aller-retour entre l'école et le centre

    Un «doublon injustifié», selon un texte de Jean-Baptiste Menguy, élu du XVe délégué à l’Education et à la caisse des écoles, la structure gérant les cantines, que Libération a pu consulter. Pour lui, les enfants doivent donc, lors de la pause déjeuner, faire l’aller-retour entre l’école et le centre d’hébergement du Colonel Avia, aussi situé dans l’arrondissement.

    Cette structure temporaire a été ouverte il y a un an et doit fermer ses portes en mars prochain. Gérée par Emmaüs Solidarité, elle accueille aujourd’hui 167 personnes vivant en famille, orientées là par le Samu social. Certaines sont de nationalité française, d’autres viennent d’Afrique subsaharienne ou sont d’origine rom. L’intégration de ce public défavorisé dans le quartier s’est bien déroulée, notamment à l’école.

    Delphine Camps, présidente de l’association de parents d’élèves (FCPE) du groupe scolaire aux Frères voisins fréquenté par ces enfants, regrette la décision de la caisse des écoles. «Pour ces enfants, déjeuner à la cantine est un moyen de s’intégrer. Ils sont demandeurs, comme le corps enseignant et l’équipe périscolaire», explique-t-elle. Elle comprend d’autant moins ce blocage que «cela ne concerne qu’une vingtaine d’élèves» et ne pose donc pas de défi logistique insurmontable.

    Sollicité par Libération, Jean-Baptiste Menguy assume sa décision. «La convention liant Emmaüs à la ville de Paris prévoit qu’un repas soit servi le midi aux personnes hébergées dans le centre, dont les enfants. Nous souhaitons éviter les doublons. Il ne peut y avoir de repas à la carte.» Il assure néanmoins être prêt à changer d’avis et à ouvrir les portes de la cantine si les familles s’engagent à payer le tarif social, le moins élevé, qui facture le repas 13 centimes. De quoi lever un blocage qu’il a en bonne partie suscité ? Des tractations sont en cours pour faire évoluer les choses.
    Sylvain Mouillard "

    Petit homme indigne que ce maire. Indigne et pitoyable. Prêt à tout par racisme de classe et de couleur. Par avidité. Triste inhumanité qui se répand comme la gale.

    RépondreSupprimer
  15. Eh ben. Tu dois être bien payée par ton parti pour commenter autant. Un coup anonyme, une autre fois non...
    Occuper la place, polluer le débat, imposer par tous les moyens, troller, ce n'est pas avoir raison, tu sais. Cette omniprésence, c'est au contraire un véritable signe. La marque de ceux qui ne peuvent pas. Tu brasses de l'air, à gauche, tu te caches derrière x ou y, un hmanisme que tu as toi-même sabordé, à racler les fonds de tiroir du web pour prendre les gens à témoin. L'offusquée permanente.
    Mais les citoyens ne sont pas dupes. Dire que le fn est ceci ou cela, utiliser la vulgarité, faire appel aux plus bas instincts de l'individu, comme par exemple jouer sur la peur afin de conserver des avantages, poser, à l'image cette droite extrême, par mimétisme?, c'est totalement contre productif.
    Le fait est que tu as trahie, mentie aux français. Et tu ne l'as toujours pas compris. Tant que toi et tes semblables ne changerez pas, les électeurs te le feront payer.
    Bien à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle se reconnaitra sans problème.

      Supprimer
  16. Tiens te revoilà ma belle de 14H20! Achhhhhhh, tu es toute énervée, tu es facho et tu commences à en avoir honte. Achhhhhhhhhh! Les racines! Divvvicile de les arracher! Tu auras double ration demain. Tu es en foie de déradicalisation!Yaaaaaa! Tiens pour toi mais jamais bien à toi, tant que tu ne changeras pas de disque et de ... parti! Et, pour la vulgarité va plutôt t'offusquer sur la page de ton maître... poupée de chiffon!

    "Rassemblement Citoyen De Beaucaire


    Paul-Marie Coûteaux, tête de liste Rassemblement Bleu Marine dans le VIe arrondissement de Paris aux municipales de 2014, a été condamné mercredi à 3000 euros d'amende pour des propos, où il suggérait notamment sur son blog de "concentrer" les Roms «dans des camps». Le fondateur et ancien président du Siel (Souveraineté, indépendance et libertés) s'en prenait à la présence de Roms dans l'arrondissement huppé où il se présentait, parlant d'«invasion» ou de «lèpre» qui porterait atteinte à «l'ordre esthétique» du VIème arrondissement.

    Il a également été condamné à verser à la Maison des Potes, qui avait porté plainte, 2000 euros de dommages et intérêts, la même somme pour les frais de justice, et à SOS Racisme 1000 euros de dommages et intérêts, et la même somme pour les frais de justice.

    Le tribunal correctionnel de Paris a estimé que proposer de «concentrer ces personnes dans des camps, du seul fait de leur qualité de Rom, rappelle indubitablement au lecteur l'action des nazis lorsqu'ils étaient au pouvoir en Allemagne». Le tribunal a vivement critiqué le fait que Paul-Marie Coûteaux associait les Roms «sans ambiguïté à la laideur, à la saleté et la propagation de maladies, rabaissant ainsi cette population à un phénomène en soi répugnant et dangereux, le registre utilisé étant d'ailleurs proche de celui utilisé pour les animaux nuisibles».

    Le tribunal a déclaré que les limites admissibles de la liberté d'expression d'un candidat politique ont été «singulièrement dépassées, au regard de la violence du propos et de son caractère gravement discriminatoire». #StopHaine #StopRacisme"

    A demain... petite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je suis de gauche, pov hystérique de 20:21... Pas de celle qui trahie, pas de celle qui promeut le fn et le fait élire, à Hénin pour commencer, pas de celle qui traite les gens de facho, etc. Mais de celle qui dit les choses. Ton déni est ta défaite.

      Supprimer
  17. Invraisemblable...et pourtant vrai. Nouvelles des bons patriotes lepénistes qui veulent des crèches dans les mairies et ne supportent pas "ces sauvages d'étrangers qui pourraient maltraiter "nos" femmes"... avec comme animal domestique,et à son image... un porc.

    De MEMORIAL 98
    "Naturellement, si un jeune de banlieue avait ordonné à son chien d'attaquer un gendarme, il aurait fini en prison.
    Mais là , on ne parle pas de ça, mais d'un bon Français qui respecte les traditions. D'un Gaulois qui tabassait paisiblement et régulièrement sa femme dans son intérieur joliment orné de photos de la famille Le Pen, et qui s'est un peu énervé contre l'intrusion d'UNE gendarme "d'origine maghrébine", au point d'envoyer son cochon domestique à l'attaque. Et a conclu en faisant le salut nazi qui s'imposait face à la persécution des bons patriotes jusque dans leur porcherie.
    Aussi ce sera seulement un peu de sursis.
    Ce pays devient inquiétant jusqu'à la caricature."
    http://www.objectifgard.com/…/generac-ordonne-a-cochon-de-…/"

    RépondreSupprimer
  18. On est chez nous!Oui aux cérémonies druidiques dans les lieux publics pour le solstice d'hiver. Virons les crèches et toutes les autres amulettes et fientes de l'invasion romaine. Nous refusons cette religion chrétienne étrangère à la France qui a commis tant de massacres. Tous ensemble nous affirmons nos traditions druidiques. Les chrétiens doivent retourner à Bethléem et en Palestine!
    Vive la France par Toutatis et Bélénos!

    RépondreSupprimer