jeudi 3 novembre 2016

Calculs, sexe et stratégie politique.

Je vous ai déjà fait part de ces extraordinaires chroniques, scientifiques et humoristiques, de Pierre Barthélémy. 
Celle qui suit a pour objet le rapport entre les calculs rénaux et le sexe...
Vous me direz : quel rapport avec ce blog politique ? Outre le plaisir de partager avec vous ce petit joyau, je voudrais vous démontrer que nous sommes peut-être devant une nouvelle approche révolutionnaire de la stratégie politique...
Je m'en expliquerai après que vous ayez eu savouré ce texte...

Le sexe pour venir à bout des calculs
Le Monde 1/11/2016
Voici une chronique relatant les résultats d’une équipe ankariote, publiés en 2015 par la revue américaine Urology. Ces chercheurs y proposent une méthode pour le moins originale afin de faciliter l’expulsion des petits cailloux présents dans les uretères, chez les messieurs victimes de calculs rénaux. Pour mémoire, le transit des gravillons dans ces canaux qui relient les reins à la vessie s’accompagne de la fameuse colique néphrétique, une douleur très intense.
Pour accélérer l’excrétion des calculs, la Faculté prescrit d’ordinaire des médicaments comme la tamsulosine, qui réduisent la contraction des muscles gainant l’uretère : la circulation est meilleure dans un conduit moins comprimé. Mais nos urologues turcs ont imaginé une méthode plus naturelle et, a priori, plus ludique que le recours à la pharmacopée. Afin de comprendre l’hypothèse osée qui sous-tend leur étude, il faut aller faire une promenade dans le bas-ventre masculin.
Ayant repéré, dans la littérature scientifique, que le monoxyde d’azote permettait lui aussi la relaxation desdits muscles, ces chercheurs se sont demandé ce qui, dans l’organisme, produisait cette molécule simple composée d’un atome d’azote et d’un atome d’oxygène, et dont la formule chimique est NO. Réponse : l’excitation sexuelle.

Petite cascade de réactions
On ne fera pas de dessin par manque de talent pictural, mais on ajoutera simplement, à l’intention de celles et ceux qui auraient un peu perdu la chose de vue, que l’excitation sexuelle provoque chez l’individu mâle une libération de monoxyde d’azote. Celui-ci déclenche une petite cascade de réactions qui aboutissent à l’entrée massive du sang dans le pénis. A l’érection, quoi. Nos coquins de Turcs se sont donc dit que faire l’amour pouvait soulager les hommes de leurs mauvais calculs.
Une telle hypothèse méritait confirmation par l’expérience. Ces médecins ont recruté 90 de leurs patients masculins qui, en plus de cailloux multiples ­visibles à la radio, devaient avoir au moins 18 ans et un partenaire sexuel. Cette troupe a été divisée en trois groupes. Tout d’abord un groupe témoin auquel n’étaient administrés que des analgésiques. Puis un lot de personnes prenant de la tamsulosine. Et un dernier groupe de chanceux dont le traitement consistait à avoir des rapports sexuels au moins trois fois par semaine.
On imagine le retour triomphal à la maison des malades : « Mon amour, ce soir, c’est crac-crac ! J’ai une ordonnance du médecin, c’est bon pour ce que j’ai ! » En revanche, pour ne pas fausser l’expérience, les membres des deux premiers échantillons devaient pratiquer l’abstinence – ce qui comprenait l’absence de masturbation qui, comme le disait Woody Allen, est un bon moyen de faire l’amour avec quelqu’un qu’on aime – et d’expliquer à leurs moitiés le sacrifice qu’elles aussi devaient faire pour la science…
Deux semaines plus tard, seuls 34,8 % des cobayes du premier groupe avaient expulsé leurs calculs. Ce taux montait à 47,6 % chez les hommes ayant pris de la tamsulosine. Et à un quasi stratosphérique 83,9 %, pour ceux qui s’étaient envoyés en l’air . Pour les auteurs de l’étude, ces résultats montrent que le monoxyde d’azote peut gagner l’uretère et le décontracter. Vive le docteur NO !

Pierre Barthélémy

Il me semble, donc, que si ce mécanisme est confirmé, plusieurs conséquences d'ordre politique devraient en être tirées. A titre d'exemples :
- pour diminuer l'absence des élus dans les assemblées politiques (parlement européen, parlements nationaux, conseils régionaux et départementaux, conseils municipaux, etc), chacun des membres devraient signer (confidentiellement, bien sûr) une déclaration annuelle certifiant qu'il a, au moins 3 fois par semaine, un rapport sexuel. Des contrôles aléatoires devraient être entrepris pour vérifier la sincérité des déclarations... Le nombre de coliques néphrétiques devrait diminuer fortement chez nos élus... et augmenter, ainsi, l'assiduité.
- l'ONU doit inspirer une nouvelle stratégie aux états luttant contre les violences des terroristes islamistes, et, en particulier, celles visant les femmes... Il faudrait certainement imaginer comment, en priorité, évacuer, anticipativement, les femmes des lieux en voie d'être conquis par les hordes terroristes... 
Plus difficile, mais cela mériterait réflexion, comment pourrait-on soustraire de leur entourage les personnes de sexe féminin, afin que ces criminels ne puissent guérir leurs coliques néphrétiques par une activité sexuelle fréquente...
Je ne doute pas que l'on trouvera d'autres solutions à des problèmes politiques, en partant de cette découverte sur la façon de soulager (ou non...) des individus souffrant de calculs rénaux...










