lundi 6 février 2012

Prévenir et guérir par le sport

Note Terra Nova du 02/02/2012

Le 4 février fut la Journée mondiale contre le cancer. Elle fut l'occasion de mettre en avant les différents moyens permettant de faire reculer cette maladie partout dans le monde, et en particulier le volet préventif. De fait, en matière de santé publique et de prévention des pathologies chroniques, la pratique d'une activité physique s'avère bénéfique, en particulier chez les personnes malades. Or le sport aujourd'hui s'adresse majoritairement aux personnes en bonne santé. Dans cette note, Thierry Bouillet, Jean-Marc Descotes, Laurent Zelek et Arnaud Flanquart montrent qu'une véritable politique de promotion de la santé par le sport, ne se limitant pas aux seules actions d'information, auprès de la population générale et en particulier des personnes malades, est un investissement essentiel, et doit être une priorité des politiques de santé publique.


Synthèse

Les lois de finances de la sécurité sociale font apparaître un déséquilibre structurel de la branche maladie, en raison notamment d’une politique de santé essentiellement curative qui laisse trop peu de place au volet préventif. Le développement d’une politique de santé préventive ne doit pas être perçu comme un coût pour les finances publiques mais comme un investissement qui permettrait des économies sur les traitements médicaux lourds.
C’est notamment le cas pour la pratique d’une activité physique qui procure des bénéfices importants sur l’état de santé de la population.
Si depuis plusieurs années les pouvoirs publics ont mis l’accent sur l’intérêt de l’activité physique dans une optique de santé publique, le sport est aujourd’hui majoritairement réservé aux personnes en bonne santé.

Les personnes malades, notamment celles ayant une pathologie chronique (cancers par exemple), sont bien souvent écartées du sport. Or, pour elles aussi les bénéfices d’une activité physique régulière sont probants. Trois heures de marche soutenue par semaine ou une heure d’une activité physique intense pratiquée deux fois par semaine limitent les risques de survenue d’un cancer et divisent par deux les risques de rechute (dans le cas du cancer du sein notamment). De la même manière, la pratique d’une activité physique régulière chez les personnes âgées recule l’âge d’entrée dans la dépendance de six à sept années.

En la matière, les initiatives locales, comme celle menée depuis 15 ans par la Fédération Nationale CAMI Sport et Cancer qui propose aux personnes atteintes d’un cancer de pratiquer une activité physique en toute sécurité, ont montré leur intérêt. Il faut désormais passer d’un stade artisanal à une mise en œuvre généralisée.
Pour cela, une impulsion forte des pouvoirs publics est nécessaire.
La pratique de l’activité physique par les personnes atteintes d’une pathologie chronique doit se faire dans un cadre strictement encadré et sécurisé par des animateurs sportifs diplômés, sur le modèle du diplôme universitaire « sport et cancer ».

Le financement public de quelques centaines de postes d’animateurs sportifs dans des associations coûterait moins de 20 millions d’euros et permettrait à l’assurance maladie d’économiser chaque année plusieurs milliards d’euros en médicaments et traitements médicaux.
Le volet formation d’une telle démarche ne doit pas se limiter aux animateurs sportifs, mais doit également concerner les professionnels de santé qui sont souvent éloignés de cette problématique.
Enfin, une concertation entre les sociétés savantes de la communauté médicale, le mouvement sportif, les collectivités territoriales et l’assurance maladie devra être engagée afin d’assurer le déploiement et le succès du dispositif préconisé.

1 commentaire:

  1. Le bien être qu'un sport peut nous apporter est toujours bien connu.

    RépondreSupprimer