8 commentaires:

  1. Les fachos à l'oeuvre, la racaille lâche. Pourquoi du sursis pour ce gros porc violent stupide d'extrême droite? La vidéo est pourtant limpide : ce lâche a agressé une adolescente de 16 ans. Et ça, c'est un adjoint... oui mais un feneux. En tôle!

    LORACTU.fr

    "Hayange: un adjoint FN jugé pour l’agression d’une adolescente
    Thionville - Lu 11 727 fois - LORACTU.fr La Rédaction

    Le parquet de Thionville a demandé la condamnation à de la prison avec sursis contre un adjoint FN d’Hayange (Moselle) accusé d’avoir violenté une adolescente lors d’une cérémonie. Une affaire qui agite une nouvelle fois une commune profondément divisée depuis la victoire frontiste en 2014.

    Un adjoint au maire FN d’Hayange est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Thionville pour des violences contre une adolescente de 16 ans. La jeune femme a porté plainte contre l’élu de la majorité du maire Fabien Engelmann pour des violences présumées lors d’une cérémonie d’hommage le 19 mars dernier.

    L’incident avait émaillé les commémorations officielles du 19 mars 1962 où des anciens combattants ont voulu empêcher cet élu FN de lire un texte du maire Fabien Engelmann qui dénonçait "la mascarade" du 19 mars. Le face à face particulièrement tendu s'était produit vers 10H30 lors de l'hommage rendu devant le monument aux morts de Marspich, un quartier de Hayange.

    Le président de la Fédération nationale des Anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (Fnaca), Jean Paolini accusait l'élu FN d'avoir "lu le discours Front national". "Des personnes ont voulu l'en empêcher et se sont révoltées, car elles ne voulaient pas entendre ce qu'il disait", avait expliqué M. Paolini, témoin de la scène. "Les gens se sont énervés, il y a eu une bousculade", a rapporté le président de la Fnaca. Une trentaine de personnes, parmi lesquelles des épouses d'anciens combattants et des jeunes avaient pris part aux commémorations du 19 mars à Hayange, à l'appel de la Fnaca. Elles avaient défilé dans les rues de Marspich qui comporte une "place du 19 mars 1962".
    - L'élu plaide la légitime défense -

    LIRE AUSSI. 19 mars 1962: incident à Hayange (Moselle) après la lecture d'un texte du maire FN

    A Hayange, un élu FN "dérape" lors de la cérémonie du 19 mars 1962

    A l'instar d'une partie de la classe politique dont l'extrême droite, de certaines associations d'anciens combattants et de pieds noirs, le maire de Hayange Fabien Engelmann conteste la date du 19 mars 1962 qui marque le cessez-le-feu décrété au lendemain des accords d'Evian. Le maire FN ne reconnaît que la date du 5 décembre 1962 qui, affirme-t-il, marque le "véritable cessez-le-feu". "Mon adjoint a lu un discours officiel et à la fin, il a lu un discours plus personnel" avait-il expliqué à l’AFP.

    Mercredi 2 novembre, devant le tribunal correctionnel de Thionville, l’adolescente de 16 ans qui accuse Francis Langlois, adjoint aux travaux, a expliqué que l’adjoint lui a porté un coup et l’a repoussé par la gorge lorsqu’elle tentait de lui arracher son discours des mains.

    L’avocat de l’adjoint au maire a plaidé la relaxe de son client absent de l’audience, assurant qu’il s’est défendu face à une attaque surprise de cette adolescente. Le parquet a requis trois mois de prison avec sursis estimant que la réponse de l’adjoint est disproportionnée face à l’adolescente. Le tribunal tranchera le 7 décembre prochain. "

    Partout où ça passe, les fachos causent des ennuis et pourrissent . Dégageons les!



    RépondreSupprimer
  2. L'idée la plus utile aux tyrans est celle de Dieu disait Stendhal et je rajouterai celle de la Charia, de la manif pour tous mais aussi des crèches dans les mairies.

    L'église ce mêle de sexe pour le condamner. Ces calotins ne souffre t'il donc jamais de calculs rénaux?

    Et puis, n'oublions pas la poésie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mary "ne souffrent t-ils "!

      Supprimer
    2. Non, 13h29 : "ne souffrent-ils"...

      Supprimer
    3. J'insistais sur le t.

      Supprimer
  3. Merci Alain!
    Pour notre correcteur patenté et opiniâtre de 13H29 qui quelquefois semble commettre des coquilles...comme moi: souffrirait-il ( c'est bon?), ce seigneur que je m'excusasse ( c'est bon?).
    S'il veut vraiment se faire plaisir, suggérons lui de visiter la page facebook du maire. C'est un florilège ou une épouvante... au choix!
    Deux concitoyennes d'origine nord africaine viennent de recevoir chacune un prestigieux prix de littérature française!
    Bravo! Vive elles, mes chères concitoyennes qui me font voguer et rêver sur les vagues de leurs mots flamboyants.Merci. Vous êtes une richesse pour notre culture française.Vous êtes la culture française.
    En passant, mort aux c...s racistes qui ne les liront jamais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effet de mode que ces prix attribués!

      Supprimer
    2. C'est un peu court... Expliquez...

      Supprimer